L'ABEILLE
L'ABEILLE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'ABEILLE

La Vérité c'est que le Monde doit changer. Basé sur les écrits de Michel Potay mais pas que parce que la Vérité n'est jamais tout ensemble du même coté.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Michel Potay débloque

Aller en bas 
AuteurMessage
navy



Messages : 206
Date d'inscription : 14/02/2008

Michel Potay débloque Empty
MessageSujet: Michel Potay débloque   Michel Potay débloque Icon_minitimeSam 15 Aoû - 13:56

14aou20 221C36
Vous écrivez en 221C32 :
"Bref, nous enseignons à la rue des principes qui ne passent pas tout à fait illogiquement comme surannés et piteux. Quel organon, quel instrument spirituel donc, allons-nous ajouter à notre discours pour réveiller soudain quelque chose d'enfoui au fond de l'interlocuteur ?"
L'être humain est un dieu.
Il est souvent un dieu médiocre, dominateur ou dominé, comme ceux de l'Olympe des anciens Romains.
Mais il peut choisir d'être pénitent pour faire l'ascension vers les Hauteurs Saintes de sa propre divinité, commencer à parcourir la distance infinie entre la terre et le Ciel.
En tant que dieu, l'être humain ne peut pas s'empêcher d'aimer et de créer, moteurs de la vie, mais le plus souvent son amour est si tordu, infirme, qu'il s'enferme dans l'orgueil (amour de soi) et le respect des valeurs de son milieu (amour de la famille, de l'argent, de la patrie, de la science, de la foi, du pouvoir...).
Le pénitent dépollue librement son esprit et son cœur, se vide des certitudes intellectuelles, se remplit de l'amour logique de tous les hommes, même sans affection, ainsi que du pardon à tous et de la paix, sans méthode ni recette.
Avec humilité, volonté et constance, le pénitent construit ainsi son âme, qui est son vrai corps perpétuel et invisible, par un sentier chevrier qui est personnel, même sans foi en Dieu ; il appelle tous ceux qu'il peut à suivre leurs sentiers chevriers pour avoir la joie de devenir un jour pleinement eux-mêmes.
Patrick Th. d'Île de France


Réponse :
Merci, frère Patrick, pour ce commentaire. Vous y faites l'état des lieux : "L'être humain est un dieu. Il est souvent un dieu médiocre, dominateur ou dominé, comme ceux de l'Olympe des anciens Romains, mais il peut choisir d'être pénitent pour faire l'ascension vers les Hauteurs Saintes de sa propre divinité." Voilà bien où en est le monde, ce monde dans lequel nous devons réveiller le besoin de changer (Rév d'Arès 28/7).
Pourquoi l'homme est-il devenu prisonnier de cette carcasse d'os, de chair, de nerfs, de sang, de douleur, qui vieillit très vite avant de s'envoler — car l'âme qui s'envole, c'est ça l'homme, ce n'est pas la carcasse qui se vide par le pourrissement au fond d'un trou — vers la Vie qu'il retrouve (Rév d'Arès 24/5)? Pourquoi ? Adam n'était peut-être qu'une âme. Ce n'est peut-être que le mal qui a enrobé de viande, de sang et d'os l'âme. Je dis bien peut-être, car, si l'on veut des réponses à cela on ne les trouve pas dans la Parole. Ce que je constate, c'est qu'en vieillissant je ne fais qu'expurger de moi peu à peu tout ce qui est peut-être contraire à l'homme : ma musculature faiblit, mon ouïe faiblit, ma vue faiblit, ma voix s'éraille, ma mémoire vacille (il me faut des dictionnaires, des aide-mémoire), mes gestes sont moins précis, mes rythmes circadiens  s'émoussent, bref, je disparais peu à peu.
J'ai comme l'impression que l'homme, le vrai, commence à sortir de moi comme une fumerolle de sa crevasse. Au fond, je vis plus à l'aise dans les millénaires qui commencent à me circonvenir, à m'entourer. Je ne fais que retourner à l'essentiel ; je me sens plus près de l'homme sans fiche anthropométrique, de l'homme au sens absolu que donne à ce mot la Parole. Je me sens copain avec Gilgamesh, je couche avec Agar première maman du premier fils d'Abraham, je me sens sauter de pensée en pensée de Pascal comme d'étoile en étoile. Je me sens tout à la fois l'amorce et l'autre bout : la mort libératrice de ma vraie nature humaine. Alors que ma belle-mère, Yvonne, était en train de se consumer dans le four à gaz, se produisit dehors devant moi un énorme vortex d'air qui entraîna dans son tourbillon jusqu'aux cailloux du trottoir : "C'est toi Yvonne ?" ai-je dit, ému. C'était elle ; elle partait, dansant comme une ballerine heureuse d'avoir pour scène l'espace infini. Elle avait fini sa corvée de carcasse. Voilà, je commence de sauter d'ère en ère ; je ne suis plus "un dieu", comme vous dites, frère Patrick, je suis simplement un atome de la Vie, un atome en cours de libération.
Il résulte de tout ça que je ne m'inquiète plus du tout de quitter ce monde, même si le Père, me croyant peut-être encore utile à son Dessein, me maintient de force dans mon cuir de peau pour un certain temps encore.
Votre commentaire est une méditation sur l'homme. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
navy



Messages : 206
Date d'inscription : 14/02/2008

Michel Potay débloque Empty
MessageSujet: Re: Michel Potay débloque   Michel Potay débloque Icon_minitimeSam 15 Aoû - 13:59

Michel Potay débloque 4111879634 en attente
Revenir en haut Aller en bas
 
Michel Potay débloque
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ABEILLE :: Paroles de Dieu : La Révélation d'Arès-
Sauter vers: