L'ABEILLE
L'ABEILLE

La Vérité c'est que le Monde doit changer . Basé sur les écrits du Frere Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  MembresMembres  Connexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Le nouveau contrat social/5 IMPORTANT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 886
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Le nouveau contrat social/5 IMPORTANT    Mar 6 Déc - 9:18

Commentaire important, ce frére a mis le doigt dessus Idea

04déc11 123C55

Je suis le jeune... Me comprendez-vous? Vous me paraissez si vieux.... Dans votre façon de vous exprimer notamment. Étudiant an Lettres, je ne devrais pas être dépaysé par votre style, cependant.
Je suis en même temps attiré et repoussé par vos entrées. Les idées me plaisent, mais votre style est comme un rideau épais entre vous et moi. Je vous entends, mais étouffé.
"Nouveau contrat social", la dernière entrée "speaks volumes", comme on dit en anglais, en dit long sur tout ce qu'il nous faut changer dans nos mentalités pour suivre sur les sentiers de La Révélation d'Arès. Il y a d'ailleurs beaucoup d'anglicismes dans vos entrées et vos réponses aux commentaires. Cela montre que vous tirez beaucoup de vos lectures en anglais et d'autres lectures. Vous paraissez devoir beaucoup plus aux autres qu'à vous-même.
Vous n'êtes pas le produit brut de la Parole de Dieu et cela me gêne un peu. Cela vous donne un tour intellectuel et me fait tiquer. Un théologien ? Un pédant ? En étudiant un peu vos entrée et vos réponses on se laisse penser que vous n'êtes ni l'un ni l'autre et que cette mauvaise impression ressort seulement de votre expression écrite surannée, et pourtant...
Je suis assez d'accord (cf. réponse 123C48) sur ce que vous pensez de Rousseau.
Un "nouveau contrat social" ne peut reposer que sur l'amour du prochain et votre entrée parle (peu ? mot oublié ? ) trop d'amour. En parle-t-elle seulement ? Comme on dit, vous en dites trop ou pas assez. Développez !
Merci d'un hésitant missionnaire en herbe.
Signature oubliée


Réponse de Michel Potay :
Un "pédant" ? Bigre ! Je ne suis pas susceptible, mais dois-je pour autant laisser derrière moi d'aussi "mauvaises impressions", si j'ai l'occasion de les effacer... au moins de tenter de les effacer ?
Je repars en mission dans le Sud dans quelques jours et, pour ne pas cumuler les retards, je m’acharne à mettre à jour mon courrier ce dimanche matin (je n’ai pas de dimanches, de toute façon), m’étant promis de ne plus m’occuper de commentaires pendant quelques jours. Mais, c’est plus fort que moi, j’ai envie de répondre à votre commentaire, une envie à tous crins — Ce que je peux être "suranné"… Qui dit encore « à tous crins » ? Plus personne (soupir). Allez-vous me comprendre, vous "le jeune" ?
Quel homme peut-il penser et écrire à partir de rien ? Aucun.
Les outils de la pensée qui nous permettent de méditer, de dire, d’enseigner, de montrer des voies nouvelles, sont toujours tirés d’une boîte à outils reçue de ce qui nous a précédés, reçu des hommes et aussi, en ce qui me concerne, du Père Éternel. Côté hommes, je m’inspire de livres anglais comme de toutes lectures que j’ai pu faire et tous propos que j’ai pu entendre dans ma vie. Du moins des souvenirs qu’ils m’ont laissés (J’ai sûrement beaucoup oublié aussi). Rien d’extraordinaire si l’on trouve dans mes entrées de blog et dans mes réponses aux commentaires des anglicismes. Mais y en-t-il autant que vous semblez le dire ? Je ne crois pas.

Passons à l'amour du prochain !
Le nouveau contrat social s’entend, vous avez raison, sur la base de l’amour du prochain.
Comment passer à une société de Bien sans ressentir pour l’humain tout à la fois une chaude tendresse et cet intérêt vif qu’on a pour ceux de sa famille, pour ses enfants ? Il faut un désir — aujourd’hui vu comme complètement dingue — de participer au bonheur d’autrui et, pour cela, de savoir comprendre les peines et les joies, même si ce ne sont pas les peines et les joies dont on est soi-même coutumier.
S’attacher à aimer empêche de s’aimer trop soi-même et cela, c’est une très bonne condition du " nouveau contrat social. " Soyons les spectateurs émus, mais pas les spectateurs sociologiques froids, des autres. Autrement dit, n’aimons pas tant l’humanité que l’homme, pas tant le public que le passant dans la rue. C’est pourquoi, dans le Sud, nos missionnaires essaient — dans la mesure du possible, évidemment — de personnaliser les contacts de rue. Nous ne sommes pas des propagandistes et des réformateurs zigzaguant parmi les foule sur le vélo des idées, d’une doctrine, mais des amis des hommes essayant de leur parler les yeux dans les yeux. Nous ne suivons pas ce que j’appelle le principe d’intimidation ou d’impressivité des modes de communication modernes, mais celui de l’amitié.
Je me dis, quant à moi, que le fait d’aimer un homme ou une femme de rencontre, de passage, doit me bouleverser (sans exhibitionnisme déplacé) dans mon âme, parce que mon âme ne peut naître et prospérer que de l’amour. La simplicité de l’amour du prochain doit aussi quelque chose à la complicité. De là, mon conseil de toujours écouter autant qu’on parle.
Dans la rue et les rencontres de mission on oscille sans cesse entre la gentillesse ou même la sympathie des uns et la rudesse, voire l’hostilité des autres. mais on ne doit jamais oublier qu’on ne choisit pas ceux qu’on peut intéresser. Ce sont eux qui nous choisissent.
Comme base de ce principe je rappelle simplement ceci : Le Père décide de parler aux hommes qu’il aime tous. Pour cela il décide de s’adresser à l’un d’entre eux, dont il tire le nom d’un chapeau où il a mis tous les noms des hommes de la terre — Je ne crois pas que j’avais plus de mérites qu’un autre pour être le témoin de La Révélation qui fut redonnée à Arès, comme elle aurait pu l’être à Istanbul, au cœur de la Sibérie ou dans un hacienda d’Argentine à un autre quidam pas plus malin ni plus saint que moi —. Là, à Arès, il parle à Michel Potay, pauvre type désigné au hasard. Mais qui, pour finir, choisit de mettre en œuvre la mission proposée ? Le Père de l’Univers ? Non. Père a seulement parlé, proposé. C’est Michel Potay qui choisit de le suivre tout comme Adam choisit de ne pas le suivre des millénaires auparavant (Rév d’Arès 2/1-5).
Voilà pourquoi le Père parle de moisson de pénitents — on n’est pénitent que par choix — mais non de mission de conversion. Mon acceptation est un acte d’amour, d’amour envers le Père et envers les hommes, non un acte d’obéissance au sens étroit.
Celui ou celle qui choisit de me suivre répond par son amour du prochain à mon amour du prochain.
Ce que découvre en vous l’homme ou la femme de rencontre, ce ne sont pas des idées, mais un autre homme ou une autre femme. Plus nous aimons autrui plus nous avons de chances de le bien comprendre et de le bien aider dans la Voie de la pénitence (30/11), du salut et de la grandiose mission du changement du monde (28/7).
Autrement dit, vous êtes deux livres à la fois. Outre La Révélation d’Arès, la Parole du Père, que vous faites connaître pour détecter ceux qui s’y reconnaissent et qui y réagissent positivement, vous êtes vous-même un livre. Le livre qui contient l’explication profonde, humanisée, accomplie du précédent. Et cet accomplissement est acte d’amour envers le Père et envers les hommes indistinctement.
Je vais mourir, puisque je suis le vieux, et vous allez vivre, puisque vous êtes "le jeune". J’aurai aimé l’humanité et, de toute ma force, pardonné, fait la paix, cherché l’intelligence(32/5) spirituelle et rendu mon esprit aussi libre (10/10) de préjugés et de peurs qu’il aura été possible à ma faible personne. Mais vous, "hésitant missionnaire en herbe" (n'hésitez pas trop longtemps !), vous ferez mieux que moi, je l’espère. Vous ferez vraiment changer la façon de sentir la vie et les choses pour que les hommes sentent la possibilité d’un autre monde s’ils en aiment l’éventualité (qu'ils, sauf exception, n'aimeront pas s'ils ne vous aiment pas) et pour qu’ils se mettent par amour à devenir pénitents à leur tour.
Alors, vous mourrez à votre tour " inépuisablement recréé par la reconnaissance des hommes, " comme disait je ne sais plus qui (vous allez me le dire, puisque vous êtes un étudiant en Lettres), et d’autres pénitent-moissonneurs après vous mourront de même, accomplis.
Seul l’amour du prochain peut conduire à cela. Aucune loi religieuse, politique ou scientifique ne le peut.


-------------------------------------------------------------------------


Dernière édition par Admin le Mar 6 Déc - 9:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
Admin
Admin


Messages : 886
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Le nouveau contrat social/5 IMPORTANT    Mer 14 Déc - 13:06

Patrick !! il y a un MP pour toi dans ta boite .

Admin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
 
Le nouveau contrat social/5 IMPORTANT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le contrat social de Jean-Jacques Rousseau
» DISSERT : Le contrat social
» Rousseau, Du Contrat social
» Contrat loi Sauvadet
» passage en cdi d'un assistant education

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'ABEILLE :: Un mouvement issu de la Révélation d'Arès-
Répondre au sujetSauter vers: