L'ABEILLE
L'ABEILLE

La Vérité c'est que le Monde doit changer . Basé sur les écrits du Frere Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  MembresMembres  Connexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Le nouveau contrat social/4 Bravo Guillaume !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yve



Messages : 614
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Le nouveau contrat social/4 Bravo Guillaume !   Mer 30 Nov - 11:18

Ce commentaire aussi > Bravo Guillaume !

29nov11 123C42
Il ne faut y aller par quatre chemins. Toutes ces tergiversations ne sont que découpages de cheveux en quatre.
Oui, il faut que l'humanité accepte un nouveau contrat social et tout me paraît simple.
Je ne dis pas que ce n'est pas difficile, mais c'est simple.
La mission arésienne ne réussit pas parce qu'elle n'est pas assez énergique. Je vais lui apporter mon énergie.
J'ai décidé de fonder une mission en Bourgogne où il n'en existe pas. Un héritage de mes parents va me permettre de déménager à Dijon. Je vais y acheter un belle boutique pour en faire le siège de ma mission et je vais en faire une vitrine selon les règles de la publicité, non celles de l'amateurisme mégoteur qui laisse sous-exploitées vos mission de Paris, Toulouse, Nice et quelques autres que je suis passé voir discrètement pour me faire un idée de ce qu'il ne faut pas faire, la mollesse qui est la cause première de votre développement lamentablement lent.
La Révélation d'Arès une une formidable base. Vous n'avez pas su la présenter dynamiquement.
Les choses ne bougent pas dans le monde, parce que vous n'y avez pas mis assez d'énergie.
On va changer ça. Il suffit de faire connaître l'Appel de Dieu lancé à Arès en 1974 et 1977 de la façon adéquate, que vous et vos mission actuelles n'avez pas su mettre au point.
Le monde attend cette Révélation. Il l'attend avec impatience. Il l'attend comme le Messie, mais il faut la lui faire connaître avec une énergie et une espérance communicatives que je ne trouve nulle part dans les missions existantes.
Tout cela est trop mou. Mettons la vigueur en place.
Puis-je vous demander, frère Michel, si vous pourrez apporter votre collaboration à mes débuts ? Nous démarrerons à deux. Ma compagne est d'accord pour affronter le public.
Je vous soumettrai sous peu les maquettes de mes tracts. De la dynamite !
Je me rends compte que rien de ce qu'il faut pour une mission triomphante n'a été suffisamment travaillé.
Guillaume V. de Bourgogne



Réponse de Michel Potay :
Découvrir tout à coup que pendant plus de trente-cinq ans de mission nos actions n'ont été qu'inadéquates, mégoteuses et molles et que leur "développement lamentablement lent" n'attendait qu'un peu d'énergie, ça vous fout un coup, c'est sûr ! Smile
J'ai eu envie de me cacher sous ma table comme un chien grondé en vous lisant.
Mais vous avez la bonté de me demander ma "collaboration" pour vos débuts. Elle vous est évidemment accordée, mais sera-t-elle nécessaire avec toutes ces "énergie et espérances communicatives" que vous allez répandre à Dijon ? Au fait, assurez-vous que "la boutique" soit assez grande pour accueillir tout la ville de Dijon, sans compter les villages des environs.
Je ne vous situe pas, mon frère Guillaume, mais je ne connais pas tout le monde. Vous en êtes la preuve vivante.
Votre enthousiasme me laisse toutefois penser que La Révélation d'Arès et la pratique apostolique de nos assemblée n'ont plus aucun secret pour vous.
Me permettez-vous néanmoins de modérer un peu votre élan ?
Un homme aussi entreprenant que vous ne peut pas refuser quelques conseils d'une vieille expérience, même molle et mégoteuse.

Parlons sérieusement ! Réfléchissez à ce que vous voulez faire dans la paix, en m'écoutant.
Votre commentaire part d’un bel enthousiasme, mais celui-ci repose sur trois illusions qui, poursuivies, provoquent au mieux le scepticisme. Le scepticisme, c’est vrai, est parfois le point de départ de la foi, mais il arme plus souvent des convictions négatives, notamment celle qui dit que l’homme et le monde ne peuvent pas changer. Vous êtes impatient de vous jeter dans le torrent de la mission avec la pieuse gente et, bien sûr, je ne saurais vous en décourager, mais je vous demande de ne jamais enfourcher trois idées trompeuses que je trouve dans votre commentaire.

Premières idée trompeuse :
Vous dites: "Le monde attend cette Révélation comme le Messie." C'est faux, mon frère.
L'idée selon laquelle il existerait un consensus public en réponse à l’Appel de La Révélation d’Arès est un rêve ou un malentendu. Faire comprendre, donc moissonner, les humains qui comprennent, que le changement de vie ou pénitence (Rév d’Arès 30/11) d’individus est nécessaires pour faire son salut et changer l’ensemble des individus ou monde est une affaire d’autant plus complexe qu’il vaudrait mieux parler de pénitences au pluriel que de pénitence type ou idéale. Dans la pénitence se livrent des combats intérieurs tellement divers ! Le petit reste (Rév d’Arès 24/1) s’efforce d’être un exemple de pénitence « accomplissable », mais ce n’est qu’un modèle moyen dont nous ne sommes pas encore sûrs qu’il soit un exemple valable parmi d’autres. Qui dira quel est le bon modèle ? Les résultats seuls le diront. D’enthousiasme ou d’effort, la plupart d’entre nous accepteront d’être des pénitents toujours meilleurs, mais si nous savons ce qu’est la pénitence, savons-nous de façon certaine si nous aimons, pardonnons, faisons la paix, cultivons l’intelligence spirituelle et nous rendons libres de tous préjugés de la meilleure façon ? Pas encore. Il nous faut poursuivre nos efforts personnels de pénitence.

Deuxième idée trompeuse :
Un beau jour, en 1974 et 1977 le Père de l’Univers a décidé de descendre sur terre, à Arès, prouver son existence et appeler l’homme à recréer l’humanité par la pénitence. Il a d’abord envoyé son Messager, Jésus, pour prouver que celui-ci n’est qu’un homme sauvé, transfiguré et nous inviter à devenir comme lui des christs. Il s’est ensuite manifesté en personne comme il l’avait fait à Moïse sur le Mont Sinaï. J’ai pu constater que cette nouvelle laissait partout où je suis allé, les gens froids ou indifférents dans leur immense majorité, les gens contre et les gens pour étant curieusement très minoritaires. L’immense majorité indifférente m’a démontré la mort spirituelle du monde. La minuscule minorité des contre et des pour m’a montré, du côté des contre une émotivité négative animée par le vent souterrain glacé du rationalisme, de la religion ou simplement de la maladie de la méchanceté, et du côté des pour — sauf rares exceptions riches en promesse dès l’abord— le peu qui reste de souffle de vie spirituelle, généralement pauvre et guère plus qu’intuitif, à rééduquer. Le terrain humain sur lequel s’exerce notre mission est un quasi désert (Rév d’Arès 24/4).

Troisième idée trompeuse :
C’est parce qu’on ne propage pas assez énergiquement La Révélation d’Arès que « les choses ne bougent pas » dans ce monde. Il suffirait de déployer une mission énergique et les chose se développeraient d’elles-mêmes. Faux. Même chez ceux qui bénéficient de situations de monopole idéologique, de moyens de publicité énorme, etc., répandre les meilleures idées et obtenir qu’elles soient accomplies dans des délais satisfaisants, soulever les cœurs et les esprits et faire naître des âmes est aujourd'hui une entreprise quasi impossible par le levier intellectuel. Parce que dans ce domaine ce n’est plus l’offre qui décide, mais la demande et il n’y a plus de demande. Il n’y a pas de solution par la persuasion intellectuelle et par les moyens de la publicité. La seule solution est dans une dynamique de la foi à ressusciter d’abord en nous. C’est une foi de Feu, une pénitence méritoire qu'il faut. C’est en nous montrant des hommes changés que nous pouvons réveiller le désir de changer, quand celui-ci n’est pas mort. Le désir de changer qui n’est pas mort, c’est l’épi mûr, à moissonner, rare au milieu de la forêt de broussailles et d’épines.

J'espère avoir ramené votre enthousiasme à des proportions justes, fondées sur l'expérience de plus de trente-six ans de mission en ce qui me concerne personnellement. Ne me croyez pas imperméable aux suggestions. Je ne demande qu'à voir surgir des méthodes apostoliques nouvelles et efficaces, bien conscient — et tous nos missionnaires sont aussi bien conscients — que nous aurions pu faire mieux et que, quelque part, un beau jour, quelqu'un — peut-être vous, peut-être un autre — nous donnera des leçons. Mais, par pitié, mon frère Guillaume, réfléchissez sur les bases que je vous donne ici. Ne démarrez pas comme un fou sur la base d'illusions.
Éteignez votre "dynamite" et mettez-la dans une tiroir avant de la reprendre et de l'utiliser après et seulement après y avoir bien réfléchi.
Je vous encourage à vous faire mieux connaître de moi. Peut-être utilisez-vous un pseudonyme pour cacher quelqu'un que je connais déjà ? Cela arrive chez les commentateurs.

----------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le nouveau contrat social/4 Bravo Guillaume !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le contrat social de Jean-Jacques Rousseau
» DISSERT : Le contrat social
» Rousseau, Du Contrat social
» Contrat loi Sauvadet
» passage en cdi d'un assistant education

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'ABEILLE :: Un mouvement issu de la Révélation d'Arès-
Répondre au sujetSauter vers: