L'ABEILLE
L'ABEILLE

La Vérité c'est que le Monde doit changer . Basé sur les écrits du Frere Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Pour Bernard de la F. de Bretagne Sud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 886
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Pour Bernard de la F. de Bretagne Sud   Lun 27 Juil - 13:16

Bernard de la F. de Bretagne Sud

27jul15 166C55 
Ce que j’apprends et comprends maintenant avec cette entrée : "socialement parlant l'amour, le pardon et la liberté ne sont féconds et créateurs  que dans des petites unités. C'est seulement dans des petites unités sociales que l'homme peut vivre sous la Voix et défaire le nœud (Rév d'ArèsxLii/13) de la loi (xix/24)."
Mes incompréhensions :
Une question, quelle est la différence entre les petites unités sociales et les Assemblées souveraines d’elles-mêmes (Rév d'Arès 8,1), puisqu’à priori les petites unités sociales sont composées également de pénitents ? Je ne saisis pas bien la nuance.
La naissance des petites unités ne peut pas devancer la pénitence. Aussi je ne comprends pas bien l’appel à disperser la masse, à redonner à l’homme sa liberté qui si ces hommes ne sont pas pénitents recréeront  le mal d’une autre manière. Quand vous écrivez « Autour du noyau du petit reste de pénitents la masse se dissoudra en petites unités.  Vous voulez dire : En petites unités de pénitents à leur exemple ?
Je vois une contradiction entre cet appel : "Il faut disperser la masse, redonner à l'homme sa liberté. Beaucoup de nations, petites unités acceptant au fur et à mesure de leur réapparition un seul principe, l'autogestion dans l'amour." Et le prime appel à la pénitence qui fera que des pénitents se regrouperont en petites unités sociales.
J’y vois une ambiguïté avec l’esprit révolutionnaire et des violences à venir inutiles. Ce qui me semble clair c’est d’appeler chaque individu à commencer sa pénitence puis  à se séparer lui-même de la masse, à assumer de lui même cette séparation en lui-même et à se trouver une petite unité sociale où il pourra vivre sa pénitence de manière optimum et donner à sa pénitence sa force sociale. Et de fil en aiguille dissoudre les masses de l’intérieur, parce qu’il y a aura superposition d’appartenances dans chaque être humain pendant longtemps entre des petites unités sociales, des Assemblées souveraines d’elles mêmes et des nations, ou pays. C’est comme cela que j’avais compris vos précédentes explications où vous disiez que les hommes tourneront le dos aux pouvoirs et aux systèmes et s’en désintéresseront naturellement.
.../...

Citation :
La naissance des petites unités ne peut pas devancer la pénitence. Aussi je ne comprends pas bien l’appel à disperser la masse, à redonner à l’homme sa liberté qui si ces hommes ne sont pas pénitents recréeront  le mal d’une autre manière.

________________
Une idée n'est bonne que dans la mesure ou elle n'est pas exploitée au delà du raisonnable !!! Au delà elle devient folle et va à l'encontre de ce qu'on veut lui faire dire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
 
Pour Bernard de la F. de Bretagne Sud
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour Bernard
» pour se changer les idées, je pars ramasser des prunes à deux pas de chez moi!!
» Bernard de Clairvaux
» sites d'identification papillons, chenilles, chrysalides...
» Cam's

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ABEILLE :: Paroles de Dieu : La Révélation d'Arès-
Sauter vers: