L'ABEILLE
L'ABEILLE

La Vérité c'est que le Monde doit changer . Basé sur les écrits du Frere Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  MembresMembres  Connexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Pascal2
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Sam 24 Mai - 15:35

Pour répondre en tant qu'invité, je clique sur "répondre", un masque apparait et j'y tape mon texte, l'intitule avec "Pascal2". Puis quand je confirme, un code de 4 chiffres de visu apparait que je dois recopier dans une case comme contre-mesure d'antispam. Par contre, je ne peux pas poster de cette manière sur d'autre topics, comme les derniers que vous venez de créer (il m'est demandé de m'inscrire).
Voilà....
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 886
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Sam 24 Mai - 18:00

:no_micro:


Citation :
me permettez-vous de me réinscrire ?

avec plaisir, mais attention vous êtes dans une dynamique d’apaisement Very Happy


On fait comme on a dit:
Donc je suggére de fonctionner de la maniére suivante:
Pascal enverra ses messages et moi je me reserve le droit d'afficher ou non ses messages sans qu'il s'en offusque.



Yve/Admin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
Pascal2
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Sam 24 Mai - 18:23

Inutile de me le rappeller. Je suis désormais dans une dynamique d'apaisement, mon épisode "vinaigre" est terminé.

Vos précisions valent pour tous ici, puisque vous êtes le modérateur et administrateur, cela va sans dires.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Sam 24 Mai - 23:02

Citation :
Je me suis toujours demandé pourquoi les uns et les autres se sentaient obligé d’user de cela dans leurs communications à la multitude ?
Probablement pour n'écarter personne et que cette proposition soit offerte à qui veut (?)

C'est vrai qu'il y a dans ce texte comme un langage "codé" comme dans l"expression "nos âmes doivent être au pilotage". Je n'arrive pas à rentrer dedans. Visiblement il s'inscrit dans "une démarche" dont je ne connais pas les ressorts, les "étapes", ce qui le rend abscons pour moi qui suis "extérieur" (même après 3 lectures). Ce n'est pas un texte explicatif, mais bien une info interne.
Sur le fond, je ne peux rien en dire.

Sur la forme, à l'exception de 2 ou 3 « choses arésiennes », je me dis que dans sa formulation assez générale, il pourrait émaner de bon nombre de communautés spirituelles.

Ce courrier pourrait être très simplifié sans perdre l'essentiel des infos à transmettre.
Exemples:
Citation :
"Après 10 ans, 20 ans ou plus de constance dans la direction de certitude, oui nous avons des âmes et des germes de conscience collective. Rapprochons les et une Vie jaillira et les fera grandir, portant nos âmes vers ces fiançailles avec l’assemblée que nous espérons. Reprenons confiance en nos pénitences individuelles et des frères qui se disent fatigués des réunions de bavards se joindront à notre travail."
Passage inutile.

Citation :
Indépendamment du travail de rapprochement d’âme à âme ou en petit groupe ...
Le mot "travail" me paraît malvenu scratch . "A deux" plutôt que "d'âme à âme"

Si les personnes sont connues, préférez Anne et Bruno au lieu de "sœur Anne" et "frère Bruno".
De mon point de vue cela va de soi qu'ils sont "sœur" et "frère", est-ce donc utile de le préciser ?
Restons simples.
Revenir en haut Aller en bas
Pascal2
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Sam 24 Mai - 23:27

« C'est vrai qu'il y a dans ce texte comme un langage "codé" »

Oui, et très interne. Un langage qui n’est réservé que pour les choses internes, mais dans la vie de tous les jours, je suis certain que beaucoup ne l’utilise pas, et passe par un autre langage plus vrai de la vie de tous les jours. Alors, je me demande si c’est vraiment le passage obligé ce langage interne ? Cette manière de converser, de rajouter sans arrêt des « sœurs » et « frères » à tout les prénoms ? Ne serait-ce pas plus simple que cette fraternité que chacun appelle de tous ces vœux soit plus induite et vécue, que ce décorum verbal qui sonne et sonnera toujours cureton ?
Revenir en haut Aller en bas
yve



Messages : 614
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Dim 25 Mai - 12:56

Conscience collective ? bof


C'est dû à l'initiative d'un frére de province ?




Citation :
Je serai disponible chaque jour de prière sauf le vendredi entre 12h30 ou 14h30. Jusqu’à une dizaine d’âmes, nous pourrons nous rencontrer tranquillement dans la cabane en bois un peu à l’écart de la maison (et de ma famille) au 88 Bd de l’Aquarium.

Qui Je ?

Citation :
Je note aussi l’emploi immodéré de la première personne du pluriel, le « nous », toujours comme si le consensus allait de soi pour cette initiative, coulait de source. Cela m’évoque un langage artificiel, grandiloquent –

Tout à fait Very Happy


Merçi de nous donner des nouvelles de l'Assemblée. Sinon, sur le fond, je ne sais pas trop quoi dire. C'est trés grandiloquent , ça fait trés "cureton" , mais bon, ne leur jetons pas la pierre non plus Very Happy


Citation :
"Après 10 ans, 20 ans ou plus de constance dans la direction de certitude, oui nous avons des âmes et des germes de conscience collective. Rapprochons les et une Vie jaillira et les fera grandir, portant nos âmes vers ces fiançailles avec l’assemblée que nous espérons. Reprenons confiance en nos pénitences individuelles et des frères qui se disent fatigués des réunions de bavards se joindront à notre travail."

Ca fera une réunion de bavards de plus ?


yve


Dernière édition par yve le Dim 25 Mai - 18:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pascal2
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Dim 25 Mai - 14:07

Je ne leur jette pas la pierre, Yves. Mais, comme je cherche la Vie en fouillant dans ce désert (24/5) qu'est ce décorum verbal qui s'impose en majesté dans la fraternité arésienne, je continu mon monologue en approfondissant ce fameux texte que j’ai reçu (voir plus haut), et qui est l’exemplaire modèle du genre de ce "parlé interne" que j’ai observé depuis dix-sept ans. Je suis admiratif de cette forme invariable est constante usitée depuis toutes ces années. Ce qui me fait dire que, soit c’est une constance tout à fait exemplaire, soit il s’agit d’un inchangement notable qui pose question.
Je penche pour la seconde option, mais je dois être médisant bien sûr…

Dans les nombreux comptes rendus que j’ai reçu depuis bien des années, les rencontres sont invariablement bien "ressenties" par les uns et les autres. Quand il y a des "voix discordantes", on se bouche les oreilles, surtout ne les écoutons pas : ce sont des esprits individualistes, des briseurs d’unités, etc. Il y a toujours eu cet enthousiasme éthéré et un peut benêt de se dire « Ben vous voyez ! Nous nous rencontrons, donc nous avançons, c’est extra ! ». A Paris par exemple, le nombre de participant à ce type de rencontre n’a jamais vraiment varié. Grosso modo : une quarantaine ou cinquantaine qui venait, jamais plus – sauf lors du cycle d’enseignement de l’aîné (cette affluence ne s’est jamais reproduite ensuite).

Depuis dix sept ans de ce que j’ai observé, cette phase de faire devant tous son "témoignage" s’est sans cesse reconduite. Ce qui me fais dire que, peut être, il semble ne pas exister d’autres alternatives de "nous envisager les uns les autres", hélas. De sorte que des sœurs et frères en sont restés à ce stade, et qu’ils sont dans la répétition à chaque fois de leur "ressentis". Comme il y a de la tenue dans les réunions, tous écoute avec attention, comme si c’était à chaque fois une nouveauté. Je parlais plus haut de frère EcorchéVif, faisant cycliquement part devant tous de sa souffrance et incomplétude, puis de frère Matuvu, avec son tout aussi cyclique numéro de claquette et sa propension à théâtralisé sa faconde, et encore de sœur Piplette et sœur MèreSupérieur, cycliquement fidèle dans leurs attitudes d'avisées et d'indispensables, etc. ; et d’après quelques retours que j’ai eu de ces réunions, c’est exactement ce scénario qui s’est déroulé, comme d’habitude. Ce qui me fais dire que (chose étonnante) : il n’y a rien de plus prévisible que les Pèlerins d’Arès – ce qui devrait pourtant être le contraire, à l’image de l’aîné, qui lui est sans cesse imprévisible et insaisissable…

Tous les promoteurs de ces initiatives, pour faire converger le plus grand nombre autour d’un sujet généraliste, sont convaincu du bien fondé de leurs démarches. La thématique invoquée, générale donc vague, est érigée comme une enseigne ou un totem. Dans le texte plus haut, l’auteur parle « d’esprits qui sont apaisés, d’âmes qui peuvent se relier », etc. Ce genre de dynamique a été tenté bien des fois. Par le passé, des réunions pour lesquelles chacun était invités à "prier avant d’y aller", de "missionner avant d’y aller", n’ont pas manquées. Toutes ont abouties à un trou de sable. Nous n’avons jamais réussi à nous "relier" ainsi, pour reprendre le mot de l’auteur. Et puis, pour cette histoire de se "relier", je me demande de quelle manière les uns et les autres le conçoivent dans leurs esprits, comment ils imaginent la concrétisation tangible et visible de la chose (comme j'aimerais pouvoir me plonger dans leurs pensées pour y voir l'objet de leur recherche...) ?

Pour l'heure, je pense qu’il doit y avoir une superstition dans ce que les uns les autres attendent de ce type de réunion à la thématique de Dahut (c’est l’image qu’utilise le frère aîné dans un P.d’A. pour souligner le côté vague et indéfinie des choses, et que c’est ce côté vague et indéfinie que chacun semble affectionner). Il semble y avoir une sorte d’attente naïve du genre : « Nous sommes tous frères, le simple fait de nous réunir : ça va déclencher quelque chose, allons-y !». L’ennui, c’est qu’il ne se passe rien en bout de course - à part les quelques palabres, les épanchements, les embrassades de débuts et de fin de séance (les Bisounours, haha...), éventuellement de la graine cassée dans le resto du coin, puis d’échange de téléphone et adresse (certain qui se connaissent et côtoient depuis dix, quinze, vingt ans, ou plus, en sont toujours à se demander leurs coordonnées, c’est marrant…).

Dans le texte, il y a bien sûr les belles envolées lyriques, du genre « Rapprochons les et une Vie jaillira et les fera grandir, portant nos âmes vers ces fiançailles avec l’assemblée que nous espérons. Reprenons confiance en nos pénitences individuelles et des frères qui se disent fatigués des réunions de bavards se joindront à notre travail. », et cela n’a pas manqué depuis bien des années. L’auteur pense que le simple fait de se "rapprocher" du point de vue mondain, va déclencher cet incendie de Vie que tous souhaitent. Le problème, c’est qu’il ne se passe rien ensuite, à chaque fois. Passé l’enthousiasme d’avoir été "ensemble", et donc un peut moins seul, il n’y a pas de dynamique concrète et constante.

Ma conclusion est qu’il n’y a jamais eu de réflexion de fond sur cette continuité et constance de "s’envisager collectivement". J’observe ce phénomène se reproduire de manière cyclique. Peur être parce qu’il y a la langueur de l’atomisation, cette fameuse "solitude existentielle du moissonneur", dans laquelle beaucoup sont englué et en souffre. Puis il y a ces grands moments de rassemblement pour "briser la solitude" des uns et des autres. Tout ceci est très mécanique et instinctif du point de vue collectif. Non, depuis dix sept ans, je n’ai rien vu qui est vraiment changé à ce niveau-là. Nous tournons terriblement en rond, terriblement. Mais bon, la Parole nous a prévenue : quatre génération ne suffiront pas (24/2). C'est à peu près le seul pansement qu'on peut chopper pour ne pas trop s'amocher son espérance; m'enfin...
Revenir en haut Aller en bas
yve



Messages : 614
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Dim 25 Mai - 18:19

Quand je lis l'intervention de Pascal je sens que ce forum ...... va être sur le point de justifier pleinement son titre finalement:

Site de recherche et de réflexion pour la création d’un nouveau groupe missionnaire issu de la Révélation d’Arès.



Citation :
L'intelligence, c'est aussi aller dans la psychologie des profondeurs, et d'avoir une autre grille de lecture et de décryptage au sujet des échecs de relation avec les autres, plutôt que de se cantonner à se seule grille de lecture
.

Oui, je sens que cette "psychologie des profondeurs", nous allons être sur le point, à plusieurs, d'aller la chercher, finalement au moment ou on s'attends le moins, d'analyser ce qui ne va pas dans ces assemblées ....


A demain, maintenant, ch'uis fatigué Very Happy



yve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pascal2
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Dim 25 Mai - 21:53

Yves, faisons honneur à l'aîné. Il n'y a pas de "nouveau groupe", il y a juste des groupes, des assemblées, dans la diversité, c'est tout.
Ce qui est étonnant, c'est que c'est dans l'anonymat et sur un forum inattendu que je peux enfin développer ma pensée. Une pensée de traître, d'anonyme, qui à même publié une correspondance interne. Mais, pendant dix sept ans, j'ai bien sentis qu'il ne fallait pas avoir une pensée trop libre. Déjà, le fait que je fasse part de cette dernière au promoteur de ces rassemblements, me fais être catalogué dans la rubrique des "négatifs" et "frères fatigués". C'est dire la difficulté de se comprendre, et l'aveuglement de ces grandes messes collectives qui s'amorcent cycliquement. En fait, quand il se passe ce genre de chose, il vaut mieux la fermer. Et quand ça périclite, pas de debriefing ensuite pour mettre au grand jour l'objet de nos échecs. On range ça au vieux cartons du grenier, jusqu'au prochain "persépolis collectif"...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Lun 26 Mai - 0:30

Bonsoir Pascal

La pensée de yve évolue, il ne parle plus de "Nouveaux PA" mais d'un nouveau groupe missionnaire, ce qui est très différent.
S'il n'y a pas d'idée schismatique (il n'en a pas à ma connaissance), je ne vois pas où est le problème.
Faudrait-il une bénédiction pour créer un nouveau groupe ? Non, bien évidemment, on ne peut que se réjouir qu'ils se multiplient spontanément.
Le point de référence principal étant La Parole, mais il en existe d'autres, qui peuvent être les écrits et le site de l'aîné bien sûr, une première expérience, ou cette "Charte" dont a parlé Michel sur son blog qui semble mise un peu au placard, ou ... (Il m'intéresserait beaucoup de la connaître, encore faut-il que les infos circulent. N'y aurait-il pas moyen de l'avoir sur Word ou en PDF ?)
En démarrant avec humilité ça doit marcher !

Citation :
Une pensée de traître, d'anonyme, qui à même publié une correspondance interne.
Il ne faut pas tomber dans la paranoïa non plus, c'est une pensée "très exaspérée et frustrée" que j'ai rencontrée en te lisant, très discourtoise parfois aussi (hélas). Mais ton apaisement et ton envie de faire évoluer cette vie d'assemblée vont remédier à restaurer ce monde que tu as troublé.

Pour ce qui est de cette correspondance privée, elle est totalement incompréhensible pour quelqu'un de l'extérieur comme je te l'écrivais, je te rassure. Honni soit qui mal y pense, j'ai envie de dire, elle est à lire avec tes commentaires analytiques qui tentent de décrypter ce qui ne convient pas pour que cela aille mieux et profite à tous. Et si quelques âmes sursautent à découvrir ta démarche, passé cet émoi, ils découvriront avec évidence qu'il ne s'agit pas d'une fronde contre eux, mais qu'il y a une intention généreuse sous-jacente qui va avec.

Citation :
pas de debriefing ensuite pour mettre au grand jour l'objet de nos échecs.
Faut-il parler d'échecs ? ... Je pense que ça sonne plus juste quand tu dis que ça pédale dans la choucroute, que ça stagne, ce qui n'est pas un échec, mais une inertie dans le mouvement, la progression.

Citation :
l'anonymat
Il n'implique pas nécessairement un manque de franchise, quelque chose à cacher, une identité que l'on voudrait à tous prix garder secrète. Il peut avoir des vertus, comme celle d'éviter toutes formes de préjugés sur la personne et donc de s'en tenir uniquement à ce qu'il écrit. L'argument prend alors tout le relief qu'il doit porter.
Citation :
Tous les promoteurs de ces initiatives, pour faire converger le plus grand nombre autour d’un sujet généraliste, sont convaincu du bien fondé de leurs démarches.
Je ne les connais pas, mais suis persuadé de leurs bonnes intentions dévouées et de découvrir dans tes lignes leurs constantes fidélités.
L'option de "sujets généralistes" n'est peut-être pas la bonne ? parce qu'elle ferait surfer sur des lieux communs qui finiraient par être ennuyeux, obligerait à rester à la surface des choses ?
Citation :
ce sont des esprits individualistes, des briseurs d’unités, etc.
L'individualisme est souvent l'argument avancé.
Mais l'épanouissement de l'individualité n'est pas individualisme, dans le sens d'une culture de l'individualité, d'un égoïsme, ou d'un égotisme. L'individualité n'est pas non plus le contraire d'un esprit d'unité (fraternité ou assemblée), elle peut être généreuse.
Si je fais partie d'un groupe de 10 personnes, je suis 1 membre sur 10, et non pas 1/10. Le groupe ne doit restreindre en rien l'individu ou l'individu n'est pas "subordonné" au groupe si tu préfères.
L'individualisme est effectivement un obstacle à l'unité, mais l'individu n'a pas le monopole de l'individualisme, car des groupes peuvent être individualistes.
C'est même ce qu'il a de plus sur terre. Si je prends l'exemple de la Chrétienté, elle est éclatée en mille morceaux qui n'ont qu'entre que des relations très individualistes, leur œcuménisme est plus que tiède, pour ne pas dire froid, c'est une fausse unité dans laquelle chacun revendique sa popote. On est du sérail ou on ne l'est pas.
Pour le judaïsme, c'est pareil, il n'a rien de monolithique.
Il y a dans la RA, l'idée de ressouder tout ces mondes entre eux.

Sur "la conscience collective", en tant qu'électron libre, je ne vis pas la réalité de cette vie d'assemblée, ses difficultés et ses joies, ce qui ne m'empêche pas de me sentir solidaire. Je ne fais pas dans le trop compliqué sur ce sujet, j'ai un petit coeur qui bat ... et voilà !
Revenir en haut Aller en bas
Pascal2
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Mar 27 Mai - 2:30

Je continu mon monologue, ma pensée n’a jamais intéressé mes sœurs et frères de Paris. Elle ne doit rien valoir. Comme je ne sais pas quoi en faire, je la jette ici, comme un sac de vieux papiers qui ne serviront sans doute à pas grand-chose non plus en ce lieu. Disons que je fais mon nettoyage de printemps, et vide les cartons de mon départ du groupe de Paris. Il y avait pas mal d’embryon de réflexion un peut poussiéreux, alors n’éternuez pas…

Je me suis depuis longtemps intéressé à l’image graphique que nous renvoyons aux missionnés. Que ce soit les tracts, les devantures de local, etc. Si je fais la synthèse de bien des années d’observation, où j’ai été pensif et songeur sur ce sujet, je peux dire que, grosso modo, les pèlerins d’Arès affectionnent la peinture. Par exemple, les œuvres de Sœur Peinturlure sont devenu en quelque sorte un "standard". La thématique du « foin qui ne jaunit pas » (je paraphrase, mais ceux qui connaissent trouveront) est emboîtée par d’autres iconographies dans le même style, généralement floral, rurale, gerbe de blés, paysans en laboure ou vendange, pastels naïves. En vitrine, c’est généralement une représentation graphique assez classique, avec des citations mises dans des encadrés, un fond de tissus drapé, et quelques compositions statiques. Ou bien des affichettes, avec texte et image aux allures figées.
Du point de vue graphique, les choses essayent au mieux de se calquer sur les évocations imagées que l’on peut lire dans la Révélation d’Arès. La « Moisson » et « les épis » inviteront aux représentations graphiques au « pied de la lettre ». Le « partage » et la « fraternité » avec par exemple l’image d’une miche de pain rompu par des mains généreuses, ou des visages béats de félicité. La beauté « servante du Bien » (ne manque t’on pas de préciser) sera le plus souvent accompagnée de représentations résolument florales. D’autre thème seront accompagné d’image d’enfant, de couples, etc.
Dans les grandes lignes, tout ceci est assez basique et classique d’une part, et pas critiquable d’autre part. Mais est-ce que cela diffère des représentations graphiques des religions, mouvements évangéliques, etc. ? Pour ma part, je serais tenté de dire que nous ne sortons pas d’une certaine "tradition graphique" pour tout ce qui touche au Ciel, à la spiritualité, à la fraternité, à la foi, etc. Mais peut être que, finalement, ces thématiques ne peuvent que nous enfermer dans ces représentations graphiques ? Peut être qu’à ce niveau, la marge de manœuvre n’est pas si grande que ça ? Tout ceci serait à creuser, et il y aurait peut être de nouvelles prospectives à trouver, qui sait ?

Pour l’heure à Paris (et pour longtemps il semble), les choses se sont calquées sur le concept du local de peinture bordelais. L’ambiance expo avec "croûtes aux murs à admirer" semble attirer une classe d’age disons… assez mature. Peut être parce que cette dernière est généralement plus sensible à ce genre de support graphique que des générations plus "d’jeun’s". Peut être…
Dans d’autres locales de provinces, il n’est pas rare de voir des vases et des fleurs en vitrine, ce qui fis dire à un frère qui échangeait sur ce sujet avec moi : « Déjà que la Parole du Père n’est pas facile à « vendre », mais alors avec un vase et des fleurs en plus ! »

Je passe souvent devant la vitrine du local parisien aux heures de clôture, bien que je n’y entre désormais plus quand c’est ouvert. Après dix-sept années, je dirais trop avoir ressentis quelque chose d’unilatéral et de peut ouvert à l’innovation et l’expérimentation. Ces trois ou quatre dernières années, je me suis dis que cette innovation allait peut être venir de celles et ceux qui tiennent (si je puis dire) les "clés de la boutique". Hé bien je n’ai rien vu de cela, hélas, sauf la continuité d’une même manière de faire, du domaine du réflexe pavlovien serais-je porté à penser.
Parfois, je ressens leur vitrine comme on en voit chez les évangélistes. Parfois même encore on dirait des illustrations dans le style catholique (comme la vitrine parisienne de Noël 2007 qui a été le parfait archétype du catéchisme en BD de ce décidément « chouette Jésus alors cheminant comme un berger bâton en main dans les montagnes, tralala… »). Je me demande si, finalement, le gros des troupes de Pèlerins d’Arès n’est pas constitué de "catholiques mal recyclés" - si cette expression n’est pas (je l’espère) ressentis comme blessante.

Alors, quel impacte avons-nous de prime abord dans le ressentis du chaland aux abords de nos "local" ? Pour en avoir le cœur net, j’ai entrepris pendant une période de plusieurs jours, et sur plusieurs semaines, d’observer "qui" entrait au local parisien de la rue Gloubiboulga (mdr...).
En face du local donc, il y a un petit café-tabac (fermé depuis). J’y ai passé plusieurs après-midi à siroter des cafés avec un bon livre (ce n’était ni la RA ni un P.d’A, ha ha... Bon, je sais, je ne suis pas un bon pèlerin…). De longues vacations en parfait espion, sans que personne ne sache (et que j’assume parfaitement).
Résultat : très peut de gens entrent dans le local (du moins à ce que j’en ai vu de ce qui reste une étroite fenêtre d’observation). Et les rares personnes qui entreprennent de pousser la porte ont la plupart du temps la chevelure de cette fameuse flamboyance du troisième age. Je pense que l’ensemble esthétique du local parisien s’adresse ou attire une classe d’age avancée. La devanture, avec sa titraille "L’Eau Bleue" dans une fonte digne des magasins d’antiquaires, me laisse une impression de "pas jeune". Je pense aussi que c’est leur choix que de persévérer à rester dans ce concept d’exposition pour coller à Bordeaux. Je trouve simplement dommage de ne pas faire un virage radical et de tenter autre chose.

Ma conclusion est qu’il me semble qu’une certaine "tradition graphique" s’est installée et imposée, faute d’autre chose (en tous cas de laisser libre cours à ce qu’autre chose puisse s’exprimer). Sans doute que les attirances et préférences graphiques et artistiques des uns et des autres sont fortement liées à la strate générationnelle dont ils sont issus. Je disais plus haut que, dans l’ensemble, les peintures et autres "croûtes" jouissaient d’un certain prestige chez les Pèlerins d’Arès, celles et ceux en charge du local et de son agrémentation. Et ce, presque à l’exclusion d’autres formes de supports (comme la vidéographie par exemple). Tout simplement parce que c’est une histoire de génération, et qu’en nos rangs nous n’avons pas renouvelé cet important apport de jeunesse qu’il y eut dans les années 1990 (j’avais 25 ou 26 ans à cette époque).

Pour finir, je pense qu’il y a une "fatalité mécanique" dans ces questions de "tradition graphique" au sein de la mouvance arésienne. En ce qui concerne Paris, je dirais qu’il me semble peut probable de pouvoir envisager autre chose que le plis qui s’est fait et qui perdure, et qui perdurera visiblement. Il faudrait ouvrir un autre local, et laissé carte blanche à quelques-uns un peut novateurs, designers, et un poil "dans le vent", en tous cas au parfum des "tendances" du monde, pour produire une nouvelle image et un attrait renouvelé pour ce Message.
Le graphisme, l’image… nous nageons dans le subjectif. C’est bien difficile de savoir quel est exactement le ressentis des uns et des autres face à une représentation picturale, graphique, esthétique, etc. Alors, est-ce si utile de faire les vieilles barbes ? Oui, si on veut n’attirer que des "vieux" ! Et c’est sans doute ça que notre Moisson recherche en priorité. Si nous ne gagnons pas plus que ça les jeunes générations à ce Message, qu’en sera-t-il quand les années nous auront tous gagné ? Feront nous envie en "grappe de cheveux blanc" à ressasser mordicus nos chers certitudes arésiennes ? Pas si sûr…
Revenir en haut Aller en bas
yve



Messages : 614
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Mar 27 Mai - 9:58

Citation :
Comme je ne sais pas quoi en faire, je la jette ici, comme un sac de vieux papiers qui ne serviront sans doute à pas grand-chose non plus en ce lieu

Quel pessimiste ce Pascal ! Shocked
Vous écrivez trés vite, je n'ai même pas encore eu le temps de bien tout lire les 3 messages plus haut ......

Sœur Peinturlure , je sais de qui vous voulez parler, c'est elle qui m'a exclu, m'a empéché physiquement de rentrer au local rue R ............., c'était un samedi, ça tient à peu de chose, car si j'étais tombé sur une autre personne je ne serais pas là aujourd'hui et l'Abeille n'aurait pas existé Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pascal2
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Mar 27 Mai - 11:46

Yves, ne leur faisons pas mauvaise publicité, c'est pour ça que je ne nomme pas l'adresse ni les noms.
Vous avez eu la déconvenue dont vous faites état ici. Moi aussi, j'en ai eu des décovenues, et plus que vous même. J'ai fait plusieurs fois des propositions pour essayer autre chose en look graphique. Mais cela c'est à chaque fois terminé dans un trou de sable. Je pense qu'ils ont leurs habitudes, et qu'ils font des choix.
Si vous, moi, n'avons pas trouvé d'une certaine manière un peu d'audience ou d'intérêt chez eux, en tous cas de possibilité de mettre à l'épreuve concrète nos propositions, c'est que ces soeurs et frères ont sans doute d'autres priorités. Et comme cela semble être le cas depuis dix sept ans me concernant, je pense qu'ils n'ont pas besoin des autres, sauf s'ils sont exactement sur la "même longueur d'onde" qu’eux.
Je ne suis pas, je ne suis plus (et ne serais jamais sans doute) sur la même longueur d'onde qu’eux. Ma démarche est en ce sens positif, car je sais que je ne perdrais plus mon temps pour les années à venir. Car continuer ainsi c'est de tout façon se heurter au même unilatéralisme, au même conservatisme, statisme, etc. Ma seule préoccupation est de savoir ce que je vais devenir et faire dans cette diaspora que je rejoins. Mon apostolat va t-il s'étioler et y devenir insignifiant, sans impacts ni fruits ? C'est un peu ce qui est en passe de m'arriver. Je ne vois plus comment je peux envoyer des missionnés à la rue Gloubiboulga, vraiment...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Mar 27 Mai - 23:46

Bonsoir Pascal
Citation :
Comme je ne sais pas quoi en faire, je la jette ici, comme un sac de vieux papiers qui ne serviront sans doute à pas grand-chose non plus en ce lieu.
C'est toujours intéressant des p' tits papiers, ça me fait penser à cette chanson de Gainsbourg
Laissez parler
Les p'tits papiers
A l'occasion
Papier chiffon
Puissent-ils un soir
Papier buvard
Vous consoler

...http://www.dailymotion.com/video/xotp1_les-petits-papiers-les-clochards_music
(un peu de zik... en passant)
Pour un "embryon de réflexion" je dirais que ton papier, plaisant à lire, est à un stade fœtal déjà assez avancé. Il me fait découvrir que le style bucolique est en vogue, ce que je ne savais pas, mais plus que de "peinture", ou même de look graphique, il traite du problème de la communication.
Il y aura toujours bien évidemment un lien entre la pensée et son expression. Si je prends le style gothique par exemple, sa hauteur démesurée image le (Dieu) Transcendant, et nous rapetisse. Sa complexité architecturale est le pendant de ses conceptions métaphysiques et théologiques tarabiscotées. Ses façades vérolées de gargouilles hideuses évoquent ses angoisses , le diable "représenté" pour la première fois dans l'histoire, c'est très typique du moyen-âge et surtout très CATHO. On ne trouve pas cette imagerie auparavant dans le style roman, ou chez les orthodoxes, pas plus sur les synagogues que dans l'Islam.



Je n'aime pas du tout personnellement et toutes les cathédrales peuvent tombées en poussière, je m'en soucie comme d'une guigne. Mais cela veut dire quelque chose ... qui n'a à mon sens rien à voir avec la Foi, mais plus avec l'expression d'une puissance, celle temporelle de l'Eglise. on pourrait presque faire une analogie avec l'Egypte des pharaons sur cette expression de la "grandiloquence", ces styles pompeux, il n'y a que le graphisme qui diffère.
L'art et l'histoire ne sont jamais éloignés.
Citation :
Mais est-ce que cela diffère des représentations graphiques des religions, mouvements évangéliques, etc. ? Pour ma part, je serais tenté de dire que nous ne sortons pas d’une certaine "tradition graphique" pour tout ce qui touche au Ciel, à la spiritualité, à la fraternité, à la foi, etc. Mais peut être que, finalement, ces thématiques ne peuvent que nous enfermer dans ces représentations graphiques ? Peut être qu’à ce niveau, la marge de manœuvre n’est pas si grande que ça ? Tout ceci serait à creuser, et il y aurait peut être de nouvelles prospectives à trouver, qui sait ?
Le style "champêtre" lasse-t-il par manque de créativité, par sa pauvreté de langage, par son universalité qui fait qu'il n'y a rien de très "arésien" dessous, "singulier" qui démarquerait en termes de communication ?
Qu'il soit une thématique commune de différentes expressions de foi montre d'une certaine manière que ce message d'un retour à une vie plus simple, saine, dans laquelle la Nature, belle et généreuse, est l'alliée de l'homme est une bonne chose et montre que nous ne sommes pas si "éloignés" que ça les uns des autres.

Ou lasse-t-il l'oeil ... à force de toujours voir la même chose , et qu'il s'impose comme expression artistique "nomenclaturée", unique ?
L'art est un langage, non pas un code. Ses "possibles" sont donc infinis


Peinture d'August Macke
Citation :
Je ne suis pas, je ne suis plus (et ne serais jamais sans doute) sur la même longueur d'onde qu’eux.
Never say "never" ! Wink ... il se peut qu'il change un peu leur fréquence radio.
Revenir en haut Aller en bas
yve



Messages : 614
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Mer 28 Mai - 16:15

Citation :
Ma seule préoccupation est de savoir ce que je vais devenir et faire dans cette diaspora que je rejoins. Mon apostolat va t-il s'étioler et y devenir insignifiant, sans impacts ni fruits ? C'est un peu ce qui est en passe de m'arriver. Je ne vois plus comment je peux envoyer des missionnés à la rue Gloubiboulga .... Very Happy

Je vous envoi un mail privé.


Yve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pascal2
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Jeu 29 Mai - 12:45

Enfin si, quand je missionne avec un frère de Paris, on a parmi nos tracts quelques uns avec l'adresse du local de la rue Gloubiboulga. Comme ça, si on tombe sur des missionnés à la typologie catho ou "cul bénis", on les y envois direct, pas de soucis, ils s'entendrons bien entre eux, "qui se ressemble s'assemble", dit le proverbe.
Mais ceci ne règle aucunement le fait problématique que c'est la "sensibilité ex-catho" qui a pris le dessus un peu partout dans les groupes, ce qui provoque un effet d'éviction mécanique pour tout ce qui n'est pas de cette mouvance-là. Une histoire de filtre mental, hélas. D'autant que, maintenant, à demi mot, on entend ici et là le qualificatif de "référend". A mon humble avis, si l'aîné ne met pas un hola bien marqué sur ces histoires de "référend", ça sera dead...
Mais c'est mon point de vue, un point de vue qui n'a aucun intérêt dans la fraternité arésienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Jeu 29 Mai - 22:02

Bonsoir Pascal

Sur la "sensibilité ex-catho", il y aurait des choses à redire. D'abord je ne vois pas en quoi ni comment elle pourrait être "catho" dans les assemblées.?
Nous sommes tous (virtuellement) des apostats d'une certaine manière, à ne plus accepter les valeurs dogmatiques du catholicisme et celles des rebelles à cette expression de foi chrétienne non ? Encore que, comme dans ton cas il serait impossible de parler d'apostasie par rapport au monde chrétien, vu que tu viens du monde athée.

Quelle que soit la sensibilité qui règne dans les assemblées, elle ne peut être "catho". Peut-être la trouves-tu trop "religieuse" (encore), c'est possible, mais "catho" n'est pas le mot juste.
Citation :
... ce qui provoque un effet d'éviction mécanique
Si justement, il y avait des "cathos" dans l'assemblée, cela me paraîtrait étrange et suspect Suspect , car je ne vois pas très bien comment concilier le catholicisme avec la révélation d'Arès. Nous acceptons avec bon cœur le message du Coran et reconnaissons Mouhamad comme prophète, ce qu'aucun "catho" ne serait censé accepter s'il reste fidèle au Vatican. (ce n'est qu'un exemple parmi d'autres).
L'éviction mécanique se ferait d'elle-même par l'hérésie (choix libre) de celui qui ne veut pas accepter ce Message.
Revenir en haut Aller en bas
Pascal2
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Jeu 29 Mai - 23:53

Sur la "sensibilité ex-catho", il y aurait des choses à redire. D'abord je ne vois pas en quoi ni comment elle pourrait être "catho" dans les assemblées.?

Quand j’évoque le terme de « sensibilité ex-catho », c’est par rapport à une certaine manière d’envisager les choses sur toute latitude de ce qu’il y a à entreprendre ici-bas pour la Révélation d’Arès (la Moisson). Si les uns et les autres se sont débarrassé de la religion et invitent volontiers tout un chacun à s’en libérer, les habitudes que la religion à conférer demeurent, hélas. J’y reviens plus bas.

Nous sommes tous (virtuellement) des apostats d'une certaine manière, à ne plus accepter les valeurs dogmatiques du catholicisme et celles des rebelles à cette expression de foi chrétienne non ?

J’inverserais les choses par culot. Je dirais que les apostats sont ces gens des religions, qui tiennent la tempe (XXXI/7), et qui refuse le Message de l’Aigle, comme des taupes (23/2).

Encore que, comme dans ton cas il serait impossible de parler d'apostasie par rapport au monde chrétien, vu que tu viens du monde athée.

Effectivement, là je suis d’accord. Mais, pendant ces dix sept année dans le groupe parisien, j’ai essayé de comprendre le monde religieux, et d’où venaient la plupart de mes compagnons. Je me suis intéressé à la mouvance catholique. Pendant plusieurs années j’ai écouté tous les soirs une de leur éminente radio (radio notre-dame, sur FM 100.7). Je comprend mieux aujourd’hui au travers de quel filtre mental est passé chez eux la Révélation d’Arès. Comme si le cerveau de « l’arésien ex-catho » avait la forme d’un chapelet : ce petit collier avec lequel on égraine les perles pour la récitation mécanique des prières et des avé Maria. J’ai noté combien il y avait une mécanisation de la pensée et de la foi dans le catholicisme, chose absolument lénifiante. Et, chez mes compagnons arésiens (la majorité venant de ce terreau-là), je les ai observer égrainer les concepts arésiens comme le chapelet catholique, de façon mécanique, répétitive. Si la Révélation d’Arès est une Parole revivifiée, c’est une évidence, ce simple fait ne suffit, et elle peut facilement redevenir la fouace dans la bouche du Pèlerin d’Arès (XXX/16).

Quelle que soit la sensibilité qui règne dans les assemblées, elle ne peut être "catho". Peut-être la trouves-tu trop "religieuse" (encore), c'est possible, mais "catho" n'est pas le mot juste.

Si, je maintiens le terme de « sensibilité ex-catho », qui évoque une typologie précise, de ressentis, comportemental. Il y a quelque chose même que je reconnais comme physionomie catholique, je ne saurais dire quoi : le look terne et strict, les attitudes, le côté bourgeois et convenu, plein de petits détails. Je persiste à penser qu’il y a désormais la visibilité d’une sensibilité très marquée, avec laquelle il est bien difficile de s’accorder, à moins d’abdiquer patiemment et systématiquement, chose que j’ai fait pendant dix sept ans – et que je ne consens plus à faire désormais.

Si justement, il y avait des "cathos" dans l'assemblée, cela me paraîtrait étrange et suspect , car je ne vois pas très bien comment concilier le catholicisme avec la révélation d'Arès. Nous acceptons avec bon cœur le message du Coran et reconnaissons Mouhamad comme prophète, ce qu'aucun "catho" ne serait censé accepter s'il reste fidèle au Vatican. (ce n'est qu'un exemple parmi d'autres).

Mon propos n’est pas de dire « qu’il y a des cathos dans l’assemblée », mais de souligner une sensibilité par trop impérialiste, dont le filtre mental, la manière d’envisager la foi, le rapport au prophète, le débat, le discours interne, etc., découle d’un parcours qui est passé par l’alambic du catholicisme.
Quand on dit que la Révélation d’Arès attirent, à juste titre de ce que vous soulignez (Bible, Coran et Révélation d’Arès), des juifs, des musulmans, des athées, et bien d’autres de tout horizon, c’est vrai du point de vue de la diaspora. Mais dans les agrégats locaux et régionaux, et à Paris en tous cas, ça ne se vérifie pas tellement, en tous cas peu ou prou. C’est plutôt ex-catho le gros de la provenance, présence, et mains sur les manettes (les fonctions). Sans oublier le débat interne qui en découle, absolument confisqué à chaque fois. Oui, une sensibilité impérialiste, qui a provoqué un phénomène d’éviction mécanique, en ayant rejeté à sa circonférence (et surtout en dehors d’elle) ces fameuses diversités avec lesquelles il aurait fallut trouver l’intelligence de coexister.
Mais je ne veux pas être sévère, je pense que pas beaucoup d’entre nous avaient de visibilité pour dire ces choses aujourd’hui.

L'éviction mécanique se ferait d'elle-même par l'hérésie (choix libre) de celui qui ne veut pas accepter ce Message.

Je parlais d’éviction mécanique dans un autre registre. Le fait qu’à Paris les diversités ont finit pas se lasser de l’unilatéralisme du monobloc « ex-catho » que sont mes sœurs et frères que j’ai, moi aussi, finis par quitter, illustre en soi ce phénomène d’éviction mécanique. Que voulez-vous, quand au bout de dix sept ans, vous vous apercevez que les diversités ne sont pas acceptez (sauf dans le discours théorique, pour reprendre en cœur ce que dit l’aîné, mais dans la réalité ce n’est pas comme ça que les choses se passes, après dix sept ans je peux au moins tirer cette conclusion), hé bien vous finissez par partir. C’est cela l’éviction mécanique. L’hécatombe perpétuelle de tous ceux qui sont partis, parce qu’il n’y avait pas les ferments de la coexistence. Et parce que, peut être, l’histoire des fonctions qui ont peut à peut été prise par les uns et les autres, a fossilisé quelque chose. C’est très complexe tout ceci. Et mon propos n’est pas de jeté la pierre aux compagnons que j’ai quitté. Non, je ne suis pas dans ce registre. Je suis plutôt interrogatif sur le comment d’une coexistence à construire, après ce qui m’apparaît être un échec (en tous cas me concernant).

J’espère avoir été plus clair dans mon propos ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Ven 30 Mai - 7:39

Oui ton message est clair.

Citation :
Nous sommes tous (virtuellement) des apostats d'une certaine manière, à ne plus accepter les valeurs dogmatiques du catholicisme et celles des rebelles à cette expression de foi chrétienne non ?

J’inverserais les choses par culot. Je dirais que les apostats sont ces gens des religions, qui tiennent la tempe (XXXI/7), et qui refuse le Message de l’Aigle, comme des taupes (23/2).
L'inversion est audacieuse, je n'y avais pas pensé. Cependant, je la trouve intellectuelle et caricaturale.
Je ne crois pas qu'il y ait quelque chose de "mauvais intentionnellement" dans cet ordre des choses qui s'est construit avec l'histoire. Le glissement s'est fait un peu à la fois, erreur de direction de St Paul, schismes (Nicée et autres), refus du message Coranique ... résistances, compromis, etc.
et puis les certitudes "des paroles savamment établies sur les siècles".

Tout cela est une lente dérive.
Le problème est que peu de monde a vérifié au cours de l'histoire tous "ces dires" et les justifications de "ces faires", et les quelques-uns qui ont osé contester soit l'ont payé de leurs vies (pas différemment des dissidents du stalinisme par ex. ) soit se sont retrouvés hors de l'ornière du chemin tracé par les traditions (les rebelles), soit sont restés dans le silence par peur ...
Cette dérive, je crois qu'il faut savoir la regarder avec beaucoup d'humilité, sans la juger.

Ce qu'il y a d'étonnant, c'est que quand on lit les évangiles - l'histoire de jésus qui use ses sandales sur les chemins de son pays et raconte un tas de trucs - il n'y a à peu près rien de "religieux" (religiosité) chez lui. Le judaïsme de l'époque était peut être (?) d'un ritualisme baroque ou alambiqué, et lui simplifiait tout à l'extrême en expliquant que c'est d'abord une question d'état d'esprit et de pratique qui se mêle au quotidien quand c'est nécessaire.

Il y a un changement de cap à traduire en actes, mais la société est comme un très lourd navire, le virement de bord est plus rapide sur un petit voilier (individu ou tout petit groupe) que sur une grosse goélette. Nous sommes une génération qui est dans les gréements "à la manœuvre" pour reprendre correctement la force du Vent.

Citation :
Quand on dit que la Révélation d’Arès attire, à juste titre de ce que vous soulignez (Bible, Coran et Révélation d’Arès), des juifs, des musulmans, des athées, et bien d’autres de tout horizon, c’est vrai du point de vue de la diaspora. Mais dans les agrégats locaux et régionaux, et à Paris en tous cas, ça ne se vérifie pas tellement, en tous cas peu ou prou.
Il faut réfléchir à ces divergences de "ressentis" et que ces assemblées y réfléchissent aussi, parce que je ne crois pas que la diaspora (face invisible de l'iceberg arésien) soit disposée à se laisser mener par le bout du nez dans ce statu quo que tu décris.
Puisque précédemment le courrier que tu publiais parlait de cette "conscience collective", je cite:
" nous nous écouterons sur deux points : que ressent chacun par rapport à la conscience collective, individuellement et dans le petit reste, et quel travail devons nous mettre en œuvre pour progresser dans l’union des consciences ? "

"nous en resterons encore longtemps à la toute première question, où en sommes nous par rapport à la Conscience Collective et à sa première étape, l’écoute mutuelle."
Il ne faut pas imaginer que cette "conscience collective" ne soit que celle de l'assemblée (parisienne ici en l'occurrence), sinon, elle restera toujours bloquer à la première étape.
Cette "conscience collective" se doit, il me semble ..., d'intégrer cette diversité venue de tous horizons (sauf à se mettre en contradiction avec La Parole), ainsi que le côté profondément "libertaire" de cette nouvelle relation à l'Existence qui est en train de se construire.
Revenir en haut Aller en bas
Pascal2
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Sam 31 Mai - 12:55

Le temps me manque pour vous répondre, d'autant qu'il semble que vous aimez bien disserter par l'écrit.
Et puis, je ne veux pas trop non plus exposer les faiblesses que j'ai observé. C'est déjà bien difficile comme cela, pour ne pas rajouter à l'adversité.
De toute façon, nous n'avons pas la même vision de ces difficultés. Moi, je pars d'un vécu de dix sept ans. Vous, vous voyez les choses de l'extérieur. Mais votre coeur est gagné par ce message, et c'est bien-là l'essentiel.
Amitiés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Dim 1 Juin - 21:56

Citation :
d'autant qu'il semble que vous aimez bien disserter par l'écrit.
mais j'aime aussi beaucoup le monde de l'image !



Les difficultés vont se résorber un peu à la fois.
L'important est de ne pas oublier l'Essentiel.

N'hésite pas à faire part de tes réflexions à l'occasion, si tu as le temps, en ouvrant un autre fil de discussion si possible, sinon la mère Michèle ne retrouvera plus son chat ! :albino:
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 886
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Jeu 5 Juin - 9:52

Bonjour à tous,


Je reconnais que j'ai été un peu paresseux ces temps çi Very Happy

Comme l'avait dit Pascal une fois je crois, ce n'est pas à partir d'un forum que l'on va pouvoir créer quelque chose du point de vue de l’assemblée, ou quelque chose comme ça.


"Pour ma part, je ne crois pas trop que le fait de « communier » par clavier interposé et n’avoir que des relations via le web, puisse créer quelque chose du point de vue de l’assemblée. .../..."

Je ne sais pas, mais il est possible que dans un avenir proche, mais quand même pas avant 1 mois ou 2 .... Very Happy ce forum soit fermé à ceux qui arrivent VIA LE NET, et soit réservé aux seules personnes qui seront contactés physiquement par la mission dans la rue ou autre.
Mais pas avant 1 ou 2 mois ou plus, le temps que la moisson dans la rue se fasse un peu..... ce qui risque de prendre .......... un certain temps

Ah, j'oubliais, je ne vais pas être le seul modérateur, Njama le sera aussi conjointement, la technique le permet je pense.
Cela dit les internautes déjà présent pourront continuer, ... Njama, pat, Assunta, homme_michel, Raphaelle et les autres.

Quand à moi j'aurais dû commencer par là,

1/La RA, qu'est ce que c'est au juste ? ( essayer de la voir avec un certain recul, dans le calme et la tranquilité, loin des surenchéres verbales etc ...)

2/Les pélerins d'Arès qui sont ils ?, d'ou viennent ils ?, psychologie, mentalité et particularités mentales propres aux PA.


Mais auparavant, je voudrais répondre à Pascal, ou tout simplement donner mon avis, au sujet des "tradition graphique" , représentations graphiques etc ...


yve/Admin


Dernière édition par Admin le Dim 13 Juil - 19:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
yve



Messages : 614
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Jeu 5 Juin - 12:35

Citation :
Je me suis depuis longtemps intéressé à l’image graphique que nous renvoyons aux missionnés. Que ce soit les tracts, les devantures de local, etc .../...
Du point de vue graphique, les choses essayent au mieux de se calquer sur les évocations imagées que l’on peut lire dans la Révélation d’Arès. La « Moisson » et « les épis » inviteront aux représentations graphiques au « pied de la lettre ». Le « partage » et la « fraternité » avec par exemple l’image d’une miche de pain rompu par des mains généreuses, ou des visages béats de félicité. La beauté « servante du Bien » (ne manque t’on pas de préciser) sera le plus souvent accompagnée de représentations résolument florales. D’autre thème seront accompagné d’image d’enfant, de couples, etc.

Oui, je me suis aussi amusé à me poser cette question, et j'ai trouvé assez banales et plates souvent leurs représentations graphiques. Mais à leur place c'est sûr je n'aurais pas fait mieux, que faire ? , que représenter ? , ce n'est pas façile ! Comme vous dites "Peut être qu’à ce niveau, la marge de manœuvre n’est pas si grande que ça ? "




Citation :
je peux dire que, grosso modo, les pèlerins d’Arès affectionnent la peinture.
Je ne serais pas capable de donner un avis sur la valeur artistique de cette peinture, c'est pas plus mal qu'aut'chose, bof. Par contre au niveau "marketing" (j'emploi ce mot à contre-coeur et j'espére qu'il ne va pas trop faire bondir), je pense que ce n'est pas bon comme systéme Very Happy



Citation :
Pour l’heure à Paris (et pour longtemps il semble), les choses se sont calquées sur le concept du local de peinture bordelais.
Non je ne crois pas, ne soyez pas parano Very Happy


Citation :
Dans les grandes lignes, tout ceci est assez basique et classique d’une part, et pas critiquable d’autre part. Mais est-ce que cela diffère des représentations graphiques des religions, mouvements évangéliques, etc. ? Pour ma part, je serais tenté de dire que nous ne sortons pas d’une certaine "tradition graphique" pour tout ce qui touche au Ciel, à la spiritualité, à la fraternité, à la foi, etc.
Vous voulez absolument vous démarquer des religions ? J'avoue que si j'étais à leur place, chargé de la décoration, je ne serai pas quoi mettre.
Dés l'instant ou il est question de décoration dans un lieu comme une petite agence, un local etc ... même le parti communiste se mettrait à ressembler aux évangélistes scratch


yve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yve



Messages : 614
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Jeu 5 Juin - 12:58

suite


Une grande photographie aérienne d'Arès ?

ou alors :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pascal2
Invité



MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Ven 6 Juin - 11:13

Le frère aîné semble avoir du mal à répondre sur ce topic. Et, moi même, je ne peux poster sur certain d'eux. Il semble que cette plateforme phpBB que vous utilisez soit peu efficiente, Yves. Peut être serait il bon d'en envisager une autre ?
Pour ma part, je vais cesser de coucher mes réflexions ici. D'une part, je ne veux pas causer un surcroît de travail à l'aîné dans ce qu'elles peuvent soulever comme interrogations, d'autre part je ne veux pas me mettre dans une dynamique qui installerait, conforterait, et épaissirait la logique de doute qui s'est installée en moi. Je sais que les uns et les autres vont s'empresser d'invoquer le fameux verset relatif au doute. Mais bon, si je sais dans quoi je suis aujourd'hui, je le doit aussi à mes compagnons dans ces dix sept années de chemin avec eux. Enfin, de chemin... de piétinement les uns sur les autres plutôt.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire   Aujourd'hui à 17:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Les nouveaux Pélerins d'Arès ? - Un titre provisoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Affectation a Titre Provisoire : bingo or not bingo ?
» Affectation à titre provisoire
» Loyers à percevoir pour COP
» Notre mutation inter pour mayotte est tombée à titre provisoire, besoins d'infos
» disponibilité ou affectation à titre provisoire

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'ABEILLE :: Un mouvement issu de la Révélation d'Arès-
Répondre au sujetSauter vers: