L'ABEILLE
L'ABEILLE

La Vérité c'est que le Monde doit changer . Basé sur les écrits du Frere Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  MembresMembres  Connexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Miracles Arèsiens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yve



Messages : 614
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Miracles Arèsiens   Dim 3 Aoû - 14:50

Miracles Arèsiens.


Cette rubrique est reprise de notre publication interronpue Ressurection.
Nos lecteurs savent que, dans ces pages religieuses, une telle rubrique n'abuse aps un public friand de prodiges, mais qu'elle proclame l'évidence de miracles qu'on ne peut ignorer qu'en voulant ignorer Dieu.
Tous les Pélerins d'arès sont déjà des miraculés au sens fort du mot: ceux qui ont trouvé la Providence et que la Providence a trouvés.
Mais parfois des miracles au sens de prodiges terrestres leur ont été donné PAR SURCROIT. Ces pages les relatent comme nous les avons vus ou comme ils nous ont été rapportés.



Miracle sur un chantier 1978

L'histoire que voiçi est arrivée quelques mois plus tôt à un ouvrier maçon sur un chantier de la banlieue de Rennes.
Edmond A., compagnon maçon, est l'époux d'une fidéle correspondante du Frére michel, qui la conseille depuis dix ans dans sa montée spirituelle, Jeanine A.
Edmond qui, avant le miracle, ne brûle pas d'une grande foi, plutôt indifférent même, arrive un matin de juin 77 sur son chantier. Passé son bleu, mis son casque, il escalade l'échafaudage au sommet duquel il assure son poste de travail.
L'aube ne semble pas être montée au-dessus de l'horizon. Du haut des quatre étages de la construction, le regard d'Edmond ne voit que ciel bas et plombé, et le sol fondu: jusqu'au lointain dans une mem grisaille. Il a plu toute la nuit. Au moment ou le chantier s'anime une bruine mouille encore les hommes et les choses. Les planches des passerelles, les echelles et les gardes-corps sont glissants.
Edmond se souviendra qu'à ce moment là, subissant la tristesse du temps, il pense à sa femme, Jeanine, qu'il a quittée quelques instants plus tôt, alors qu'elle l'invitait à reciter le premier pére de l'univers de la journée (trois fois le jour, une fois la nuit dit l'Evangile donné à Arès). Notre frére Edmond a bougonné; sans prier il est parti pour son travail.
A présent, dans la grisaille, il regrette d'envoyer sans cesse promener sa femme, quand elle lui demande de prier.
Pourquoi ce regret ? Il ne sait pas. Pourtant dans un instant ce simple regret de manquer à la piété va le sauver.
La force d'une pensée, d'une nostalgie indéfinissale et brève, porte cette pensée jusqu'au Saint du ciel, qui étend sa main. Il étend Sa main invisible, parce que dans le même instant Edmond glisse sur une planche mouillée. Il bascule. Sa main n'agrippe qu'une fraction de seconde le garde-corps, comme huilé par la bruine.Edmond tombe du haut des quatre étages.
Les derniers mots qu'il entendit des lévres de Jeanine tout à l'heure furent pére de l'univers . Il crie: pére de l'univers !, si distinctement que plus tard ses camarades lui demanderont" pourquoi il a parlé d'univers en tombant", une préocupation qui leur paraît bizarre pour un homme qui va mourir.
Edmond tombe. La chute lui semble interminablement longue.
Devant ses yeux tournoient les toits des maisons, les faîtes des arbres, comme le bord de la terre en dents de scie, dira-t-il. sur ce fond tournoyant lui apparaissent ses enfants et Jeanine. Mais la main du Saint du Ciel s'est étendue sous lui.
Tout à coup il sent sa chute amortie comme par un frein puissant, qui l'arrête juste au dessus du sol, sur quoi il ne tombe pas, mais se couche. Pas plus d'efforts que pour se retourner dans son lit, ainsi qu'Edmond explique plus tard. Sur le chantier nombreux ceux qui ont vu la chute, et qui ne s'expliquent pas comment elle fut ralentie prés du sol. C'est presque toujours comme ça, en pareil cas, à notre époque, personne ne pousse trop loin la question. dans notre siécle le miracle est interdit.
Toute question sur l'incroyable s'arrête à la chance ou au bizarre, qui ne compromettent pas la raison avec le tabou de la science. pourtant scientifiquement parlant, la chute d'Edmond a défié les lois de la pesanteur et de son accélération. Même l'ingénieur du chantier, qui a vu e précipité dans le vide, préfére ne pas évoquer ce défi.
Edmond, lui, a parfaitement compris ce miracle. Il se sent dans un merveilleux bien-être et comme parlant amicalement avec Dieu.
Seuls les camarades algériens musulmans d'Edmond savent que que Dieu l'a sauvé. Les hommes qui prient, en quelque langue et selon quelque révélation que ce soient, voient toujours la main du Saint du Ciel.



COPYRIGHT Michel Potay

yve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yve



Messages : 614
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Miracles Arèsiens   Dim 3 Aoû - 14:55

Miracles Arèsiens.


Dieu crie "non!" au meurtrier.


Ce miracle a déjà été publié en juin 77. Mais le couple, qui lui doit son salut, aprés quelques temps de fidélité à Arès, dont il fut l'un des touts premiers pélerins, négligea sa vie spirituelle, oublia, ne donna plus signe de vie.
L'ange du souvenir passa sous leur toit, le couple revint à Arès en pélerins.
avec le Frére michel ils évoquérent le drame qui faillit faire une morte et un homme déchu, condamné pour meurtre; ils rappelérent quelques détails, omis dans le premier récit, comme le pére de l'univers qu'ils clamérent sérrés l'un contre l'autre, et qui s'insére dans le texte repris içi.
On comprendra, à la lecture des faits, pourquoi même les initiales des noms ne peuvent apparaître.


C'est dans une province française, dont les habitants montrent leur fierté de vivre selon une morale rigide, dans une vallée allongée en dans monts ronds, des sapiniéres, que se joue ce drame de l'adultére et le miracle qui lui met un terme.
Un gendarme et sa famille résident dans cette vallée, qui collecte des petits torrents ou se reflétent étoiles et lune, les belles nuits d'été. C'est une nuit comme celle-là que le gendarme trompe son épouse.
La femme qui le tente proméne ce corps souple, soigné, d'oisive, qui tente les hommes depuis toujours.
c'est le genre de femme que les épouses, dans leur infaillible instinct, surveillent d'un oeil fauve, le genre de femme qui se coiffe et se pare à l'heure ou les autres se décoiffent et s'apprêtent pour dormir.
Le gendarme pour un motif de service, se rend chez la femme à l'heure tardive ou le parfun surprend, étant du matin chez toutes les provinciales normales. Il faut une faible chose, un arôme pour déclencher la chimére et bien peu pour qu'un homme s'y noie. Cette femme là s'offre, c'est connu, par solitude et par ennui, l'homme qui l'entretient étant agé, venant rarement la voir. Le gendarme est beau et fort, tentant.
Mais le gendarme, comme beaucoup d'hommes faits pour etre sages, qui défient leur propre nature, devient fou sentimentalement. Charnellement aussi. Sa femme est une fille de paysan, ses joies sont simples, son étreinte robuste. auprés de l'autre il découvre la lascivité, le temps qu'on sait faire durer. Il croit découvrir l'amour. Abberration classique.

La femme joue à former cet homme à ses gouts. perverse ? Qui peut juger ? vide certainement. Elle n'est pas passionnée, seulement paresseuse et raffinée comme beaucoup de paresseuse. La passion inonde le gendarme à toute vitesse, noie sa raison.sa femme lui devient insupportable, comme toujours dans ce cas, il se met à croire qu'elle l'a frustrée du bonheur auquel il avait droit. Ses enfants le gênent, leur bruit aigrit son coeur .... Il ne rêve plus que de départ avec l'autre.
La frivole, ou il voit une idylle, ne voit qu'amusement. Cependant pensant comme toute tête creuse qu'il sera toujours temps de retrouver la réalité, elle joue à partager les projets du gendarme, qui se voit déjà divorcé, affecté à Tahiti, vivant l'amour cinématographique sur le rivage rose d'un lagon. Il y croit tant qu'il apprend lui-même à sa femme qu'il ne l'aime plus, qu'il a trouvé l'amour avec une autre, que plus vite on se séparera mieux ça vaudra pour tout le monde. elle ne comprend pas, elle sort d'un milieu ou époux et épouse font un seul corps, naturellement, ou se tromper c'est se couper en deux, c'est mourir. Sa réaction brutale comme l'instinct de conservation n'arrange rien. Le manque d'expérience en soi et autour de soi est tragique dans ces moments là. Lui découche reguliérement à présent. Son sevice seul , qu'il assure quand même, le lie encore à un équilibre fragile. Intérieurement il se recourbe de plus en plus sur son rêve.
Son épouse par sa fermeté pile au fur et à mesure qu'ils se formulent ses projets; de leurs déchets il devient envahi et son rêve se déplace dangeureusement: détruire ce pilon. Sa raison flottait sur un lagon imaginaire, elle flotte maintenant sur une tempête, dont les coups résonnent, qu'elle dede de n'importe quelle façon ! qu'elle dede de n'importe quelle façon ! A longueur de jour il est ébranlé par cette pensée.
Ainsi qu'il arrive souvent quand tout devient fou, le gendarme se met à consulter les revues occultes, les astres, les boules de cristal, pour se faire dire qu'il sera bientot libre, que le destin va réaliser son amour, que celui-çi est inscrit dans les grands desseins de la planéte. Mais les mois passent et l'épouse résiste à toute idée de divorce.




COPYRIGHT Michel Potay


Dernière édition par yve le Mer 6 Aoû - 16:08, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yve



Messages : 614
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Miracles Arèsiens   Dim 3 Aoû - 19:26

Dieu crie "non!" au meurtrier.
(suite)



.... L'homme consulte une de ces officines funeste ou le "maitre" travaille à faciliter les choses par la magie.
Ceux qui sourient de ces choses montrent seulement qu'ils n'ont jamais été victimes de pouvoirs ténébreux.
Ils existent, plus forts même qu'on ne le croit ... quand on y croit.
Alors peu à peu la femme traine une fatigue inexplicable, maigrit, touche à l'apathie, au point d'être indifférente à ses propres enfants. Le voisinage s'aperçoit de son dépérissement, mais une seule personne comprend qu'il n'est pas naturel, le curé (!) Il conseille à cette épouse qu'on détruit d'écrire à Arès, ou vit un homme de dons et de priéres, dont les effets heureux sur ce genre de mal sont connus.
La femme du gendarme non seulement trouve auprés du frére Michel le secoureur de ses peines, mais encore elle découvre l'événement surnaturel d'Arès et son message "L'évangile donné à Arès" dont elle fait son livre de chevet, ce qui le prêtre d'une façon peu digne d'un homme de coeur, au regret de lui avoir recommandé Arès. Mais c'est une autre histoire.
Trés vite les choses vont mieux. Le gendarme qui croit sa femme tombée au oint de lassitude ou elle cédera à la séparation dans des conditions qui apaisent la conscience de l'adultére ( combien ainsi voudraient partir avec la bénédiction du conjoint abandonné ! ), la voit retrouver son energie. Il devient fou de décéption, il est repris par son désir d'en finir radicalement. Comment c'est le moment ou le prince de la duplicité, Satan, entre dans le coeur de l'homme, et lui inspire de regagner la confiance de la victime.




COPYRIGHT Michel Potay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yve



Messages : 614
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Miracles Arèsiens   Mer 6 Aoû - 16:03

Dieu crie "non!" au meurtrier.



(fin)


Le gendarme qui ne pouvait cacher sa passion jusque là, se montre tout à coup repentant. Il ne découche plus, redevient aimable envers sa femme aidé dans cet effort de comédie par l'absence momentanée de sa maitresse.

La femme du gendarme retrouve du bonheur. au bout de deux semaines, un dimanche que les enfants sont chez leurs grands-parents, l'homme propose une sortie dans les monts: "si on allait varapper comme autrefois! " Ils se connurent en effet dans un club de varappe, d'escaladeurs. leur goût pour ce sport a persisté, bien qu'ils ne le pratiquent plus que rarement, à cause des enfants. Le gendarme compte dans ces conditions de méforme, ....qu'un accident d'escalade sera plus vraisemblable encore.

L'épouse, préparée par deux semaine de gentillesse, ne se méfie pas. Pendant l'ascension, au bord d'une bétoire vertigineuse elle découvre l'horrible vérité. Le visage du mari perd sa fausse paix, il la pousse, elle résiste, ils luttent. Lui est surpris par la résistance de cette petite femme, mais il pousse plus fort, arrache l'une aprés l'autre ses mains qu'elle raccroche comme des griffes au roc. Et tout à coup un cri grave monte du gouffre, un cri vibrant, énorme, "un cri entre le bruit d'un éboulement et un appel humain", confiera plus tard le gendarme au frére Michel, quand il viendra au pélerinage à Arès avec sa femme.
La lutte cesse, les tempes palpitent, l'homme est dérouté. un second cri monte des profondeurs, voix mâle puissante qui dit "Non!", écho répercute "Non!, Non!".Brusquement un nuage noir plombé épais comme un monde, apparaît sur le sommet au dessus, un déluge s'abime sur l'homme et la femme, si terrorisés qu'il a oublié son projet criminel, et qu'elle a oublié qu'elle allait être assassinée. L'eau en quantité diluvienne ruisselle sur eux.

Il tire sa femme sur la plateforme, ils se serrent l'un contre l'autre grelottant de froid et d'émotion. Un temps interminable pour eux s'écoule jusqu'à que la pluie cesse. A travers leurs paupiéres fermées, crispées, ils perçoivent une lumiére intense, ils ouvrent les yeux, comtemplent un spendide arc-en-ciel , qui les coiffe.
Alors la femme dit à son mari: "répétes aprés moi: Pére de l'Univers, toi seul est saint, que régne sur nous Ta Sainteté ..." Tous deux prient, leurs voix sont coupées par des sanglots.
La maîtresse pour compléter le miracle ne reviendra jamais. elle oubliera son gendarme, aussi vite que le vieux monsieur qui l'entretient, l'installera dans une autre ville.
Au moment ou elle est racontée dans "Ressurection" en 77, cette histoire s'arréte au pélerinage d'action de reconnaissance de ce couple à Arès. Mais elle a aujourd'hui un épilogue, le prolongement du miracle qui confirme à quel point, dans ses desseins mystérieux, Dieu veut s'attacher cette femme et cet homme, lequel semble pourtant démériter, ayant voulu tuer son épouse, et ayant cédé non à sa conscience morale, mais à sa peur du "Non" monté d'un abime et à un prodige atmosphérique. L'émotion passée, comme beaucoup qui trouvent et retrouvent le bonheur, le couple oublie l'événement pour des projets tout matérialistes.

L'église les récupére. Mais un soir qu'ils travaillent dans leur jardin, s'étend au dessus de leur tête sans raison atmosphérique, l'arc-en-ciel vu quelques années plus tot sur la montagne. Il se courbe d'est en ouest, dense, scintillant, sur un ciel crépusculaire sans nuages. Ils se regardent, impressionnés, ils comprennent l'appel.
Elle dit seulement : "cet été nous irons en pélerinage à Arès - Il le faut répond t-il. ".

Tiré du Pélerin d'Arès N° 13, Mars 81

COPYRIGHT Michel Potay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bernloub
Invité



MessageSujet: Re: Miracles Arèsiens   Mar 19 Aoû - 17:23

merci de tout coeur, frère Yve pour ces beaux rappels que vous faites , merci pour ces "arcs en ciel" du frère aîné pour nous ramener à la raison de l'amour à grandir entre nous, et bon début d'année spirituel à tous, notamment avec l'Abeille
bernloub
Revenir en haut Aller en bas
yve



Messages : 614
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Miracles Arèsiens   Sam 23 Aoû - 10:51

Bernloub, j'ai remarqué votre dernier commentaire sur le blog de FM 20Aou08 84C31

Je me demande si ce serait pas une bonne idée de reprendre cette entrée 084 du FM sur l'embourgeoisement , et vous demande si vous seriez d'accord pour remettre ce commentaire sur ce forum ???
Very Happy


Yve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Miracles Arèsiens   Aujourd'hui à 11:34

Revenir en haut Aller en bas
 
Miracles Arèsiens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les mystères (miracles) du Coran
» Malheur à toi Angleterre ! Malheur à toi USA ! car si les miracles ...
» LES MIRACLES AMBIGUS DE LOURDES
» Les miracles eucharistiques reconnus
» Les miracles Eucharistiques - 1. Santarem, Portugal

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'ABEILLE :: Un mouvement issu de la Révélation d'Arès-
Répondre au sujetSauter vers: