L'ABEILLE
L'ABEILLE

La Vérité c'est que le Monde doit changer. Basé sur les écrits de Michel Potay mais pas que parce que la Vérité n'est jamais tout ensemble du même coté.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  MembresMembres  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 L' Anarkia pas l'Anarchie

Aller en bas 
AuteurMessage
navy



Messages : 158
Date d'inscription : 14/02/2008

L' Anarkia pas l'Anarchie  Empty
MessageSujet: L' Anarkia pas l'Anarchie    L' Anarkia pas l'Anarchie  Icon_minitimeDim 12 Mai - 14:08

18 avril 2019 (207) 
Anarkia

Anarkia en grec ancien signifie "absence de chef" (dictionnaire d'A. Bailly). Anarkia a donné en français "anarchie" = refus de tout pouvoir. Toutefois, le mot anarchie ayant désigné des courants politiques, furieux, parfois meurtriers, alors que nous visons à une réalisation spirituelle, je lui préfère le mot grec anarkia.


La Révélation d'Arès dit : Tu ne seras le chef de personne (16/1), Tu ne commanderas à personne (36/19). Par là le Père rappelle l'état d'anarkia dans lequel Il créa Son Enfant, l'humain, et Il a sans cesse appelé celui-ci à la rétablir.
L'anarkia peut revenir, mais c'est un projet très difficile, parce qu'il touche au fondement même de la société qu'Adam (Rév d'Arès 2/1-5) a voulue : une masse de gouvernés soumis aux vents de quelques gouvernants.
Les humains peuvent-ils redevenir absolument libres (Rév d'Arès 10/10), sans chefs (16/1) ni lois (27/8, xix/24) après avoir vécu des millénaires (en mettant les choses au mieux) dans une liberté réduite par les dominateurs même en démocratie ? L'éventualité d'un tel  renouveau explique, entre autres causes, le rejet de La Révélation d'Arès par les pouvoirs, qui croient ou prétendent insensé de laisser revenir à un monde intelligent (32/5) la base humaine enchaînée dans
la fameuse caverne dont parla Platon dans "La République".
Mais les humains disposent, sans le savoir encore, de l'outil qui peut briser leur chaîne : l'amour. L'anarkia, une des composantes du Bien, se recréera par l'amour.


L' Anarkia pas l'Anarchie  Eglise11avr2019
L'architecte et le bâtisseur d'un telle merveille romane (Xe s.),
si belle en proportions et harmonie, étaient-ils des chefs ?
Non, selon moi ils n'étaient que les coordinateurs des frères ouvriers
qu'ils conseillaient dans une œuvre qui était l'affaire de tous.
Le petit bonhomme en bas, c'est moi posant ma main sur l'une
des pierres que des mains d'ouvrier saisirent
il y a onze siècles pour la poser là où elle est encore : Continuité !
(Photo Christiane Potay)


Anarkia n'est pas anarchisme.
Bien que rarement cité dans le discours politique ou par les media, comme s'il avait disparu, l'anarchisme reste d'actualité, mais interminablement vaincu parce qu'il n'est autre que l'agonie illimitée de l'anarkia depuis Adam. L'anarchisme est sans avenir, parce qu'incomplet en visant à une libération qui n'est que sociale, morale et matérielle, quand elle devrait viser à la libération par la floraison absolue de l'âme, donc de l'amour ou du Bien.
Ce n'est pas l'anarchisme, mais l'anarkia que nous ferons revivre par le seul fait que nous faisons pénitence (Rév d'Arès 30/11) en faisant revivre l'amour, le pardon, la paix, l'intelligence spirituelle libre de préjugés. L'anarkia ou monde sans chef (16/1) fait corps avec le projet résurrectionnel de l'amour du prochain.
Dans l'Histoire l'anarchisme a pris de nombreux aspects. Ceux-ci aujourd'hui se trouvent par exemple dans l'encombrant altermon­dialisme, les violents Black Blocs, les doux Pink Blocs, les terrifiants Clowns Révolu­tionnaires et d'autres comme la bonne vieille Fédération Anarchiste.
Aucune de ces formes-là n'a d'avenir.

L'anarkia ne vient pas de l'esprit, mais de l'âme.
L'anarkia est tout autre chose que l'anarchisme. Comme l'amour, elle vaincra la terrible nocuité de l'ego devenu énorme parce que c'est dans l'ego et seulement dans l'ego que l'homme placé sous la férule des pouvoirs et de leurs lois peut s'évader, s'isoler, et parce que l'extinction des pouvoirs et des lois fera disparaître l'ego comme actuel refuge de l'homme et s'ouvrir son cœur.

Sous un grand nombre de formes l'anarchisme a cherché à construire une société libre sans classes ni états, sans patries ni frontières. Il a cherché la liberté, l'égalité, la solidarité et la sécurité entre tous sans lois ni pouvoir, ni police, ni juges, ni prisons. Mais il n'a que rarement, brièvement et très localement atteint ce but, parce que son objectif n'a été que moral, social et matériel et n'a pas pu surmonter la disproportion des forces, la force des pouvoirs étant toujours plus élevée. L'anarchisme a oublié la force du spirituel, qui est le propre de l'humain.
Il est faux de dire que l'anarchisme n'est qu'une pagaille destructrice ; il a eu ses stratégies décidées égalitai­rement, participativement et consen­suellement, mais qui ont toujours manqué de puissance et qui n'ont fait qu'étincelles dans des actions inachevées sans jamais allumer le seul Feu (Rév d'Arès xLi/5-7) qui puisse prendre.
Aucune des formes de l'anarchisme rationaliste n'a d'avenir.
La pénitence, donc l'anarkia, ne peut bien fonctionner que dans des petites unités humaines sans chef ni dominateur, pour les tâches publiques desquelles sont désignés d'une façon ou d'une autre des gérants sans pouvoirs politiques et révocables à tout moment. Or, ce principe n'est réalisable que si sont soudés par l'amour les liens humains jusqu'à présent soudés par la loi. L'ordre sociétal hiérarchisé, policé, juridifié, agendé, etc., que l'humain moderne croit infuse et inévitable, n'est en fait qu'une idéologie devenue inconsciente et son opposé : l'anarchisme, n'est de même qu'une idéologie, quoique consciente, parce qu'en perpétuelle et vaine recherche d'existence.

L'anarkia n'est pas idéologique, mais fondamentale :
L'anarkia est le mode naturel de la vie sociétale, que le Père nous incite à retrouver comme Il nous incite à retrouver la Vie (Rév d'Arès 24/5). Le Père par La Révélation d'Arès nous rappelle un fait fondamental : Nous sommes des créatures d'un type particulier, des créatures cocréatrices d'elles-mêmes (rappel déjà donné par Genèse 1/26 : Il créa l'homme à son image et ressemblance). Il nous pousse à préférer notre forme théocréée à notre forme anthropocréée, qui est pécheresse et autodestrutrice, autrement dit à réparer la fracture entre Créateur et co-créateur, donc à abattre le malin (12/14) ou péché du monde d'Adam(e) (2/1-5, vii/6-14).
La renaissance du monde édénique, qui précéda la chute d'Adam, ce monde formellement disparu, mais virtuellement vivant au fond de l'humain, sera longue mais elle est possible (Rév d'Arès 24/2). Ce que nous appelons civilisation n'existe que parce que l'humain n'est plus en mesure d'assumer ses besoins véritables. La liberté comme la beauté et l'éternité, c'est la vie naturelle, celle retrouvée le Jourd'un Geste le Père arrêtera l'astre sous nos pieds,la Lumière couvrira tout sans cesse,l'univers criera sa liesse (31/8-9), mais nous pouvons nous en approcher dès maintenant.
Pour une bonne part, la base de la vie moderne n'est qu'imagination. L'humain vit dans des châteaux en Espagne, caresse des illusions dont certains (les Gilets Jaunes par exemple) comprennent par moments l'inanité, le crient, mais sont inécoutés. Nous savons que la modernité est un leurre en ceci qu'ajourd'hui comme hier sévissent le temps (Rév d'Arès 12/6), le souci, le malheur, la faim, la peur, la maladie et la mort. L'anarkia comme projet de la pénitence permettra de s'en évader ; comme l'amour elle est le sentier vers les Hauteurs, la voie vers le temps arrêté (31/Cool quand l'humain (qu'importe que ce soit nous ou nos descendants) s'affranchira des facticités de la vie "civilisée", quand nous assouvirons notre quête inachevée de Bonheur, quand nous nous libérerons du poids de ce que nous appelons le destin.

De surcroît — et combien je regrette de devoir abrégrer ! — il ne s'agit pas que de sortir des pouvoirs et des lois politiques, religieux, etc. Il s'agit aussi de sauver l'homme d'autres pouvoirs, ceux des cultures qui le moulent, des technologies qui l'asservissent, des souffrances variées qu'il ne peut éviter. Il s'agit de le réconcilier avec son humanité qu'il est venu à détester — de là les guerres incessantes, les procès (autre forme de guerre), les injustices sans nombre —, de le faire rompre avec les idéologies, les religions, les perspectives psycho-sociales, devenues des infirmités. Il s'agit de redonner à l'humain sa totale responsabilité spirituelle dans le concert grandiose de l'Univers créé. Il faut faire disparaître l'impudente intronisation des pouvoirs que sont aussi les stars, les modes, les sujets-sentinelles qui occupent les micros, les caméras de télévision, les media, la littérature en réclame dans les "salons du livre" contre celle balayée sous les tapis pour les rendre invisibles ou presque. Est pouvoir tout ce qui fait oublier que les humains sont tous à égalité les créateurs du monde de Bien à venir et les Enfants égaux du Père.

L'anarkia a disparu il y a longtemps, mais quel homme ne cherche pas encore par-ci par-là à revoir son fantôme ? L'anarkia a, comme l'amour, pour obstacle principal le péché et les erreurs et imperfections qui en découlent. L'anarkia comme l'amour demande qu'on vainque le péché.
Au temps de Dostoïevski les anarchistes russes disaient : "Il y a trois moyens de préparer un changement par l'anarchisme : 1. Par l'infiltration à la mode des Jésuites, 2. Par la propagande, 3. Par l'insoumission mise en pratique, mais les trois peuvent être envisagés en même temps." Ils échouèrent. Aujourd'hui, les anars parlent, par exemple, de mouvement "fluffy versus spiky" (le duveteux contre le piquant, c.-à-d. les non-violents contre les violents." Ainsi les Black Blocs sont des spiky et les Pink Blocs des fluffy, mais quelle différence, en fait, entre ceux-là et les pouvoirs qu'ils combattent ? De toute façon, ils échouent de même. Nous Pèlerins d'Arès ne pouvons pas tomber dans les travers violents des spiky ni dans l'impuissance des fluffy. Nous allons forcément dans une tout autre direction, vers une autre forme de monde sans chefs, spirituelle.


L' Anarkia pas l'Anarchie  Copyright2019
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L' Anarkia pas l'Anarchie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Anarchiste Chretien LEON TOLSTOI
» bébé 4 mois et demi est passé d'un bon rythme à l'anarchie
» Message de Jésus à Glynda Lomax 21 Janvier 2014 Lorsque l'anarchie abonde
» Anarchie et Révélation d’Arès
» Pour une anarchie éclairée de l'enseignement des lettres

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'ABEILLE :: TEXTES IMPORTANTS DE MICHEL POTAY-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: