L'ABEILLE
L'ABEILLE

La Vérité c'est que le Monde doit changer . Basé sur les écrits du Frere Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  MembresMembres  Connexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Fondement du droit au travail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 926
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Fondement du droit au travail   Mar 14 Juin - 6:26

Des nouvelles DU DROIT AU TRAVAIL ....

En fait, le Droit au travail n'a jamais existé, pas que je sache, les déclarations universelles des droits de l’homme reconnaissant le droit au travail dont il est question plus haut ne sont pas des droits au travail mais plus exactement des grandes déclarations humanistes sur la dignité humaine laquelle implique forcément le travail Laughing

En fait l'état ne peut pas se substituer aux entreprises en donnant carrement un emploi, sauf un emploi de fonctionnaire. Les employeurs sont libres.
Je ne vois pas comment mettre en oeuvre un “droit opposable à l'emploi” mais Philosophiquement, humainement comment priver un homme ou une femme de quelque chose d'aussi fondamental d'aussi basique que le travail !!
Un homme à qui on refuse du travail a le droit (et peut-être même le devoir ) de se revolter.
Et qu'est ce que le travail finalement ? Planter un arbre et en recueillir les fruits, pécher un poisson, le manger ou le vendre c'est aussi un travail, fabriquer de l'electricité aussi ... fabriquer du vin ....
mais cela n'est pas toujours autorisé (voir la RA là dessus, je n'ai pas les references en tête ) , il faut des papiers , des licences, des autorisations, etc...

Supprimons ces papiers , ces licences, ces autorisations, etc... et rendons le travail libre pour certaines catégories de populations de chomeurs.

Par contre il est possible de voir "le droit au travail" en terme de "liberté de travail". Le droit au travail ça peut être aussi entre-autre" la liberté de travail ". Ca c'est autre chose vous me direz mais " le droit au travail" pourra prendre plusieurs formes. L'idée c'est que tout le monde qui le desire puisse avoir un travail d'une façon ou d'une autre ....

Avec l'argent des aides sociales l'état pourrait preter à des chomeurs pour creer des entreprises ou le "droit au travail" serait organisé .
Ou liberer dans des zones franches des espaces alloués à des chomeurs. Donc " la liberté de travail ".

Enfin l'etat pourrait renationaliser des services publics qui ont été privatisés par le passé.


Yve


Dernière édition par Admin le Ven 15 Juil - 9:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
Admin
Admin


Messages : 926
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Fondement du droit au travail   Mar 14 Juin - 6:30

Sur quoi serait fondé le droit au travail ? même s'il est difficile pour l'état de mettre en oeuvre.

Like a Star @ heaven - Premiérement sur l'idée de bon sens qu'il vaut mieux donner du travail que donner des aides sociales (aides sociales qui de toutes façons sont payées par le contribuable donc de l'employeur )

Avec l'argent des aides sociales l'état pourrait creer des centaines de milliers d'emplois. Comment ? Ca c'est une autre histoire. Mais l'idée c'est qu'il vaut mieux donner du travail que donner des aides sociales.

Like a Star @ heaven - Deuxiémement c'est UNE ANTICIPATION, donner du travail n'est jamais qu'ANTICIPER sur les besoins d'une société. Exemple si un homme est au chomage depuis mettons 2 ans au bout d'un certain temps il a forçément besoin ... je ne sais pas, d'une paire de chaussures, d'un costume ....
.... cet ouvrier trouve du boulot dans une usine de chaussure ... il fabrique la paire de chaussure qu'il va acheter ...
idem pour si cet homme travaille dans une ferme... il va donner à manger à des vaches qui vont fournir le cuir pour les chaussures qu'il va acherter, en plus du steack qu'il va manger, ou du lait qui va servir à fabriquer son yaourt ... etc ... etc ... bref vous avez compris le principe Smile


Admin


Dernière édition par Admin le Ven 15 Juil - 9:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
Admin
Admin


Messages : 926
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Fondement du droit au travail   Mar 14 Juin - 6:33

Le DROIT AU TRAVAIL est en réalité une idée totalement nouvelle .... par certains cotés elle peut faire penser aux idées de la Révelation d'Arès qui donnent l'impression d'être vieille comme le monde, et c'est vrai que quand on ouvre la R.A. pour la premiere fois on a l'impression de déjà vu alors qu'en réalité ça n'a jamais été mis en pratique !!

Le droit au travail concourt à la fois à la survie de l'individu et à l'édification d'un monde plus harmonieux.

Le ministre Laurent Wauquiez a récemment déclaré que la société française était rongée par un « cancer ». Cette maladie, selon lui, ne serait ni le chômage ni les inégalités mais l'« assistanat », dont il dénonce les « dérives », proposant de contraindre les bénéficiaires du RSA à effectuer cinq heures hebdomadaires de « service social » non rémunéré.
Pour l'UMP ce travail obligatoire serait effectué contre un salaire.
Pourtant, même assortie d'un salaire, cette proposition de loi est surtout mauvaise... dans son esprit car vus comme des parasites, les bénéficiaires des aides sociales sont accusés de ne rien faire pour vraiment chercher du travail.!!!! les chômeurs sont assimilés à des profiteurs qui vivent honteusement de la solidarité nationale. !!!!

Alors qu'au Moyen Âge, les pauvres prenaient toute leur place dans la société chrétienne et permettaient la pratique de la charité, l'essor du capitalisme marchand et d'une conception utilitariste de la société les rejettent progressivement dans la marginalité. Au 16e siècle se répand l'idée qu'il faut obliger les pauvres à travailler ...


Admin



Dernière édition par Admin le Ven 15 Juil - 10:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
Sam



Messages : 42
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Fondement du droit au travail   Mar 14 Juin - 8:55

Citation :
que le travail est un droit, qu'on ne peut pas Philosophiquement, humainement priver un homme ou une femme de quelque chose d'aussi fondamental d'aussi basique que le travail !!

Ce qui est important c'est l'idée .....

Sam

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fondement du droit au travail   Mar 14 Juin - 10:01

Citation :
Le ministre Laurent Wauquiez a récemment déclaré que la société française était rongée par un « cancer ». Cette maladie, selon lui, ne serait ni le chômage ni les inégalités mais l'« assistanat », dont il dénonce les « dérives », proposant de contraindre les bénéficiaires du RSA à effectuer cinq heures hebdomadaires de « service social » non rémunéré.
Pour l'UMP ce travail obligatoire serait effectué contre un salaire.
Pourtant, même assortie d'un salaire, cette proposition de loi est surtout mauvaise... dans son esprit car vus comme des parasites, les bénéficiaires des aides sociales sont accusés de ne rien faire pour vraiment chercher du travail.!!!! les chômeurs sont assimilés à des profiteurs qui vivent honteusement de la solidarité nationale. !!!!


Tout cela est une belle hypocrisie quand on sait que certaines catégories de gens ont du mal voire ne peuvent plus être embauchés. Je prends l'exemple des plus de 50 ans (et encore parfois moins à partir de 45 ans) qui sont dans la catégories la plus touchées et dont les gouvernements qu'ils soient de droite ou de gauche ne parlent jamais et dont ils se fichent complètement !! L'état se moque vraiment des gens. De toute façon ils ne peuvent ôter ce qu'ils appellent l'assistanat car certaines personnes crèveraient de faim, dans le sens littéral du terme, sans parler qu'ils pourraient se retrouver dans la rue. Ils accentueraient la pauvreté.

De plus ce qu'ils appellent l'assistanat est une aide pour beaucoup. En effet beaucoup n'ont pas de famille pour les aider dans les coups durs, ou bien la famille elle-même très moyennement aisée ne peut les aider. Bref il faut voir tous les cas de figure et ne pas généraliser, ni focaliser, culpabiliser une certaine catégorie de gens qui veulent eux travailler, avoir un bon salaire car tout Homme a le droit de vivre mais surtout de bien vivre. Stoppons cette hypocrisie.

L'état est hypocrite lui qui fait délocaliser les entreprises, combien ont fermé en 1 an ? Il est hypocrite quand il ne fait payer aux grosses entreprises aucun reversement à la sécurité sociale. Il est un grand hypocrite quand on sait que les gros bénéfices sont reversés aux actionnaires au lieu de permettre d'embaucher. Tous les maux financiers que créent l'état (gouvernement, grosses entreprises, etc) et qui doivent être remboursés sont payés par les contribuables. Qui sont ces contribuables ?? Vous et moi.
Il est un gros hypocrite quand on sait que le chômage tout comme le RSA est soumis à l'impôt.
Donc par pitié ne salissons plus les "petits". Toujours ce sont ces petits (j'entends ici petits salaires, ceux qui ont du mal à joindre les 2 bouts sans aide extérieure et ceux qui touchent chômage et RSA) qui sont pris pour cible.
Etat Hypocrite mais surtout soumis lui-même aux dictats des systèmes économiques qui eux gouvernent vraiment et imposent aux gouvernements certaines directives.

Donc arrêtons ce faux problème et cessons de vouloir à tout prix de part et d'autre des coupables !!
Il nous faut voir les vraies causes ! Et essayer d'apporter des solutions humaines-spirituelles.

La vraie cause n'est pas les "petits", les soit-disants "assistés", comme beaucoup le disent très certainement plus par ignorance et manque d'empathie. Non le vrai problème c'est la façon dont est géré, distribué l'argent, la façon dont l'état l'utilise. L'état n'a aucune vergogne à traiter les gens de fainéants ou qu'ils ne veulent rien faire, tout en leur pompant le fric et leur substance vitale. Car même le thème de "travailler plus pour toucher plus" est un leurre particulièrement en ce qui concerne les petits salaires.
Arrêtons de nous voiler la face.

Prenons l'exemple de la journée travaillée mais non payée pour aider les personnes âgées. Je suis pour cela ! Mais qu'apprends-je ??? Une grande partie de l'argent a été pour combler le trou de la sécurité sociale. Quelle honte alors qu'il suffirait de grosses entreprises comme TOTAL par exemple pour combler ce trou. Quelle honte ! Surtout Quand on voit que les maisons de retraite et autres organismes qui s'occupent des personnes âgées dépendent du financement de l'état (à qui on a donné notre argent pour cela) et qui l'utilise autrement. Sans parler qu'en 2011 ces organismes ne pourront pas garder tout leur personnel par manque de moyens, c'est pour cela qu'ils parlent d'une 2e journée travaillée non payée pour les aider. Je suis d'accord à condition que cela aille cette fois-ci qu'à ces gens et pas ailleurs. C'est à nous à être vigilants et à demander des comptes car après tout c'est notre argent. Et ne pas donner une partie pour autre chose.

D'accord on ment tous allez-vous me dire. Très bien. Alors dans ce cas plus de bouc émissaire, ne plus s'en prendre à plus petit que soi. C'est facile de taper sur les petits, les traiter de tous les noms et leur prendre le peu qu'ils ont.

Ce monde est gouverné par des gens qui n'ont jamais connu de difficultés, de gros bourgeois avec une mentalité étriquée qui vivent eux aussi sur le dos des autres (qui leur paie leur voyage, leurs habits, sans parler de tous les avantages qu'ils taisent, etc...) qui croient gouverner en mettant le pied sur le dos des gens en leur faisant baisser la tête s'ils la ramènent trop. Qu'ils descendent de leur pied d'estal et qu'ils vivent la réalité. Beaucoup ignorent la réalité et on est gouverné par cette façon d'être. Ils doivent apprendre à se mettre à la place des autres, plus particulièrement des "petits". C'est davantage par ignorance qu'ils agissent je pense et peut-être aussi par une peur inconsciente de vivre petitement.

Que faire en attendant que tout change et que tous évoluons, nous comprenons ??

Nous devons vraiment continuer à forcir en nous-mêmes pour pouvoir amener (si on ne le fait déjà) force, courage, compassion mais surtout pour pouvoir aider les gens tombés très bas à - en tout premier lieu - leur redonner la joie de vivre. Sans cette joie, si elle est perdue, l'Homme a du mal à se relever. Il faut comprendre cela. Qu'il soit au RSA, chômage, ou qu'il soit dans la rue, ou dans un appartement, s'il a perdu la joie ce n'est pas en lui disant "allez bouge, va travailler, va chercher du travail" qu'il va y arriver. Non c'est l'encourager, lui dire la confiance qu'on lui porte, l'espérance qu'il va pouvoir retransmettre dès qu'il se relèvera, mais en attendant l'écouter avec compassion et lui expliquer comment, au fond de lui-même, il peut retrouver/rallumer cette force et cette joie qu'il croyait partie ou éteinte. Quand on comprend la force spirituelle en nous et que l'on sait l'appliquer, on peut se relever de tout. Mais pour cela il faut avoir le désir du coeur, vraiment du coeur, de transmettre cela pour aider son frère.
Ce n'est pas en en faisant des bouc-émissaires que le monde changera.

Tant qu'on ne met pas le droit de bien vivre en premier - qui sous-entend joie, joie de créer, d'être nous-même, d'avoir notre propre emploi, cette liberté retrouvée nous fait retrouver des idées fabuleuses, etc parce que tout Humain a le droit et le devoir de bien vivre en ayant le minimum vital (un toit sur la tête, manger et boire et avoir tous les mois revenu minimum en attendant qu'il ait un travail, sinon qui l'aidera, ceux qui le condamnent ??) tout Humain a le droit et le devoir de bien vivre en ayant le minimum vital qui lui est dû sans aucune condition d'aucune sorte - tant qu'on ne met pas le droit de bien vivre en premier, alors le droit au travail restera ce qu'il est.

Tous - puissants et petits - devons forcir, grandir.
Ce sont les petits qui apporteront aux puissants de tout poil, pas le contraire. Pourquoi ? Parce que ceux qui souffrent comprennent plus que ceux qui condamnent sans savoir ou sans vouloir voir.

Citation :
Par contre il est possible de voir "le droit au travail" en terme de "liberté de travail".
C'est très intéressant. Là tu mets le doigt sur quelque chose de très important et libérateur. Il doit y avoir une forme de liberté de travail que des gens appliquent, c'est à chercher...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fondement du droit au travail   Mar 14 Juin - 11:58

Citation :
Par contre il est possible de voir "le droit au travail" en terme de "liberté de travail".
"Remettre le travail à sa juste place" Un livre de Catherine Viot et Luce Janin-Devillars
Crise, délocalisations, flexibilité… Les évolutions récentes mettent à mal nos repères. Face à ces changements, souvent subis, une journaliste et une psychanalyste nous expliquent comment reprendre les rênes de nos vies professionnelles (Hachette Pratique, 2009).

-------------------

Un site intéressant avec des témoignages de gens qui décident de prendre leur vie en main : http://www.psychologies.com/Moi/Travail/Evolution/Articles-et-Dossiers/Ils-ont-choisi-de-ne-plus-travailler/4Robert-47-ans-marie-un-enfant

EXTRAITS
... Changer de priorités
Pourtant, aujourd’hui, travailler, c’est exister. Ainsi, « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » est « la » question qui revient rituellement lors d’une première rencontre. Ces quelques mots – et le fait que chacun comprenne aussitôt qu’ils concernent le travail ! – montrent à quel point nous avons intégré l’idée que l’emploi est la source de notre identité, et la clé d’une vie autonome et épanouie...
... Rompre avec la vie « productive » n’est pas seulement une question de moyens matériels ; La question porte avant tout sur la capacité à se construire une nouvelle identité, un nouveau moi, hors du travail...
... Il s’agit de sortir d’un modèle culturel convenu, prescrit, pour entrer dans un processus individuel de redéfi nition de sa vie : quel genre de personne avons-nous envie d’être, que voulons-nous atteindre ou réaliser, avoir ou être, valoriser et honorer ? Cela témoigne d’une volonté de quitter une identité dominante – où le travail définit la personne – pour exprimer une identité préférée – via une activité en accord avec le sens que l’on veut donner à sa vie et les valeurs que l’on veut affirmer.

Robert, 47 ans, marié, un enfant
« Je suis encore plus actif qu’avant »
À 42 ans, Jean-Robert a quitté l’école de journalisme dans laquelle il travaillait depuis vingt ans pour s’occuper de son fils, restaurer sa maison (il vit à la campagne), peindre et créer des objets.
Son conseil : « N’ayez pas peur du vide, il se remplira très rapidement – et ne vous laissez pas impressionner par votre banquier ! »
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 926
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Fondement du droit au travail   Mer 15 Juin - 11:22

Bonjour Assunta

Citation :
Par contre il est possible de voir "le droit au travail" en terme de "liberté de travail".
Admin


C'est très intéressant. Là tu mets le doigt sur quelque chose de très important et libérateur. Il doit y avoir une forme de liberté de travail que des gens appliquent, c'est à chercher...

Ce n'est pas tout à fait à ça que je pensais quand je disais "il est possible de voir "le droit au travail" en terme de "liberté de travail"....
Là tu nous met un site "Ils ont choisi de ne pas travailler !" ! encore que ce n'est pas contradictoire .

Par "il est possible de voir "le droit au travail" en terme de "liberté de travail"
je voulais dire :

.......Arrow Et qu'est ce que le travail finalement ? Planter un arbre et en recueillir les fruits, pécher un poisson, le manger ou le vendre c'est aussi un travail, fabriquer de l'electricité aussi ... fabriquer du vin ....
mais cela n'est pas toujours autorisé (voir la RA là dessus, je n'ai pas les references en tête ) , il faut des papiers , des licences, des autorisations, etc...

Je voulais dire .... supprimons ces papiers , ces licences, ces autorisations, etc... et rendons le travail libre pour certaines catégories de populations de chomeurs, et à certaines conditions ( par exemple à partir d'un certain temps de chomage )
Liberer dans des zones franches des espaces alloués à des chomeurs. Donc " la liberté de travail ".
Je voulais dire le travail en France n'est pas libre ... il faut des autorisations professionnelles, des licences, pensons aux chauffeurs de taxis qui doivent acquiter une licence trés élevée. Tu n'es pas libre en Europe de travailler de ton domicile, de reparer des motos et de te faire payer pour ça .... ça s'appelle du travail au noir ! de vendre dans la rue des légumes ou des fleurs ( la vente de fleurs sur la voie publique est lourdement punie ... ) ça s'appelle vente à la sauvette Smile

Je ne sais pas ce qu'en pense Pat qui horticulteur et vendeur de fleurs Smile

De plus il faut un véhicule or souvent les chomeurs de longue durée n'ont pas ou plus de véhicules Cool

Ou alors autre chose. J'ai ecrit un livre , un roman, je desire ne sachant rien faire d'autre, le publier, l'imprimer et le vendre .... et bien je n'ai pas le droit, je suppose qu'il faut des tas d'autorisations (Le frere Michel en sait quelque chose ) que je n'aurais jamais la force d'effectuer ...

C'est là ou je parle du droit au travail.

Je n'ai pas l'impression que vous avez compris ce que je veux dire ...

-----------------------------------------------------------------

Mais allons jusqu'au bout de mon propos. c'est une voie et aussi une philosophie elle va toute à fait dans le sens d'ailleurs de la Revelation d'Arès.
Je n'ai pas dit que cette voie est la seule solution, je dis que c'est une voie parmi d'autres.
evidemment c'est le rôle de l'état de s'arranger pour qu'il y ait du travail pour tout le monde grace à une politique économique adéquate.
... Mais comme ils ont choisi la MONDIALISATION entre-autre pale


Admin


Dernière édition par Admin le Mer 15 Juin - 13:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
Admin
Admin


Messages : 926
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Fondement du droit au travail   Mer 15 Juin - 13:13

Par contre il existe un droit à la formation, à l'instruction, à la formation professionnelle.
J'en sais quelque chose.
Tu peux aller dans n'importe quelle école ou centre de formation, tu n'auras pas tellement de difficulté pour d'inscrire à un cours ou à une formation.
MAIS à quoi sert une formation si il n'y a pas derriere un travail ? Smile

Admin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
yve



Messages : 615
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Fondement du droit au travail   Sam 27 Aoû - 18:37

LE DROIT AU TRAVAIL

http://philippebrouillard.blogspot.com/

yve

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fondement du droit au travail   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fondement du droit au travail
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» droit du travail
» dissert sujet : La justice est-elle le fondement du droit ?
» Droit du travail
» droit du travail et droit des societes
» droit au travail!

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'ABEILLE :: INSURGENTS, INSURGENTES ...-
Répondre au sujetSauter vers: