L'ABEILLE
L'ABEILLE

La Vérité c'est que le Monde doit changer . Basé sur les écrits du Frere Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 8 ... 14  Suivant
AuteurMessage
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Jeu 3 Juin - 17:28

D'ailleurs, Yve, pour couper court, comme on dit, je vais te recopier en gardant mon troupeau les dernières lignes du courrier posté le 19-08-1992 de "Bordeaux R.P"

à tout à l'heure,
Flèche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
Pascal
Invité



MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Jeu 3 Juin - 20:19

Je n influence personne Yves, gardez vos doutes mesquins pour vous. Pour ma part, je n ai crainte de rencontrer ceux qui me sont dissemblables. Je n en reste pas au clavier.
Revenir en haut Aller en bas
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Jeu 3 Juin - 21:27

YVE !


Ci-dessous, je vais donc recopier quelques lignes du courrier que Michel Potay m'adressait en août 1992,

Courrier au terme duquel il me faisait comprendre qu'un (petit) chèque de 500 FF serait le bienvenu,

Contrairement à ce fromage "en pâte" que je me proposais de lui expédier,

Afin de me conformer à ce que Dieu lui avait dit :

"- A toi, l'air porte le drap, le grain"...

Et moi, je pensais réellement l'honorer, à pareille époque, en lui envoyant un fromage

Qui avait été sélectionné un an plus tôt par le lycée hôtellier de Grenoble,

Pour être servi à la table de Charles Millon, alors président du Conseil régiional de Rhône-Alpes ...

Et ici, je rappelle que fin novembre 1988, je m'étais lancé dans le projet de constituer un troupeau se nourrissant exclusivement de broussailles,

En "sélection naturelle" comparativement à ce qui se produit avec les bêtes sauvages,

Et je pensais de la sorte "faire un maximum de pognon" pour l'envoyer au "frére Michel"...

Or cette activité m'avait pris tellement d'énergie et de temps, que, jusqu'à ce que je me "casse la gueule" en mai 1992,

Je n'avais plus eu une minute pour correspondre avec monsieur Potay ...

Lequel était certainement étonné que je lui écrive "soudain", à nouveau ...

Puisque pareille histoire d'élevage naturel avait du lui passer bien au-dessus de son auréole !!!

Donc ici, mon cher Yve, je veux te donner quelques éléments afin de t'enlever de l'idée qu'il y ait pu y avoir une quelconque "contrefaçon", voire un "sabotage" de ce courrier ...

L'enveloppe est imprimée en haut à gauche :

"46, av. de la Libération, BP 16, 33740 ARES (France)"

Elle a été postée le 19-8-1992 à 33 Bordeaux R.P. Gironde

Elle est affranchie avec un timbre vert, orange et ardoise, représentant le Château de Biron en Dordogne,

Le timbre est signé "la Poste 1992" et valait 2,50F.

Le courrier m'est adressé à Frédéric Mourges, Berger de la Bastille, Les Combes, 38950 St Martin le Vinoux,

En haut à gauche, le courrier à proprement parler comporte un graphisme à l'encre noire, représentant 2 bâtiments, dont les toits se chevauchent, l'un des bâtiment est surmonté d'un clocher contenant 2 cloches superposées,

À droite, en haut, "le credo" des Pèlerins d'arès, qui forment une fraternité égalitaire, etc, etc.

"Bordeaux, le mardi 18 août 1992...

"Mon bien aimé frère Frédéric en l'amour de Dieu,

"Le pélerinage 1992, achevé samedi, a été d'une intensité, en même temps que d'une sérénité très grandes...

"Le 8 août eurent lieu les épousailles de soeur Isabelle de Mulhouse et de frère Ladji de Paris...

"Mon frère Frédéric, je suis touché par votre offre, fondée sur la Parole de Dieu, de partager avec moi ... votre pâte à fromage... Donnez-le aux pauvres, je ne me sentirai pas lésé ...

"Merci au Saint Nom du Père pour votre chèque de 500.-F,

Merci pour cette aide précieuse et appréciée ..."

"Je vous embrasse fraternellement ..."

+Michel" (fin)




ICI JE PRECISE QUE CELA FAISAIT DEPUIS 1988 que je n'avais plus envoyé d'argent au titre de la "demi-dîme",

Aussi, soit il veut parler du dernier chèque que j'avais envoyé 4 années en arrière,

Mais AUCUNE PRECISION quant à l'époque où aurait été adressé pareil chèque,

Soit, et c'est ainsi que je l'ai perçu à ce moment-là comme 18 ans après,
il m'invitait gentiment à lui en adresser un ...

Et toujours est-il que,
Si je ne m'abuse ???

Le pèlerin d'Arès 1992 spécifiait qu'il n'y avait pas de "pèlerin d'Arès" sans "demi-dîme",

Mais ici, si quelqu'un me démontre le contraire, je veux bien me rétracter !

En tout état de cause, lorsqu'en 2003, il m'écrivait qu'il était tout seul pour assumer une aussi lourde mission,

J'ai trouvé cela assez mal venu de sa part,

Pour ne pas dire un mensonge pur et simple,

Parce que moi, si un jour quelqu'un vidait intégralement son compte en banque pour me venir en aide,

À défaut de lui offrir un coup à boire, un bon repas et pourquoi pas une nuit dans un lit douillet,

J'ose espérer que je ne me méprenne pas, un jour, en venant lui balancer en pleine gueule que "personne" ne m'a jamais aidé !!!

Je trouve cette façon d'agir bel et bien en rapport avec son portrait numérologique calculé sur www.kabalistik.com que j'ai à dessein affiché, dès mes premiers messages ici !

Et cela me désole, non pour lui, car il sait très bien ce qu'il vaut,

Mais pour toutes celles et ceux qui auraient pu "croire", si on leur avait donné réellement accès à la Veillée 28 et pour ne citer qu'elle,

Mais les pèlerins d'Arès ne savent parler que des "Apparitions" et de leur croyance,

Non du Fond du Message ...

Parce que la Vérité, c'est que le monde DOIT changer ! Avec ou sans "Dieu".

Flèche Brûlée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Jeu 3 Juin - 22:31

Ici, juste une question naïve à Pascal :

Pascal, as-tu lu TOUS les "pèlerin d'Arès" des années 1980 ???

Si "oui", je souhaite avoir ton sentiment sur l'article intitulé :

"Richesse et pauvreté devant Dieu",

Merci,

Flèche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
Pascal
Invité



MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Jeu 3 Juin - 22:42

Cher Fleyche,

La solitude existentielle du moissonneur nous saisie tous, vous comme moi, ainsi que d'autres qui lisent ici. Je met au compte de cet ordinaire les propos que vous tenez ici ainsi que la controverse que vous maintenez à l'encontre du prophète. C'est un peu un classique récurrent que de prêter à l'aîné des intentions pour ceci, ou des non-intentions pour cela. En plus, quand cela ressort d'un passif ancien, qu'éloigne toujours plus les années qui passent, c'est alors la bonhomie qui m'envahit en lisant votre prose. Je comprend le... (comment dire ?)... le "cheminement psychologique" qui vous fait aboutir à ces lignes que vous tracés ici. Quelque part, je comprend.
Le tableau que vous dessinez du témoin n'est que votre tableau. Il ne trouve pas écho en moi, parce que la tournure que vous laissez entendre et les suppositions que vous esquissez ne sont que la résultante de là où vous en êtes. Et tous, nous ne sommes pas brillant.
Quand je viendrais vous visiter, certainement j'écouterais tout ceci. Sans doute le silence m'étreindra et je serais avare de mots. Mais au-delà des mots, je sais que le silence peut s'avérer source d'inspiration après coup, pour répondre aux questions en sous-trame que je devine derrière vos controverses.
Septembre vous conviendrais mieux pour vous visiter ?
Bien fraternellement.
Revenir en haut Aller en bas
njama



Messages : 367
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Ven 4 Juin - 1:01

Bonjour Pascal

Bravo pour ton initiative d'aller serrer la main de l'ami Fleyche. Il faut dire que pour lui, se pointer avec ses 300 biquettes à Losserand ne serait pas facile !
Pascal a écrit:


La solitude existentielle du moissonneur nous saisie tous, Crying or Very sad vous comme moi, ainsi que d'autres qui lisent ici. Je met au compte de cet ordinaire les propos que vous tenez ici ainsi que la controverse que vous maintenez à l'encontre du prophète. C'est un peu un classique récurrent que de prêter à l'aîné des intentions pour ceci, ou des non-intentions pour cela.

Le tableau que vous dessinez du témoin ...
Il s'appelle Michel Potay Very Happy

Depuis le temps que je suis sur le Web, j'ai assisté là ou ici (-même, avec toi) à certains différents qui traversent la mouvance arésienne.

Je ne vois pas que les propos de fleyche aillent à l'encontre du "prophète", il parle d'une part de Michel Potay, et d'autre part il vise la façon dont il gérait les choses (on peut supposer qu'il les supervisait). Ce n'est donc pas une critique à l'encontre de "sa personne".

Il faut peut-être arrêter de voir le "prophète" partout jusque dans le moindre mot qu'il exhale, et pourquoi pas jusque dans ses éternuements ou autres expectorations pendant qu'on y est. Wink

Il est "Messager", je ne doute pas, et n'en ai jamais douté un instant. Déjà, au fait qu'il nous ait délivré l'Édition intégrale des Messages reçus, augmentée de ses annotations, il a réalisé déjà une grande partie de son rôle de "Messager" (de mon point de vue).

Il y a (je crois) une forte tendance qui plane dans la mouvance arésienne à l'auréoler, le sanctifier, à (déjà) lui tailler une tunique de "Patriarche", et plein de bouches bées devant tout ce qu'il dit, qui mettent un mouchoir par dessus leur esprit critique (dont nous ne sommes pas sensés nous départir quelles que soient les circonstances, prophète ou pas). Et pourquoi pas le prendre pour Dieu pendant qu'on y est Suspect

Alors, parler du "prophète" à tous bouts de champ, excuse-moi, mais ça me choque un peu !
Si face à la moindre objection, on brandit "prophète", ou "témoin", ou "Mikal" ... pour stopper l'intrépide ou, on dégaine "parole de Mikal, Ma Parole" ... Rolling Eyes

Non, la moindre "critique" n'est pas, être à l'encontre du "prophète", c'est pointer un dysfonctionnement, ou manifester un désaccord ..., les remarques ou questionnements sont légitimes, c'est S'EXPRIMER. A un argument, on répond par un autre argument, il n'y a pas conflit de personnes, mais litiges sur des raisonnements ou incompréhensions ou que sais-je ...

Je conçois (et j'en suis persuadé) que le brave homme fait kesse qu'il peut, et tout ce qu'il peut avec plus ou moins de bonheur, que sa tache n'est pas simple. Il reconnaît lui-même qu'il n'est pas infaillible, à avouer quelques erreurs, et se déclare sceptique également.

Or, s'il n'est de vraie foi que sceptique (Entrée 105), le bon principe est à appliquer, cela va de soi en corollaire, également au frère Michel dit frère aîné (usage familier chez certains) alias Mikal (peu usité, - concerne à mon sens le parler "prophète", assez "circonstanciel").

On n'est pas obligé de croire tout ce qu'il raconte surtout si cela nous paraît louche ou fumeux ... ni de le suivre dans certaines de ses conjectures (j'peux développer si tu veux Pascal) ...

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Ven 4 Juin - 8:55

Paix à toi, Pascal,
Paix à vous toutes,
à vous tous,

La "garde républicaine" décolle en général fin août d'ici,

alors les chosses se tassent,
mais je te laisse le no de la mairie : 04-42-24-99-77

afin que tu voies avec eux s'ils te donnent une dérogation pendant l'été,

pourquoi pas ?

CONCERNANT LA "FOI ARESIENNE",

j'exprime ici, tout comme sur mon blog, du reste, sans jamais y nommer ton "frère aîné",

j'exprime des faits précis :

- vente de la Parole de DIEU,
- mercantilisme du prophète, lequel est tellement absorbé par le fait de collecter un maximum d'argent,
s'avère alors incapable d'agir avec fraternité :

la "foi arésienne", sous son impulsion, est ainsi devenue une pompe à fric,
qui n'a plus de coeur !

- Incapacité du "témoin" à s'ouvrir aux incroyants, j'ai un courrier de lui du 28 octobre 2003 qui le démontre malheureusement,

- je te demande si tu as lu son article "riichesse et pauvreté devant Dieu",

- j'exige, au nom de la fraternité comme de l'équité, que le "prophète" publie ses comptes, tous ses comptes ...

- je dénonce son incapacité notoire à "casser la jambe des maîtres",

- à seulement appliquer la Veillée 28 ...

ET TOI, QU'EST-CE QUE TU AS À RÉPONDRE À TOUT CELA ??????

rien ....

Quel dommage !!!

RIEN, RIEN, RIEN ...
Pourquoi ?

Je vais te le dire ici, mon frère Pascal :

PARCE QUE LA "FOI ARESIENNE" EST UN MOUVEMENT CREUX, VIDE, MORT-NÉ ...

Par la faute de Votre Frrère Aîné,

Voilà pourquoi je m'en prends à lui avec autant de véhémence et j'irai maintenant jusqu'au bout,

parce que moi, ce bonhomme m'a fait devenir SCANDALISE, donc incoyant et athée,

Celui-là même qui affiche dans une lettre de 2003 sa HAINE des incoyants,

Comment il pense ?
Comment il agit ?

QU'IL DEVIENNE HONNETE, CHARITABLE ET INTEGRE ... et il génèrera une Vraie Espérance de Paix et d'Amour,

chose que la "foi arésienne" n'est de toute évidence TOUJOURS PAS,

parce que toi même, qui te caches derrière un pseudo,

tu ne m'as toujours pas répondu POINT PAR POINT à mes interrogations,

tu bottes chaque fois en touche et c'est ton problème,

je n'ai pas le moindre doute à ton sujet que tu es un homme bon et droit,

mais alors :

réponds moi point par point à ce que je suis venu dénoncer explicitement ici,

de façon implicite sur mon blog,

parce que VIVRE LIBERE DES POUVOIRS ?

Tant que vous ne reconnaîtrez pas à la Nature que Dieu a créé sa PRIMAUTÉ,

tant que vous tiendrez les discours "à la Potay" sur la bonté et se changer,

vous allez ne générer qu'une religion de plus, voire une secte,

Si ce n'est pas déjà le cas, ce que je crains fortement !!!

Donc commence par me répondre, point par point, à tout ce que je dénonce,

Publie les comptes de ton frère aîné et alors, seulement, tu pourras venir me retroouver au pied de la Ste Victoire,

dans la paix et la sérénité,

dans la lumière et la vérité ...

Parole d'un frère des steppes, nomade et homme libre,

Flèche Brûlée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
AM
Invité



MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Ven 4 Juin - 9:32

RICHESSE ET PAUVRETE DEVANT DIEU
article du PA n°3 1978
Revenir en haut Aller en bas
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Ven 4 Juin - 10:15

Merci AM !

cela fait des années que je ne suis plus en possession de la collection ...

Merci pour cette utile précision !

Et j'ajoute ici les noms de 2 plantes sauvages éminemment vertueuses, gloire à Dieu !

2 plantes qui vont remettre votre frère aîné dans une forme éblouissante,


foi de Flèche Brûlée,

Parce qu'elles ne soignent pas que le coeur : ce sont des remèdes puissants,

Que j'expérimente pour moi qui soufre de l'hémochromatose, depuis de longues années,

Il s'agit du ROMARIN et du MARRUBE BLANC,

À consommer crues,
Ou en huiles essentielles,

Mais je déconseille en eaux chaudes ou bouillies, car le Romarin devient très laxatif,

En revanche, prendre tous les soirs un BAIN CHAUD dans une décoction de thym, de romarin et de menthe,

c'est du pur bonheur ! J'en fais bouillir dans 20 litres, puis je rajoute l'eau froide ...

Ici, toutes ces 3 premières plantes (excepté la menthe) croissent en profusion !!!

Celles ou ceux qui se déplacetaient ici à Aix pour cueillir des sacs remplis de plantes pour leur frère aîné,

Je les accueille très volontiers !!!

Mais n'attendez pas l'été, c'est maintenant le moment !

Et pour être complet quant aux soins naturels des affections cardiaques, lisez les excellents ouvrages d'André Passebeq,

Ils ne sont pas chers et permettent d 'èviter chimie comme chirurgie cardiaque ou autres !!!

À bons lecteurs ...

Votre dévoué serviteur de la Nature,

Flèche Brûlée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Ven 4 Juin - 13:05

Oui avec la nature on peut se soigner, se guérir. Plus on s'élève vers Dieu moins on devrait être malade. A la nature s'associe le changement intérieur, ainsi toute maladie même celles dites incurables, peuvent guérir. J'y crois !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Ven 4 Juin - 13:15

@Michel Potay
PA N°3 - 1978


RICHESSE ET PAUVRETE DEVANT DIEU


DE LA RICHESSE NON CONDAMNEE, MAIS SUSPECTE
À LA PAUVRETE NON OBLIGATOIRE ET PARFOIS PERVERSE


LE NUANCIER DELICAT ET POURTANT NET, QUOI QU'ON DISE, DES ECRITURES SAINTES

« Ainsi dans ce monde moderne tout entier tendu à l'argent, tout à la tension à l'argent, cette tension à l'argent contaminant le monde chrétien même, lui fait sacrifier Sa foi et ses moeurs au maintien de sa paix économique et sociale.
C'est là proprement ce modernisme du coeur, ce modernisme de la charité, ce modernisme des moeurs.
Il y a deux sortes de riches : les riches athées, qui - riches – n’entendent rien à la religion. Ils se sont donc mis à l'histoire des religions, et ils y excellent. C'est eux qui ont inventé les «sciences religieuses» ; et les riches dévots, qui - riches - n'entendent rien au christianisme. Alors ils le professent.
Tel est, il faut bien voir, il faut bien mesurer, tel est l'effrayant modernisme ; l'effrayante, la misérable efficacité. Il a entamé, réussi à entamer, il a modernisé, entamé la chrétienté. Il a rendu véreux, dans la charité, dans les moeurs il a rendu véreux le christianisme même. »

Ces lignes Sont de Charles Péguy dans Notre Jeunesse, ce livre où il plaça aussi sa phrase célèbre que tout commence en mystique et finit en politique.
D'un grand écrivain catholique, sincère conscience sociale aussi du début du XXème siècle, ces lignes figurent intentionnellement là : pour montrer comment il ne faut jamais - au plan spirituel - flétrir la richesse en polémiquant. La polémique est violence et débouche sur la violence. Par son excitation elle aveugle son auteur même, aussi sincèrement chrétien se croit-il être, conscience sociale ou non. Dans Sa Justice la Parole de Dieu met en garde l'homme contre la richesse, mais elle laisse aussi une espérance à ceux que leur sort terrestre a rendu riches.
Cerner la nuit profonde où l'argent et les biens sont dieux, n'est pas vouloir arrêter l'aube pour qu'elle ne se lève plus jamais sur eux, pour qu'ils pourrissent plus encore de l'ombre qu'ils n'ont pourri de leur propre existence. On n'arrête pas le soleil sur les riches sans l’arrêter sur les pauvres (Matthieu 5/45), parce qu’en bonne Justice, loin des ressentiments et des détestations (souvent plus jalousie que conscience sociale), il y a parfois de bonnes raisons à certaines richesses, et des responsabilités de certains pauvres dans leur pauvreté.
On ne peul pas comme Charles Péguy accuser la richesse d’avoir porté fatalement une part de ses possesseurs à l'athéisme et au sournois transfert des vraies Causes religieuses en sciences religieuses, manière d’opérer une dérision sérieuse de la vie spirituelle qui les gêne, et d'avoir porté fatalement l'autre part de ses possesseurs à une vie religieuse impossible, donc inaccomplie et hypocrite, sous prétexte qu'ils sont riches, car - en bonne Justice - athéisme et dérision des Causes religieuses, tout comme fausse et inaccomplie pratique religieuse sont aussi propres à la pauvreté. N'a-t-on pas vu inversement des riches comme des pauvres modèles de vie spirituelle, de générosité et d'humilité ?
Et si l'on passe du domaine religieux au domaine social, on ne peut pas davantage faire de la richesse la seule cause des inégalités, car il y a moins d'inégalité dans l'affrontement entre un riche employeur et un pauvre syndiqué qu’entre un magistrat et la victime d'une erreur judiciaire, ou plus encore qu'entre un général et un simple soldat, dont les devoirs de subordination sont effrayants : jusqu'à donner sa vie pour une cause qu'il n'a pas décidée, et qu'il ne peut déserter, pour un salaire qu'il ne peut négocier, ce qui constitue exactement une condition d'esclave, que bien peu de consciences sociales songent à effacer.

Enfin, dans nos sociétés d'abondance surtout, quand faut-il donc - en bonne Justice - user du mot riche ? En biens, valeurs, moyens, argent, où commence la richesse ? Vue d'en bas, pour le pauvre la seule aisance paraît richesse. Vu d'en haut, pour un milliardaire rongé par les soucis, aux biens engagés dans des entreprises risquées (et pourquoi pas utiles ?), le modeste propriétaire de biens non engagés, sûrs, est le vrai riche. Il n'y a pas de domaine où le relatif soit plus fort, où les apparences soient plus trompeuses, et l'on ne compte pas ceux qui semblent riches et qui ne le sont pas, et ceux qui semblent pauvres et qui sont riches.

Dieu ne condamne pas la richesse, puisqu'elle peut être, comme l'abondance des produits naturels, signe de Sa Bénédiction et de Sa Protection. L’Eden, don du Créateur aux premiers hommes, n'est-il pas pour eux richesse au sens absolu ?
Mais le refus du premier fils, Adam (Evanglle donné à Arés 2/1), de vivre dans la sollicitude totale du Père, et son départ pour ce qu'il croit être la liberté, transforme hors de l’Eden la richesse en valeur relative, soumise aux catastrophes naturelles, aux vers, aux voleurs, au pourrissement, aggravée plus tard en état de propriété personnelle et égoïste. Contre cette richesse devenue caricature des dons de l’Eden, que se réserveraient certains, Dieu met l'humanité en garde : malgré sa comédie de générosité et de responsabilité sociale, aux promesses si rarement accomplies, cette richesse-là forme un des hauts obstacles an retour possible de l'homme à ses conditions premières de bonheur, le programme du Salut, Chaque fois que la mauvaise richesse brise et re-brise l'équilibre primordial dont la condition est l'amour, en éclatant en égoïsme, cupidité, injustice, collusions et guerres d'intérêts, elle montre le pire : la peur de perdre son bien plus forte que la peur de perdre la vie éternelle, et les chances de bonheur sur terre.


A tous les niveaux, du spirituel au social, flétrir le riche parce qu'il est ou paraît riche, et magnifier le pauvre parce qu'il est ou paraît pauvre, au sens commun, c'est polémique et démagogie, qui tendent à la violence, parfois sanglante en politique, et à l'horrible esprit de condamnation en religion.
Or nous, pèlerins d'Arès, devons tendre à l'amour, dont la mesure est la condition, car nous ne pouvons pas plus aimer passionnément les riches, et leurs richesses, que nous ne pouvons les rejeter ou les haïr.
Notre mesure est dans la mesure de la Parole de Dieu : Elle met en garde l'homme contre la richesse des biens terrestres, mais Elle ne condamne nulle part la richesse ! Elle condamne ses abus, et surtout les graves péchés qu'elle suscite : égoïsme, cupidité, fatuité, plus fréquents chez les nantis que chez les dépourvus, qui n'en sont cependant pas exempts.
S'agissant de richesse, comme de toute autre cause possible de chute, la Parole de Dieu s’adresse d’abord à nous, serions-nous miséreux. Elle nous ordonne de nous convertir sans cesse à la générosité, à la pauvreté évangélique, et de briser en nous toute envie comme à l'inverse tout mépris pour la richesse, parce que même les pauvres d'entre nous n'ont pas forcément l'esprit de pauyreté.
Moïse, Jésus, Mahomet n'étaient pas pauvres, car ils disposaient des moyens de leurs missions, parfois plus importants qu'on ne croit ; ils n'avaient pas besoin de grand chose pour eux-mêmes, et surtout ils auraient préféré le pire dépouillement au moindre risque pour leur salut éternel ! Là est le véritable esprit de pauvreté.
A l'exemple des prophètes, dont les noms courent sur les lèvres, le petit reste (expression de l'Ancien Testament et de l’Evangile donné à Arès pour désigner les rescapés des ténèbres, ceux qui prennent la voie de la pénitence, de la Justice, de la prière et de l'éternité pour finir) des pèlerins et des pénitents d’Arès, tous prophètes aussi, doivent remplacer le besoin d'avoir par le besoin de ne pas avoir, selon l'expression des ermites de la Thébaïde (Contrée désertique d'Égypte, du côté de Thebes d'où son nom, où vécurent beaucoup de pieux solitaires et d'ermites dont le fameux Antoine du Désert fut le type même). Alors cette condition remplie, être riche ou ne pas être riche devient relatif.
Les ermites de la Thébaïde se savaient cas extrêmes. Ils n'appelaient au dépouillement que des coeurs non forcément d'élite, mais en vocation de dépouillement, et ne supportant pas dans la vie des grosses charges matérielles, fussent-elles celles d'une mission pastorale, qui exige parfois d'importants moyens. Ne pas être riche n'impose pas forcément d'être pauvre en biens et moyens. mais en esprit, comme l'évoque les Béatitudes (Bienheureux les pauvres en esprit ou ceux qui ont une âme de pauvre ! Matthieu5/3).
Sans cette pauvreté en esprit, accomplie, même la mission terrestre de Dieu, Si elle est riche, provoque les pauvres par ce paradoxe : qu'elle semble user de sa richesse pour blâmer la richesse des autres. Le pauvre ne se sent pas concerné, ne voit plus qu'un règlement de comptes entre riches, et perd la foi. Depuis la Renaissance tout l'échec de la mission populaire des Églises tient à cela, et finalement l'agonie des Eglises elles-mêmes. C'est le noeud du problème, qu'il nous faut défaire à la Lumière des Écritures.

L'absolu contraire du sage affranchi du désir peut être représenté par Sardanapale, souverain d'Assyrie, si attaché à Sa richesse et aux plaisirs qu'elle lui procure, qu'il ne peut se résigner à mourir sans entraîner dans la mort avec lui tout ce qu'il possède.
Couché sur un lit superbe, s’apprêtant à mourir, Sardanapale donne l'ordre à ses eunuques et aux officiers du palais d'égorger ses fem mes, ses pages, jusqu’aux chevaux et ses chiens favoris, aucun des objets qui avaient fait sa richesse et servi à ses plaisirs ne devait lui survivre (Thème du Tableau de Delacroix inspiré de Byron).
Ce cas excessif n'est cependant pas sans reflets modernes, pour discrets qu'ils soient. Le Frère Michel fut appelé un jour en Berry par la famille angoissée d'un vieil homme qui, condamné par les médecins, allait se donner la mort en brûlant ses biens, maison et dépendances, valeurs, argent, tant son coeur avait été desséché, et son esprit égaré par l'amour immodéré de la possession et l'avarice. Parlementant avec le malheureux, le Frère Michel (alors encore ecclésiastique) le fit renoncer à son horrible immolation de biens, qui aurait dépouillé sa famille, et il évita d'une part à celle-ci l'ultime intervention de la gendarmerie, et d'autre part au vieil avare peut-être la perdition éternelle.


Sauf les Évangiles qui dénoncent franchement les dangers de la richesse, et sauf quelques passages ailleurs plus sapientiaux (qui se rapporte à la sagesse, La Sagesse, Proverbes, l’Ecclésiaste, etc) que sacrés, les Écritures en général cernent les problèmes de la richesse d'un halo, d'un murmure continuels plutôt que d'un vrai discours. Les bases d'où ce discours contre la richesse paraît vouloir s'élancer, mais ne s'élance pas, se forment de petites notes placides, espacées, qui colorent le sujet moins positivement que négativement, comme un égrappage lent, très ponctuel, qui arrache à la richesse une à une ses vertus possibles, et surtout ses chances de plaire à Dieu, Qui cependant en reconnaît l'existence dans l'ordre des choses : Riches et pauvres se rencontrent. Dieu les a faits tous deux, dit le Livre des Proverbes (22/2).
La mise en garde contre la richesse vient comme un suintement au long de la Bible (les Évangiles, plus catégoriques, exceptés) et du Coran. Ce suintement, coulant insensiblement des Lèvres de Dieu, sape, mine la richesse - celle qui n'existe que pour elle-même -, qui finalement s'effondre dans son néant ou sous le poids de ses audaces, et cependant on n'entend nulle part sa condamnation absolue depuis le Ciel. Même au nazir (appelé aussi naziréen, homme consacré à Dieu pas dans le sens de prêtre, et qui s’imposait une ascèse. Le vœu du naziréat pouvait être temporaire. Le fameux Samson de la Bible était nazir) les biens terrestres ne sont pas interdits, alors qu'il doit se priver de bien d'autres choses : vin, ciseaux du coiffeur, etc. La richesse, bien que placée sous la circonspection de Dieu, semble ne pas pouvoir être condamnée absolument parce que Dieu l'envoie parfois à certains, comme une Bénédiction, à Noé, à Abraham, lsaac, Jacob, Joseph et tant d'autres. Pourquoi ? La raison est claire : sans cette richesse les prophètes de Dieu ne peuvent garder leur indépendance, qui garantit la réussite de leur mission. On se trouve ici face au même paradoxe qui fait dire à Dieu d'un côté Tu ne tueras pas, mais Lui fait d'un autre côté armer le bras de Ses héros Josué, David, etc.
Mais les richesses qu'envoie Dieu, celle renvoyée à Job comme celles des patriarches et rois d'Israël, ne demeure Bénédiction et Protection qu'en l'esprit de pauvreté. Pour l'avoir oublié, le roi Salomon, à qui Dieu donna certainement plus qu'à aucun autre, finit tristement sa vie. De sa richesse, bénédiction et gloire sur lsraël, il fait sur ses vieux jours sa propriété personnelle, pour son seul plaisir et les caprices de ses jeunes femmes. Sa dynastie ne s'en relève pas : dès son successeur le royaume d'lsraël éclate.
Le courage, nécessaire aux prophètes pour blâmer les dangers de la richesse, Dieu l'exige aussi des hommes auxquels il a permis ou donné la richesse, le courage de se garder eux-mêmes des fautes et des vices, où font glisser si aisément les facilités de la possession. C'est ce courage, vif chez Salomon jeune, le sage, qui est perdu par Salomon devenu vieux jouisseur. Soit parce qu'ils blâment de front les puissances terrestres, généralement ploutocratiques (gouvernement par les plus fortunés, le plus souvent sous l’apparence de démocratie) , les prophètes pauvres s'arment de la vaillance de Dieu ; soit qu'ils violentent en eux-mêmes toutes tentations de satisfaction, de cupidité et d'avarice, les prophètes nantis s'arment de la même vaillance contre les obstacles, non pas absolus mais presque absolus, que peut dresser la richesse devant les portes du bonheur éternel.
Cet écart étroit entre l'absolu et le presque absolu, que Jésus raccourcissait encore dans la parabole fameuse du chameau et du trou de l'aiguille (Image fameuse de Jésus rapportée par l'Évangile de Matthieu 19/24, Marc 10/25, Luc 18/25), d'une part rend délicates les nuances distinguant la richesse terrestre qui ne tue pas l'âme de la richesse terrestre qui la tue. Cet écart étroit d'autre part forme le passage mince, mais suffisant, par où passent depuis toujours tous les prétextes, toutes les mauvaises justifications et «moralisations» des riches coupables des péchés de leurs richesses. Cet écart étroit enfin, entre absolu et presque absolu, entre l'absence de condamnation expresse par Dieu et la permanence de réprimandes divines, forme depuis toujours le champ clos où s'affrontent toutes les opinions sur la richesses sans avoir jamais rien conclu.
Dans l'interminable discussion qu'elle provoque, la richesse se manipule comme ce serpent monétaire, dont on parle beaucoup, mais dont la tête est tantôt pauvreté, tantôt fortune, et elle mord dans les deux ças. Le courage prophétique, si nécessaire pour manipuler ce sujet venimeux quand on s'adresse aux riches, comme il est rappelé plus haut, est plus nécessaire encore quand on s'adresse aux démunis, car rien n'est plus impopulaire que de vouloir épargner aux pauvres et aux modestes les tentations d'une richesse qui recèle tant de dangers pour le salut de l'homme.
Comme l'appel à la pénitence, qui n'enchante pas les masses, la mise en garde contre les périls de la richesse est l'antithèse de toute séduction. Le pèlerin d'Arès qui s'y adonne avec courage comprend ce que l'Evangile donné à Arès veut dire par : Tu veilleras à ce qu’on répande Mon Enseignement comme une Aumône, pour nourrir, mais non pour séduire… (20/2).
Les pauvres ne sont pas plus automatiquement sauvés que les riches ne sont automatiquement précipités dans les ténèbres. Ceux qui, n'ayant rien, convoitent pêchent autant que ceux qui possèdent sans partage. Mais c'est un fait que le riche acquiert plus facilement que le pauvre des faiblesses qui amollissent puis tuent l'âme. La richesse écrase trop souvent sous son poids la conscience qui pourrait épargner à son possesseur l'abus, la cupidité, l'égoïsme. La lucidité étouffée, la richesse fait du riche son esclave ; le riche ne se sent plus dans son état normal et en sécurité que riche. Job, qui fut riche, s'en rend compte « Si j'ai mis dans mon or mon assurance, et si j'ai dit à l'or ‘Tu es ma sureté’, si je me suis réjoui d'avoir grande fortune et de ce que j'avais beaucoup gagné..., Si mon coeur s’est laissé séduire en secret… c'est encore une faute qui relève du jugement, car j'aurais renié le Dieu d'En-Haut » (Job 31/24 à 28).
Toujours dans la Bible, le Livre de Ben Sira (livre de la bible plus souvent appelé l’ecclésiastique - à ne pas confondre avec l’Ecclésiaste - ou bien Sircide du nom de son rédacteur Ben Sira) nous confirme la menace qui pèse sur le riche, qui met toute son espérance dans ses possessions terrestres et dans leur accroissement : Ne te fie pas à la fortune, et ne dis pas: « Ce dont j'ai besoin, je l'ai ». Ne suis pas ton désir et ta force pour agir selon les penchants de ton coeur, Ca à coup sûr, le Seigneur te châtiera (5/1 à 3).
Pesons bien au passage la nuance entre ce que dit la Bible Ne te fie pas à la fortune, et ce qu'elle ne dit pas Condamne la fortune. La richesse, enseigne la Bible, est une sécurité illusoire et toute provisoire, même si elle dure toute une vie terrestre, parce qu'elle altère ou oublie la préparation à la mort. Cet oubli, dont elle est cause, tient principalement à ce que la fortune porte dangereusement les riches à se croire une catégorie de bénis, d'élus, d'êtres supérieurs, et même de guides naturels des peuples. C'est sans ménagement, et dans une langue d'une saisissante actualité, que le même Ben Sira écrit sous l'inspiration de Dieu Le riche commet l’injustice, et c'est lui qui s'indigne ! Le pauvre le subit et c'est lui qui supplie. Si tu lui es utile, il t’exploite, mais si tu viens à manquer, il t’abandonne. Si tu as du bien, il vit avec toi (et à la première occasion) il te dépouillera sans le moindre chagrin (13/3 à 5).
L'homme riche jouit en effet souvent auprès des pauvres d'une considération si paradoxale que dans la plupart des cas elle peut l'étourdir, le porter à se considérer sincèrement comme supérieur : Le riche parle et tous se taisent, et on porte aux nues son discours. Le pauvre parle et on demande : « Qui est~ce ? et s'il trébuche, on le fait tomber carrément (13/23).
Et le riche imbu de son état supérieur, devenu un impie, même s'il fréquente église, synagogue ou mosquée, se justifie : Bonne est la richesse quand elle est sans péchés et mauvaise la pauvreté, au dire de l'impie (13/24).
On pourrait citer ainsi beaucoup de passages de l'Ancien Testament, qui blâment la richesse terrestre - celle qui ne voit plus qu'elle-même - et qui mettent ses possesseurs en garde contre la possession acharnée, contre leur surdité aux appels des affligés sociaux et des missions de Dieu, et même parfois de leurs propres familles. Pourtant l'évidence d'un dépouillement qui viendra tôt ou tard, sinon avec les revers de fortune, du moins infailliblement avec la mort, est sans cesse mis en évidence, comme dans le Psaume 49 (48) : Que l'homme enrichi ne t'impressionne pas car à sa mort il n’emportera rien, son opulence ne descendra pas derrière lui... Cela pour la matière de sa fortune, mais quand à sa vie spirituelle Dieu se fait plus menaçant encore : Il peut (le riche) durant sa vie féliciter son âme, s’entendre féliciter pour s’être fait de la fortune : il rejoindra la génération de ses pères qui jamais ne reverront la lumière. L'homme dans sa richesse ne comprend pas, il est semblable aux bêtes qui périssent.
Mais c'est dans les Évangiles, par la bouche de Jésus, que la mise en garde contre les péchés qu'engendre la richesse - qui tuent spirituellement l'homme de même que le mensonge ou l'adultère - dépasse le subtil nuancier qu'est en ce domaine l'Ancien Testament, pour teinter crûment en noir la fortune égoïste et cupide. Là les mots, avec quoi jouait encore Dieu, deviennent cris et vibrations, qui réveillent en sursaut. Là le tri entre riches égoïstes et perdus, et riches qui partagent et qui se sauvent est fait en quelques instants.
Le riche perdu, c'est celui dont parie Marc, le riche qui tomba aux genoux de Jésus et dit «Bon Maître que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? ». Jésus lui dit : Pourquoi m 'appelles-tu bon ? Personne n'est bon que Dieu seul !. Tu connais les commandements : Ne tue pas, ne sois pas adultère, ne vole pas, ne porte pas de faux témoignages, ne fais de tort à personne, honore ton père et ta mère. ». Le riche déclara à Jésus : « Tout cela je l’ai observé avec soin dès ma jeunesse » Jésus le fixant se prit à l’aimer et lui dit : va, vends tout ce que tu possèdes et donnes-en le prix aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel, puis viens et suis-moi ». Et le riche devenant sombre à cette parole, s’en alla tout triste, car il avait beaucoup de propriétés. Alors jetant un regard circulaire, Jésus dit à ses disciples : « Comme ceux qui ont de l’argent entreront difficilement dans le Royaume de Dieu ! ». Les disciples étaient effrayés par ces paroles. Jésus repris : « Mes enfants, comme il est difficile d’entrer dans le Royaume de Dieu ! Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille à coudre qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu ! »
C'était cependant dans la bouche de Jésus une saillie. U savait le riche en question si avare que sa réponse aurait été aussi négative si Jésus lui avait demandé de vendre la moitié ou même le quart de ses biens. A l'extrême avarice Jésus avait posé, pour faire image, l'exigence extrême. En fait Jésus, tout en étant toujours sévère pour la richesse, montrait en maints cas plus de mesure. Et nous en arrivons au riche sauvé, dont Luc nous conte l'histoire.
Entré dans Jéricho, Jésus traversait la ville. Un homme, nommé Zachée, chef des publicain, et riche, survint. Il cherchait à voir Jésus, mais, étant petit de taille, il ne le pouvait à cause de la foule. Courant en avant, il monta sur un sycomore pour le voir. Passant devant l'arbre, Jésus leva les yeux et l'appela «Zachée, hâte-toi de descendre de ton arbre, car je vais auiourd'hui prendre logis chez toi !» Et Zachée se hâta de descendre et reçut Jésus avec joie. Ce que voyant, tous murmuraient : « Il est entré chez un pécheur! » Mais Zachée dit au Seigneur : « Voici, Seigneur, que je donne la moitié de mes biens aux pauvres, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je lui rends au quadruple ». Jésus dit alors : «Voilà que le salut est entré aujourd'hui dans cette maison, car lui aussi (ce riche qui partage) est fils d'Abraham…
Les propos de Jésus sur la richesse et les riches abondent dans les Evangiles, sauf dans l'Evangile de Jean, qui semble se garder de déplaire aux riches, car - étant pourtant le plus copieux en texte - il ne contient pas la moindre mise en garde contre les péchés qui les menacent. Mais on sait qu'à Arès l'Envoyé de Dieu a réfuté les écrits de Jean.

Comment éviter François d'Assise quand on médite sur la pauvreté ? Le grand Giotto le représenta dans l'acte capital de Sa transformation : Français renonçant à ses biens.
Après son baiser au lépreux, François, en renonçant au riche héritage de son père, triomphe des tendances naturelles de l'égoïsme humain. Là est le sens de son geste, et non dans la pauvreté choisie pour la pauvreté. D'ailleurs, il disposera pour accomplir sa fondation de moyens qui, pour avoir été mendiés, n'en ont pas moins été importants à la longue. L'esprit de pauvreté n'impose pas l'absence de moyens pour l'accomplissement de sa vie.


Dans les trois Evangiles synoptiques, de Matthieu, de Marc, mais surtout de Luc, la richesse n'est pas plus condamnée absolument que dans l'Ancien Testament. Mais condamnée relativement, avec ses possesseurs égoïstes, elle l'est plus explicitement, plus fortement aussi. Si fortement même que les ébionites, une secte judéo-chrétienne des IIe et IIIe siècles, comprirent l'enseignement de Jésus comme une condamnation totale et sans appel de toute richesse terrestre, et s'imposèrent une pauvreté absolue. Mais, nous l'avons vu à propos de Zachée, Jésus ne confondait pas tous les riches. Par contre absolue, permanente, sa méfiance envers la richesse l'était, et, par corollaire, pressant était son conseil d'éviter la fortune, parce que très grands sont les risques que les soucis et la duperie de la richesse étouffent la Parole de Dieu, comme nous le rappelle Matthieu dans la parabole du Semeur (13/22). Chez Matthieu encore cette célèbre alternative : Nul ne peut s’asservir à deux maîtres : ou bien il haïra l'un et aimera l'autre, ou bien il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez pas à la fois vous asservir à Dieu et à Mammon (Puissance démoniaque de l'argent et des biens terrestres) (6/24). A travers l'enseignement de Jésus, d'abord spirituel, transparaît sa conscience, rare à l'époque, des besoins sociaux de ses semblables. C'est pourquoi ses appels trouvèrent tant d'écho, tout comme ses appels à guérir toutes les maladies de l'âme s'accompagnaient de sa conscience des souffrances des malades du corps et de la nécessité de les guérir. Génie incomparable de Jésus.
Le Coran n'oublie pas davantage les riches, et le fait même parfois avec une fine ironie : Ceux qui s’attachent trop à la vie d’ici-bas et à son lustre, Nous (Dieu) les rétribuerons exactement selon leurs oeuvres et ils ne seront nullement sous-estimés. Ces gens-là recevront dans la vie future le feu, car leurs actes auront été vains. Ce qu'ils ont fait sur terre sera un échec (XI/15). La tradition musulmane nous rapporte ces paroles de Mahomet, un jour que quelqu'un lui demandait : « Prophète de Dieu, je voudrais me livrer à un travail qui me vaille la satisfaction de Dieu et la considération des hommes. -- Pratique l'ascèse, lui répondit Mahomet, ton renoncement au monde plaira à Dieu et ton renoncement à tes biens t'épargnera la jalousie des hommes ». Mahomet ajouta: « J'ai eu une vision du paradis et de l'enfer : la plupart des habitants du paradis étaient les pauvres de ce monde. La plupart des habitants de l'enfer étaient les riches...». Prolongeant la pensée biblique, le prophète de l'islam, on le voit, ne voyait pas tous les riches en enfer, ni tous les pauvres au paradis, mais la plupart d'entre eux seulement.
Le pélerin d'Arès aime tous les hommes, riches compris donc. Mais la richesse n'a pas d'ami plus méfiant que le pèlerin d'Arès, qui plaint ceux qui en sont atteints, quand ils en ont oublié le remède permanent : la générosité, l'esprit de pauvreté, le besoin d'avoir devenu besoin de ne pas avoir. Mais la richesse collective entraîne la méfiance du pèlerin d'Arès autant que la richesse personnelle. Une communauté riche peut montrer autant d'égoïsme, de cupidité et d'esprit de calcul, qu'un individu. Point de différence majeure entre richesse commune et biens personnels. Dans les deux cas la possession peut ronger, dessécher les cœurs, étouffer la conscience et la joie. Il n'est pas seulement question ici des richesses des sociétés anonymes qu'on appelle capitalisme. On a bien vu que transformer le capitalisme privé en capitalisme d'état ne résout pas les dangers de la richesse. L'ivraie peut envahir le champ privé comme le champ communal.
Et donc, contrairement à ce que certains, avec légèreté, ont cru lire dans l'Evangile donné à Arès, comme un appel au communisme ou au collectivisme, le pèlerin d'Arès n'y lit rien de tel. Pour lui il est clair que ceux qui fixent le prix de la terre, le prix du fer et du feu, le prix de la prière, le salaire de l'ouvrier, l'intérêt de l'argent (28/24), sont sans exceptions tous ceux, individus comme collectivités, sociétés privées comme nations, qui agissent en mauvais riches, en tyrans économiques, et cela vise beaucoup de communautés et nations collectivistes.
C'est bien pourquoi, pour conclure cette réflexion sur la richesse, il paraît bon de rappeler que le Frère Michel a discerné dans l'appel de la Veillée 28 de l'Evangile donné à Arès autre chose : un appel à une autre civilisation !

Léon XIII (1878-1903) et PIE X (1903-1914)
Le paradoxe qui sépare ces deux papes sur le problème de la richesse, illustre de façon saisissante l’impossibilité d’adapter la Parole de Dieu aux concepts sociaux de notre civilisation qui, malgré ses aménagements, n’a pas changé le fond du conflit entre fortune et pauvreté depuis l’antiquité pré-chrétienne. Il illustre donc les inévitables incohérences et doutes – dans des décisions prises à partir d’un système religieux qui n’a pas réussi à se réformer lui-même.
Léon XIII comprend les problèmes sociaux de l’Europe sur la fin du XIXe siècle. Jugeant que le temps d’une plus grande justice sociale est venu, il publie en ce sens l’encyclique Rerum Navarum (1891), où, tout en reconnaissant la légitimité de la propriété privée, il condamne les abus de l’exploitation capitaliste qui accule les travailleurs à la pauvreté. L’encyclique va jusqu’à préconiser la création d’associations ouvrières (syndicats) et même la participation du personnel au capital de l’entreprise.
Lui succédant en 1903, Pie X considère au contraire le progrès social comme un modernisme contraire aux conceptions catholiques et synthèse de toutes les hérésies (Encyclique Pascendi). Il remet en vigueur dans les grands séminaires l’enseignement scolastique du Moyen Age ! Il excommunie plusieurs défenseurs du modernisme, dont, en France, l’Abbé Loisy. Il somme Le Sillon, journal catholique libéral et social, de cesser de paraître. Son attitude est exactement inverse, tout en se réclamant du même « évangile », ce celle de son prédécesseur immédiat.
Revenir en haut Aller en bas
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Ven 4 Juin - 16:05

PAIX À TOI
ASSUNTA !

Merci d'avoir pris le temps de recopier fidèlement, me semble-t-il

Cet article que j'ai cité plus haut

Et qui, tant d'années après en avoir pris connaissance,

Me fait maintenant FROID DANS LE DOS,

Pour l'interprétation que monsieur Potay fit (et fait toujours, me semble-t-il ?)
De la Parole de Dieu,

Car lorsqu'il écrivit, entre autres, que "Jésus ... disposait de moyens ... Pour accomplir sa mission"

POTAY A MENTI,
Sauf à ce qu'il s'en réfère aux "moyens" du coeur

Et le Coran affirme que Dieu l'en avait doté plus que tout autre prophète !!!

Et il n'a pas dit Vrai lorsqu'il a écrit, en tant qu'ex-employeur :

" car il y a moins d'inégalité dans l'affrontement entre un riche employeur et un pauvre syndiqué qu’entre un magistrat et la victime d'une erreur judiciaire"

J'ai été souvent victime d'erreurs judiciaires,

Et, parce que je suis un nomade, donc libre dans ma tête, j'estime que j'ai mieux pu faire face à ces injustices, en fuyant notamment,

Alors qu'un employé qui a sa maison, sa voiture, ses crédits sur le dos, est mentalement pieds et poings liés à son "patron"...

Ainsi, et sachant, comme l'écrivit Njama à juste titre,

Que chacune et chacun de nous voit midi ... "à la porte de sa yourte" ai-je ajouté pour plaisanter sur mon cas,

Ici, je voudrais ajouter un petit quelque chose à ce sujet précis :

La Richesse et la Pauvreté devant Dieu,

Et j'espère que tu as compris que je te respecte assez pour ne jamais penser te juger,

Mais Dieu nous donne toutefois le droit de nous stimuler réciproquement,

Et si tu as quelque chose à me dire ou à me répondre,

Sache que c'est très volontiers que je te lis et que je te lirai, car tu possèdes une grande culture et ta foi me paraît sincère !

Paix à toi, donc,
Assunta,

Voici ce que j'ai sur le coeur de t'exposer, concernant les "richesses" :

Hier, j'ai passé de longues heures en ville, Aix, que j'ai du reste traversée à pied,

Tant je suis impatient : oui, j'ai horreur de faire du sur-place,

Or il y a des bus qu'il est nécessaire d'attendre 20, 30 minutes,

Donc j'ai marché sur des kilomètres,

J'ai vu beaucoup de monde en ville

Et pas que des "heureux",

Peut-être ai-je croisé le regard de 30, 40 ou 50 "malheureux"

De celles et ceux qui restent assis, pour ne pas dire prostrés ... Et qui tendent la main,

Nous implorent

Et je ne fais actuellement RIEN DE VISIBLE pour eux,

Ni je ne leur donne une pièce,

Ni je ne les invite à venir partager un bon repas chez moi, voire un lit douillet,

Parce que j'ai fait, plus tôt, ceci,

Mais, comme je vis seul, je l'ai payé cher, car, souvent, ces gens qui en sont réduits à cette extrémité dernière,

Qui consiste à ne plus savoir que faire d'autre, que tendre la main,

Ils se trouvent dans une telle détresse, une souffrance que nous n'imaginons pas,

Qu'ils peuvent, par jalousie ou "bêtise",

Devenir violents et dangereux, j'ai expérimenté cela, notamment en 1991 et 1992 ...

J'ai quasiment tout perdu,

Je l'ai détaillé plus haut ...

Il semble donc aujourd'hui que je ne fasse rien de "concret" pour lutter activement contre la misère du monde,

Or, toi comme Pascal, Yve, Njama et tous ici,

Je crois imaginer que c'est ce qui nous motive, tout au fond de nous !!!

Que le monde change, dans et par l'équité !

Donc je te parlais mardi du combat que j'ai entrepris depuis que j'ai eu cette idée d'imaginer créer un troupeau se nourrissant exclusivement de broussailles,

En sélection naturelle, laquelle se veut comparable à ce Modèle Parfait que constitue la Nature ...

Et je me demande si tu peux avoir seulement "idée" de ce qu'une telle démarche A DÉRANGÉ du "beau monde"

Et m'a coûté cher,

Puisque, pas plus tard qu'hier, il m'a fallu aller répondre à la gendarmerie d'Aix "d'entrave à la circulation avec menaces de mort"

Uniquement, parce qu'un Sédentaire, qui est venu construire sa grosse villa à 50 mètres de mon campement,

Estime avoir le droit de rouler à vive allure sur la piste forestière que moi, je suis censé débroussailler, à l'aide de mon troupeau,

Piste forestière anciennement Voie de Transhumances depuis Arles et la Camargue jusque sur les plus hauts alpages ...

Aujourd'hui, Assunta, moi qui suis un héritier direct de ces pasteurs qui ont si poétiquement inspiré Jean Giono

Et je pense, notamment, au Serpent d'étoiles ...

... Je suis devenu un DELINQUANT dès lors que je m'interpose, sans coups ni menaces,

Puisque cet homme a menti,

Mais avec courage, devant un véhicule puissant aux commandes duquel officie un pauvre hère haineux ....

Je suis par ailleurs honoré par la haine que me vouent nombre de "chasseurs" dignes fils de Tartarin,

Comme la haine des gardes ONF qui filent leurs griffes et leurs dents contre moi,

Comme la haine des paysans-éleveurs, qui triment durement pour se payer de puissants tracteurs, des ouvriers et des charges,

Quand moi, qui ne cultive rien, ni ne "cotise" davantage à la mutualité sociale agricole,

Puisque je me nourris sainement, à quoi cela me sert-il ?

... Je vis HEUREUX et je CHANTE à la Gloire de Dieu, à longueur de journée ...

Ce qui en dérange plus d'un !

Ainsi, ma chère Assunta, pour en revenir à ces malheureux qui ponctuent les rues de nos cités, été comme hiver, du reste,

"SI", dès l'école primaire, on leur avait appris à dénicher dans les bois, les plantes, racines, feuilles et baies comestibles,

Voire à piéger les bestioles proprement,

Voire savoir se construire un abri hermétique en simples branchages,

Savoir allumer un feu sans briquet ...

Je pense qu'il y aurait TELLEMENT MOINS DE MISERE en ville

Et pourquoi dans les villes ??

Parce qu'elles sont un piège, où tout paraît si facile ... A commencer par voler ...

Et moi qui ose m'exprimer ainsi, j'ai connu ce tel piège !!!

En effet, le lundi 20 mai 1992, alors que mes ex-"associés" m'avaient "plumé" et que je me retrouvais sans ... Même le tuyau de gaz de la gazinière ...

Et que les Assedics venaient de me communiquer le montant de mes droits par écrit,

Soit ZERO FRANCS,

Car j'avais été jusque-là un simple "chef d'entreprise",

Ce jour-là, chére Assunta, j'ai soudain pris conscience combien je m'étais "planté"

En voulant utiliser la Nature pour amasser du fric,

Et seulement cela,
Afin d'en faire profiter "le frére Michel"

Comme n'importe qui d'autre !

Aussi, plutôt que m'abaisser à aller faire la manche, je suis descendu dans les bibliothèques

Et j'ai lu, pour ne pas dire "dévoré" quantités d'ouvrages sur les Amérindiens

Et tous ces Peuples que l'ont dit "indigènes",

Pour me perfectionner dans le peu de connaissances que j'avais de la Nature, néanmoins,

Alors, j'ai définitivement compris combien ... Eux AVAIENT ASSIMILÉ le Livre et la veillée 28 de l'évangile délivré en Arès !!!

En un mot : la Parole de Dieu ...

Confère, notamment, comment vivent les Moken de la Mer de Chine, qui ont établi pour règle de ne jamais chercher à posséder "plus" que ce qui se trouve sur la jonque voisine !!!!!

Merci à Eric Valli et à tous ces autres Prophètes,

Qui, bien souvent, sont partis au péril de leur vie rencontrer ces Peuples Premiers,

Ceux-là mêmes dont Dieu a annoncé : " Bonheur pour l'homme griffe la boue et mange le ver gras" !

Merci à Jamake Highwater, nommé par ses frères : Le Fils de l'Aigle,

D'avoir rédigé : L'Esprit de l'Aube,

Merci encore à un Anglais dont j'ai malheureusement oublié le nom

Et qui publia aux éditions Time Life en 1974 : Les Premiers Cavaliers,

Comme s'il avait pu avoir connaissance de la Veillée 28, pas encore publiée !!!

Ainsi, mes soeurs et mes frères qui êtes en Quête de Vérité,

Je vous invite une nouvelle fois à venir partager quelques heures, un jour et pourquoi pas davantage,

Dans la Paix de la Nature, loin du bruit des cités,

Car il n'y a pas de télé ici et j'ai définitivement coupé la radio depuis fin 2009,

Afin de m'imprégner toujours davantage, de la Vérité du Créateur, face auquel je m'asseois et, ouvrant mes veines à pleins poumons, je lui dis :

"- Entre, ô mon Dieu .."

Ce que Potay le Riche a été bien incapable de réaliser, ne fut-ce que pour lui-même :

Son discours du pèlerin d'Arès est tortueux et trompeur,

Quel scandale !!!

Je le cite ici pour conclure :

"En biens, valeurs, moyens, argent, où commence la richesse ?"

Moi, je réponds, contrairement à tout ce qu'il a affirmé, depuis la parution de ce no 3, en 1978 :

La richesse que Dieu réprouve et, au sujet de laquelle, en tant que "fils d'Adam",

Que nous payerons de notre vie,

En attendant Dieu en terre,

Cette "richesse" en question, très simplement : c'est le "bruit" !

Ce fameux BRUIT que Dieu dénonce depuis la Genèse :

"de l'Arbre de la connaissance du bien et du mal, tu ne mangeras pas"

Ce qui signifie que ce BRUIT QUI NOUS TUE, c'est cette vision industrielle qu'ont les humains depuis Adam,

Vision qui consiste à REFUSER LA NATURE et ses lois,

Pour lui préférer agriculture, métallurgie et constructions de pierre,

Ainsi, dès Èbèl, Dieu porta-t-il sa préférence sur les nomades, pas nécessairement bergers,

Je l'ai spécifié plus haut,

Nomades, donc, dont Elie, puis Jésus,

Qui renoncèrent à leur part d'héritage,

Relire in Marc, Luc et Matthieu :

QUAND JESUS DISPOSA-T-IL NOTAMMENT DE POGNON pour assurer sa Mission ?

Ainsi qu'ose le prétendre cet escroc de la Parole de Dieu qu'est MICHEL POTAY ...


Merci, Assunta, d'être venue rafraîchir ma mémoire vacillante,

Car je ne me souvenais plus de tant de détails et je suis à nouveau plus que jamais indigné et scandalisé par les propos de cet homme !

Paix à toi, malgré tout, Assunta,

Paix à vous tous, si vous le pouvez,

Et Gloire à Dieu de nous avoir placé face à une telle épreuve :

ce Prophète qui est capable de lire DEUX LIVRES POUR UN LIVRE,

Afin de mieux justifier tout le pognon qu'il a ainsi amassé et dont il s'est bien gardé de publier tous les comptes !!!!


Flèche Brûlée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Ven 4 Juin - 17:18

"ALORS LE JARDIN EST FAUCHÉ, VENDU ... "

Tel est le titre du prochain chapitre que je vais publier sur mon blog,

grâce à la re-lecture ce ce scandaleux méli-mélo de Parole de Dieu et de religion

Dont Potay est l'instigateur depuis les origines de la "foi arésienne",

Et du moins, depuis la parution de cet article en 1978,

LIBRE A VOUS DE CONTINUER DE SUIVRE CE "SAINT HOMME"...

Pour moi,
j'en ai suffisamment dit,

Aussi je me retire,
la tête haute,

PAIX A VOUS

et merci à Yve,
tellement "mesquin",
n'est-ce pas, Pascal,

...Qu'il a néanmoins accepté de publier tout ce que je pouvais dénoncer,

chose que j'ai tenté de faire sur le blog de monsieur Potay,

lequel, manifestement,
n'apprécie pas que l'on ose venir le déranger,

durant ses prières au dieu Mammon ...

Il est né "petit homme" et il l'est resté ;

Je prie de ce fait pour la paix de son âme et j'ai livré plus haut le secret de plantes pour lui assurer longue vie, encore !

Moshé a bien vécu jusque 120 ans ...

Quant à moi, qui ne fuis pas ici mes responsabilités,

je vous donne en public mon numéro de téléphone :

06-60-69-84-79
(ne pas laisser de messages, je n'ai pas de crédit et ne pourrai les écouter ...)

Longue vie à toutes et à tous,

Flèche Brûlée,
serviteur de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
Pascal
Invité



MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Ven 4 Juin - 23:41


J'AI EFFACE DES PROPOS, J'ESPERE QUE TU LE COMPRENDRA Very Happy


C'est pour toi comme les autres njama et Fleyche Very Happy




(L' Aministrateur )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Sam 5 Juin - 0:31

Citation :
Et j'ai lu, pour ne pas dire "dévoré" quantités d'ouvrages sur les Amérindiens
Et tous ces Peuples que l'ont dit "indigènes", Pour me perfectionner dans le peu de connaissances que j'avais de la Nature, néanmoins, Alors, j'ai définitivement compris combien ... Eux AVAIENT ASSIMILÉ le Livre et la veillée 28 de l'évangile délivré en Arès !!! En un mot : la Parole de Dieu ...
Confère, notamment, comment vivent les Moken de la Mer de Chine, qui ont établi pour règle de ne jamais chercher à posséder "plus" que ce qui se trouve sur la jonque voisine!!!!!
Merci à Eric Valli et à tous ces autres Prophètes,
Qui, bien souvent, sont partis au péril de leur vie rencontrer ces Peuples Premiers, Ceux-là mêmes dont Dieu a annoncé : " Bonheur pour l'homme griffe la boue et mange le ver gras" !
Merci à Jamake Highwater, nommé par ses frères : Le Fils de l'Aigle,
D'avoir rédigé : L'Esprit de l'Aube,
Merci encore à un Anglais dont j'ai malheureusement oublié le nom
Et qui publia aux éditions Time Life en 1974 : Les Premiers Cavaliers,
Comme s'il avait pu avoir connaissance de la Veillée 28, pas encore publiée !!!

TROUVE SUR LE WEB :

SUR LES AMERINDIENS
http://www.culture-amerindiens.com/

LES MOKENS
http://www.youtube.com/watch?v=aF5l_fPoABc

Ils sont un peu moins de 3000. Répartis dans les archipels de la mer d’Andaman, entre la Birmanie, la Thaïlande et la Malaisie : les Mokens sont un petit peuple nomade, en sursis.
Ils sont marins, mais ne pêchent pratiquement pas, réservant l’usage du filet aux hamacs. Ils préfèrent chasser au harpon, récolter des coquillages sur la plage ou chercher des vers de bois dans la mangrove. En 2002, les autorités décidèrent de regrouper tous les Mokens en un seul et même village. Ils l’appelèrent le "Village idéal", avec une école pour que l’usage du birman remplace la langue moken et un monastère bouddhiste pour faire disparaître les anciennes croyances. Malheureux, les Mokens s’enfuirent une nuit, reprenant le large sur leurs kabangs. L’armée les pourchassa et cela tourna à la répression. Depuis ces incidents, les Mokens sont en liberté très surveillée.
Etrange destin de ce peuple voué à la malédiction, qui cultive la hantise de la mort et des mauvais esprits, et se bat pour survivre avec une formidable énergie, dans les décors somptueux de la mer d’Andaman.

ERIC VALLI
http://www.ericvalli.com/

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Valli


JAMAKE HIGHWATER • L’ESPRIT DE L’AUBE
De tradition Cherokee Pied-Noir, Jamake Highwater examine la confrontation de deux visions: celle des Indiens d’Amérique du Nord et celle de la Civilisation occidentale. Les rites, l’art, la tradition orale, la perception de l’espace et du temps sont abordés ici sous un angle original et saisissant.


FRANK TRIPPETT • LES PREMIERS CAVALIERS
Edition Time-Live - Série ‘Les origines de l’Homme’ - ouvrage traitant principalement des Scythes.
http://www.courrierdessteppes.com/Les-premiers-cavaliers-et-les

Citation :
(ne pas laisser de messages, je n'ai pas de crédit et ne pourrai les écouter ...)
Avec l'opérateur SFR même en n'ayant plus de crédit on peut écouter ses messages (et lire les textos).
Revenir en haut Aller en bas
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Sam 5 Juin - 12:18

Bon jour Pascal,
Paix à toi !

Tu ne te "soumets pas" à mes "injonctions" et, en cela, je te félicite, tu es un homme libre !

En revanche, je déplorais qu'il y a peu de dialogue possible entre disciples convaincus par la légitimité des propos du prophète

et ses contradicteurs, lesquels ont parfaitement le droit d'user de "fines plumes", tout comme de "tartines" ou je ne sais quelle autre "mesquinités",

dont je note au passage qu'elles furent utilisées contre moi,

lorsque je faisais état du courrier du 18-08-1992 ...

Or vous, "Arésiens", vous savez tout, vous ne prenez même pas le temps de répondre point par point à un courrier,

si désagréable fut-il

Et je ne cache nullement ma hargne,

Ainsi, tu crois pouvoir venir me rencontrer SANS MEME PRENDRE LE TEMPS DE DEMONTER POINT PAR POINT TOUTE MON ARGUMENTATION ?

Que je mature avec une patience extrême depuis plus de vingt ans ???

Et, par amour, je n'en doute aucunement, tu viens ici publiquement qualifier ma patience et ma longanimité de "vieilles querelles ?"

LIBRE A TOI Ô PASCAL !!!

Mais j'ai, ce matin même, publié sur mon weblog tout ce que je pensais de l'attitude ignoble du prophète Potay

Et je me suis permis de le faire publiquement,

pourquoi ???

Parce que, jusqu'en 2003, j'ai maintes fois inviité "le prophète" à venir méditer le sens de la Veillée 28 aux côtés d'un nomade,

chose qu'il a chaque fois déclinée,

se gaussant, du reste, de mes vues de simple berger,

comme il s'est gaussé du "front pur et dur de l'athéisme"

tel athéisme dont LUI est, tout autant que toute autre religion,

RESPONSABLE DEVANT DIEU !!!

C'est ce que j'ai publié ce matin sur mon blog, page "ALORS LE JARDIN EST FAUCHE, VENDU"

et ne venez pas pleurer, Vous, Pèlerins d'Arès,

que je refuse désormais de vous accueillir en mon modeste campement,

dont photos depuis google, lien NaturImages,

car j'accepte encore très volontiers de vous y accueillir,

afin que, vous qui le respectez encore, vous puissiez lui cueillir TOUTES PLANTES SAUVAGES QUE DIEU A CREES

et qui lui permettront de vivre encore longtemps !!!

Mais il vous sera inutile de vouloir teenter de me convertir à votre "foi arésienne" qui pue le mensonge ainsi que l'imposture !!!

Vas donc d'abord sur mon blog et REPONDS-MOI point par point !

Et PUBLIE ENFIN LES COMPTES de Michel Potay,

comme Dieu publie tous les siens : "J'ai, Je suis, ... Mon Bras ne touche pas "...

Et cessez définitivement de vendre le si beau "Jardin", dont Mical a hérité, mais dont il a si bien su commercialiser ses fleurs,

Un vil tarif ...

Un peu d'humilité à vous, les Donneurs de leçon !!!

Flèche Brûlée,
frère des steppes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
Admin
Admin


Messages : 887
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Sam 5 Juin - 14:47

Merçi à tous ça va me faire de la lecture !!


Citation :
Bravo pour ton initiative d'aller serrer la main de l'ami Fleyche. Il faut dire que pour lui, se pointer avec ses 300 biquettes à Losserand ne serait pas facile !

humour, lui avec ses 300 biquettes ils ( ou elles ) sont capables de lui demander de repasser par l'accueil .


yve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Sam 5 Juin - 16:42

Hola mes soeurs,
Hola mes frères qui venez lire les échanges, certes, pas toujours très courtois sur ce forum,

Quoi que Yve a beaucoup de sagesse, ainsi il est à même de nous gratifier d'une pointe d'humour,

et lorsque je dis : pas toujours très courtois, j'assume à l'évidence ma part de responsabilités,

Paix à vous, néanmoins !

Je n'accepte toutefois pas que l'on vienne ici me parler d'un "dialogue de sourds"

je m'adresse ici à "Pascal",

alors que ce dernier feint d'ignorer mes interrogations (en forme d'affirmations, c'est clair),

Pour ce qui est de moi, je prends désormais le risque de me "planter",

donc de perdre mon âme,

en dénonçant POINT PAR POINT tout ce qui m'est apparu

pour le moins "criticable" chez celui que je nomme désormais "monsieur Potay"

et parce que je considère qu'il a gravement DENATURÉ ce formidable Message

qu'il a reçu,

mais pourquoi ?

"Parce que si tu les avais écoutés, homme Michel, Je ne serais pas descendu vers toi" dit la Veillée 30.

Et moi, qui ne suis pas davantage "prophète" qu'un de ces scandalisés,

dont fait état le verset 5 de la Veillée 28,

j'ose juste venir rappeler ceci,
en le martelant, ce qui n'est certainement pas très délicat de ma part :

" - Voilà où Je suis : ma Parole, comme un fleuve, s'écoule à nouveau sur les steppes "...

Ces mêmes steppes, mes frères et mes soeurs, que, pour des raisons liées à ma très mauvaise santé, j'ai été amené à arpenter, de longues semaines durant,

tous les étés depuis 1974, jusqu'en octobre 1984, date à laquelle je suis devenu "berger" à l'année,

Ainsi, malgré moi, vais-je dire, j'ai pu côtoyer des HOMMES BOURRUS ET RUDES,

ceux-là mêmes dont Jésus, durant la veillée 28, nous annonce que DIEU SE TROUVE PARMI EUX !

Alors, permettez-moi de vous dire, qu'à 47 ans révolus,

je sais aujourd'hui si j'ai, ou non, affaire à un "homme rude",

je parle ici de Pascal, auquel je demande de répondre ici sans détour

à tous les points que je soulève,

dont les comptes de monsieur Potay,

et s'il ne le fait pas, cela signifie pour moi qu'il est "tout" sauf un homme rude,

auquel cas, personnellement, je n'ai pas plus de temps à perdre avec lui,

parce que je te rassure Njama, depuis fin 1988 que je me suis battu pour créer ce troupeau et générer le combat qui en a découlé,

je ne me suis pas contenté de la blogosphère,

loin s'en faut !

Et je reviens ici vers Pascal, ce n'est désormais pas avec une poignée de main que tu me convaincras de stopper ce vent de critiques à l'encontre de monsieur Potay,

Car, j'ai dit avoir patienté PLUS DE VINGT ANNÉES,

commençant par me taire, ensuite par oublier ... jusqu'à en être torturé, jour et nuit, de me taire aussi lachementt !

VOUS, Pèlerins d'Arès n'en êtes désormais qu'aux débuts avec moi

et, puisque tu connais la Parole d'Arès,

tu connais mieux que quiconque ceci :

"Mical monte dans la patience ... Je serre l'artère "

ou encore :
"L'ennemi, l'horreur choit ..."

Ainsi, n'aies aucune espèce de crainte, car si "ennemi" je suis,

alors Dieu ne tardera pas à me faire disparaître !!! Me réduire à néant, avalée la cendre ...

En revanche, si j'agis tel un de ces "compagons sévères ... Qui reçoivent ma Parole et qui L'accomplissent ..."
(veillée 39),

alors il semble que Dieu ne me laissera pas sans soutien !

Parce que je ne crois pas être si étranger que cela à ces "sentiers chevriers" que j' emprunte, jour après jour,

depuis tant d'années maintenant,

Mais j'en entends d'ici certains murmurer que ... Flèche Brûlée lit décidément l'évangile d'Arès "au pied de la lettre !"

Et je vous laisse sourire ici, car c'est votre problème, si vous n'avez rien de mieux à produire !

Je ne me tairai plus jusqu'à ce que vous vous résolviez enfin, vous les Marmots de Mical, à accomplir vraiment, justement, la Parole de Dieu et je ne céderai pas !

foi de Flèche Brûlée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Sam 5 Juin - 17:17

Réponse à Assunta,

Merci, mille fois merci pour tous les détails que tu as su trouver sur le web ou ailleurs et que tu nous as apportés,

par tranches épaisses, et alors ???

Moi qui marche beaucoup, j'aime bien les tartines

et s'il y a un point sur lequel il semblerait que nous ayons trouvé un accord,

c'est au sujet des nomades,

eh bien, moi, tu vois, si j'étais un citadin, en plus d'utiliser les transports en commun,

ou de marcher à pied,

je créerai une Association pour venir en aide aux Moken, voire aux Mongols ou aux Amazoniens,

en cela, je serais à n'en pas douter beaucoup plus "nomade" que nombre de bergers,

qui, aujourd'hui en Europe, roulentt en 4x4 et se gavent de primes ...

Voilà, c'était un petit coucou, Paix à toi ma soeur

et sache que si on me laisse un no de tel, portable ou fixe, par texto sur mon téléphone,

je peux rappeler à la nuit tombée d'une autre ligne, avec laquelle j'ai pas mal d'heures de crédit,

mais je ne communique pas ce no, car c'est le même téléphone avec lequel je suis relié au net,

écran de 4,5 cm de large,

ce qui n'est pas grand chose, mais je m'en contente,

Et paix à vous toutes et tous,

Au plaisir Pascal de lire ce que tu as à me répondre, ici en public !

Flèche Brûlée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
Pascal
Invité



MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Sam 5 Juin - 18:43

Cher Fleyche,

Je parcours vos lignes après une bien belle journée au pays du gruyère et du chocolat (lol). Je me suis laissé inviter volontiers par une amie que je surnomme affectueusement “la marmotte des montagnes”, que je soutiens depuis quelques années vu ses difficultés. Me voilà gratifié d’un petit séjour imprévu du côté de la rivierra Suisse, à Montreux. Un chouette coin aux abords du Léman. A en lire votre ascèse vigoureuse que vous pensez salvatrice pour votre âme et pour l’authenticité de votre adhésion au message arésien - en taillant de vives croupières à son témoin cependant - je devrais avoir honte de ces vacances de riche et de cette quiétude aux accents épicuriens : bain à bulles en plein air que tutoient montagnes et soleil, crèmes glacées, flâneries, bon repas et petit Sauthern bien frais ce soir avant de reprendre le clavier pour vous.
Je ne vois pas dans vos lignes un ennemie de haut vol envers la fraternité arésienne et le Message qu’elle tente de servir, avec toutes les imperfections inévitables, que j’ai moi-même critiqué aussi. Et puis, le stade de la critique acerbe étant ce qu’il est, la logique de l’évolution reprend ses droits, s’invite et même s’impose à vous, si vous êtes un pénitent d’une part, et si vous pensez que c’est sagesse que de s’imposer d’être fraternel. C’est donc armé de ce bon voeu que je m’étais proposé de vous visiter. Voeu qui reste toujours valable : après le rivierra Suisse ? Chiche ! Voilà un contraste qui me serait saisissant à vivre que d’aller tâter le cul des chèvres du côté de votre cambrousse après m’être laissé aller aux douceurs helvétiques.
Mais vous semblez conditionner ma venu de nouveau. Cela est bien dommage. La controverse que vous formulez trouve son explication dans votre besoin d’exister, d’être écouté, entendu. Je dis ça, parce que j’ai appris avec le temps à lire entre les lignes, à percevoir les motivation profondes au travers des mots, des sons que dessinent les bouches. J’aime lire dans les expressions d’un visage, dans des yeux qui s’agitent, dans les silences qui ponctuent mon ressentis. Le web, les forums, n’offrent rien de tout ces langages subtiles. Le forum d’ici et votre blog ne sont que le réceptacles des cadavres de vos pensées, cher Fleyche.
Vous n’êtes pas un ennemie de haut vol et qui plus est problématique pour la fraternité arésienne. Vous êtes soit un joueur qui use d’une verve et qui s’en amuse - ça tourne parfois au caricatural et j’avoue en rire - soit vous êtes effectivement un ours mal léché dont la rudesse fait état d’une nature et d’un caractère avec lequel, si nous sommes ouvert en la fraternité arésienne, il faudra bien s’accommoder. Et c’est bien pour cela qu’une rencontre serait une bonne chose.
Bien entendu - et je suis têtu moi aussi - je ne me soumet pas une nouvelle fois à votre injonction. C’est mon côté imbuvable et indigeste, il faudra vous en accommoder aussi. A prendre ou à laisser. Rencontrons-nous ainsi ou démettez-vous de votre invitation.
Fraternellement.
Revenir en haut Aller en bas
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Sam 5 Juin - 20:52

Eh bien, soit ! Mon frère "Pascal", puisque tu te trouves dans les "environs" et qu'il me paraît que ce petit Sauterne t'ait mis de bonne humeur, alors viens donc faire un détour chez le guerrier que je suis, ce n'est pas au nomade de refuser l'hospitalité à qui que cela soit, il fait très chaud ici, amène une bonne "thonon", qui sera préférabble à un quelconque alcool,

et paix aux marmottes,

Flèche Brûlée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Sam 5 Juin - 21:10

Citation :
je créerai une Association pour venir en aide aux Moken, voire aux Mongols ou aux Amazoniens,
J'avoue je ne fais pas cela mais j'ai un ami togolais qui fait partie d'une association dans son pays pour venir en aide aux femmes et je lui envoie de l'argent.
Je t'invite aussi à visiter mon blog :
http://mondesansguerres.hautetfort.com/
Je suis avec les humanistes du Mouvement Humaniste où il y a bcp de non-croyants parmi eux mais qui ont une belle spiritualité et qui agissent comme Dieu demande à Arès.
Je crois en la RA mais ne suis pas Pèlerin d'Arès. Ma spiritualité c'est l'ontologie.
Revenir en haut Aller en bas
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Sam 5 Juin - 22:43

Super, Assunta, que ton blog !!!

il se fait tard et je dois me coucher, mais je l'ai enregistré dans mes favoris,

Ainsi, quand j'en aurai ma claque d'entendre parler des guéguerres entre PA et pa et FM et ...

Alors, j'irai m'instruire sur ton blog,

et je salue TOUS LES HUMANISTES ATHEES COMME "SPIRITUELS"

et Paix à vous tous !!

C'est merveilleux, cette initiative !

Quel bol d'air frais ...
Qu'en dit monsieur Potay ?????

A + , chère Assunta la Tartine ...

Flèche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
fleyche



Messages : 75
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 53
Localisation : STE VICTOIRE

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Dim 6 Juin - 7:43

Paix à toi, Pascal !

Je vois que ton petit Sauterne digéré, tu es un petit peu moins sûr de toi

Et ce ne serait pour moi un quelconque problème,

du reste, de t'accueillir en septembre, ou pourquoi pas en octobre, en novembre, en décembre !

... Si la "foi arésienne", dont tu me paraîs être un ténor, à défaut d'un champion,

n'était pas ignominieusement construite sur la défiance,

l'exclusion et, pourquoi pas la haine,

car lorsque je lis avec quelle superbe tu t'adresses, notamment à Yve, Njama et "Tartine Assunta"

moi qui suis un homme juste, bon, droit et intègre

et qui me garde bien de manier le mensonge, à l'image - désastreuse - de votre maître à poter,

c'est à dire celui qui met dans des pots de chambre, si tu suis mon regard,

vraiment, toi et tes comparses, qui n'hésitez nullement à manier le mépris le plus hautain et puant

plus que de la peine, vous me faîtes honte,

car vous n'êtes, somme toute capables, à l'image de votre frère haineux,

que de générer le mépris, l'exclusion ...

"VOILÀ OÙ JE SUIS ..."
Déclarait le Ressuscité à Arès : certainement pas dans ton coeur et encore moins dans celui d'un "Mical",

qui, dès 1978, retournait se vautrer dans ses mensonges, somme toutes bien nécessaires,

pour qui s'est avéré incapable, à la suite de Jésus, où d'Élie,

de renoncer au voeu "pieux" d'Adam de dominer la terre et d'en payer un (lourd) tribut à Dieu !

Aussi, toi qui te la pètes, de ne pas "obéir" à mes injonctions,

toi qui viens te gausser de ce que, moi, pauvre berger esseulé, j'éprouverais le besoin de "parler", comme "pour me rassurer",

Mais sais-tu réellement à qui tu t'adresses ???

OR TOI TU TE DÉGONFLES MAINTENANT !!!

À l'image de Potay au Grand Bec, mais au ventre mou,

toi, tu te dégonfles et je vais te dire pourquoi,

les yeux dans les yeux, comme tu l'as si joliment écrit,

voici la raison, ô mon frère :

Tu n'es pas un homme ...

Et cela me désole de voir combien vous qui vous croyez être "élus"... Par le "maître d'Arès",

vous n'êtes, en réalité que de pauvres hères, des spectres au regard vidé de toute substance de Vie,

des poltrons de salon, à défaut d'être des militants du web,

ce qui n'est pas si mal !

Car sans jamais les avoir rencontrés, sache que j'apprécie mille fois plus Yve ou Njama que toi,

grande gueule, qui, du reste, roule peut-être les mécaniques, de surcroît !!!

Aussi, toi qui te targues de savoir "lire entre les lignes",

apprend d'un modeste berger, si "orgueilleux" (merci, Denis K.), qu'il se contente de vivre plutôt frugalement, sous une simple tente,

ainsi que nous l'a rappelé Dieu à Arès :

"le menteur assurre le mauvais qu'il ne jeûne pas ...",

apprend donc d'un berger ceci, disais-je :

"Votre ignorance des Choses du coeur est à la mesure de votre suffisance" ...

Ainsi, tu peux venir te moquer en public de ce que je te mets en garde contre le fait que vous n'allez pas pouvoir continuer de garder "pour vous seuls"

Une Parole aussi prodigieuse que celle délivrée en Arès, en 1974 et 1977,

Car le Temps est venu où Ma Parole s'accomplit ...

Pas plus tard qu'hier, Assunta communiquait ici même les coordonnées de son blog dédié à la Paix dans le Monde

Et c'est vraiment merveilleux de constater, combien, "si loin de Dieu", n'est-ce pas ! (Vu d'Arès, en tous les cas ...)

Des femmes et des hommes de valeur s'investissent sans peur pour générer la Paix sur la Terre,

Quand vous autres, hypothétiques mais pour autant pathétiques monstruosités tout droit issues de la ... Potaythèque de votre frère haineux,

Disais-je déjà plus haut,

Petites cagoles de bas étage,

Car, enfin, avoue-le : tu te dégonfles après être venu jouer les matadors ici même !

Eh bien, crois-moi ça fait, véritablement "petit mec",

... Du plus mauvais effet, mais c'est seulement ton problème !

Et vous n'aurez laissé derrière vous, sur cette triste Terre, devenue "Urne Qui Pue" par vos soins adultères,

Jamais d'autre empreinte qu'amertume et colère !

Car vous n'êtes jamais que pâquis, chasse, boucs et chiens ...

Parole de Flèche Brûlée,
Frère des steppes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fleche-brulee.net
njama



Messages : 367
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Dim 6 Juin - 10:50

fleyche a écrit:
Sachant que de la mi-juillet à fin aout, j'ai pour voisins ...

La garde républicaine, qui interdisent aux gens l'accès au massif ..'

Ici tu piques un peu ma curiosité ! "Garde républicaine" ce n'est pas la gendarmerie !
Que font-ils dans le coin ? ils gardent l'entrée de la grotte de Marie-Madeleine ? ou quelques résidences de ministres ?
Pourquoi interdire l'accès au massif ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???   Aujourd'hui à 9:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Dieu avait-Il d'autre choix que Potay Michel pour nous renvoyer sa Parole ???
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 14Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 8 ... 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» Dieu avait besoin.....
» Supplication à Marie ! Mère de Dieu, priez pour nous.
» Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous....
» Dans l'unité d'une même prière "vers Pâques avec le Saint Esprit "
» Dieu au milieu des dieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ABEILLE :: Paroles de Dieu : La Révélation d'Arès-
Sauter vers: