L'ABEILLE
L'ABEILLE

La Vérité c'est que le Monde doit changer. Basé sur les écrits de Michel Potay mais pas que parce que la Vérité n'est jamais tout ensemble du même coté.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-39%
Le deal à ne pas rater :
Huawei P30 Smartphone
395 € 649 €
Voir le deal

 

 entrée 202 17 novembre 2018

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 998
Date d'inscription : 14/02/2008

entrée 202 17 novembre 2018  Empty
MessageSujet: entrée 202 17 novembre 2018    entrée 202 17 novembre 2018  Icon_minitimeVen 23 Nov - 12:58

17 novembre 2018 (202)
Pas la religion, la Vie

Notre société légaliste a horreur de l'inclassable. Elle nous classe impérieusement, nous Pèlerins d'Arès, parmi les religions, parce qu'elle classe religion toute société qui considère la vie douloureuse et mortelle comme passagère et affirme que l'humain appartient à une Vie immortelle vers laquelle il va ou revient, et dont les membres par la pensée et par la prière s'évadent des perspectives du monde immédiat.

Dans quelle religion classer Noé ou d'Abraham ? Aucune. Ils n'appartenaient à aucun système organisé avec dogmes et règles. Dieu leur parlait et ils vivaient selon Lui. C'est notre cas avec La Révélation d'Arès.
Pourquoi a-t-on inversement classé Spinoza parmi les athées ? Il n'est pas athée, il est inclassable. Inclassables sont de même tous les humains, plus nombreux qu'on ne croit, muets de peur ou de respect humain, mais intimement libres (Rév d'Arès 10/10) comme nous qui affirmons, comme l'affirme le Créateur, que l'homme fut créé pour jouir de la Vie sans pouvoirs ni lois au-dessus de lui.
Le passage à la liberté spirituelle, que prêchait Jésus et que prêche La Révélation d'Arès, restera inaccompli aussi longtemps qu'un nombre suffisant de pénitents n'aura pas retrouvé la Vie (Rév d'Arès 24/5), l'autonomie totale sur la base de l'amour, non de la loi, dans une unanime grandeur d'âme : la polone (xxix/12-13). Redeviendra le poulain agile libre de... tous ceux qui tirent bénéfice de le dompter et de l'atteler (10/10) l'humanité qui contrebalancera le gros poids des impénitents (13/4, 27/7). Le contrepoids nécessaire, appelé pénitence dans La Révélation d'Arès, est fait d'amour, de pardon, de paix, d'intelligence libre de tous préjugés. Le contrepoids, c'est en somme le Sermon sur la Montagne (Matthieu ch. 5 à 7) une fois accompli (35/6).


entrée 202 17 novembre 2018  Sunset10

Une religion (culte, confession, etc.), quelle qu'elle soit, a des spécificités qu'ignorent La Révélation d'Arès et les Pèlerins d'Arès. Non seulement La Révélation d'Arès, qu'on pourrait appeler Le Souffle Renvoyé à Arès, et son prophète ne fondent pas de religion, mais ils libèrent l'homme de la religion, tout comme Bouddah, Jésus et d'autres témoins du Souffle ont toujours libéré l'homme de la religion. C'est la libre (Rév d'Arès 10/10) Vie absolue qu'il faut retrouver (24/5).

Nous avons la foi, mais pas de religion. Chez nous les actes pieux : foi, pénitence, apostolat, prière sont librement aimés ; aucun d'eux n'est obligatoire.
Nous aimons,  étant miroirs de l'Amour du Père.
Être tendus vers la Vie est notre seule logique d'être.
Être ! Ce n'est pas ce que l'homme croit mais ce que l'homme est qui sauve l'homme des ténèbres où il s'enfonce sans cesse.
Les religions sont des systèmes qui ont volé à la foi ses grands moteurs pour concocter leurs dogmes, lois, règles, cultures et se faire craindre. Elles sont tout le contraire de la liberté absolue (Rév d'Arès 10/10) que projettent sur l'homme la Sainteté, la Puissance et la Lumière (12/4), lesquelles étant à Dieu sont sublimement libres comme furent créés libres Ses Images et Ressemblances, les hommes (Genèse 1/26-27). Chaque religion promet à ses fidèles la Miséricorde (16/15), mais Dieu l'accorde même aux incroyants. De plus, la religion ne change pas l'homme, parce que seul l'homme peut se changer (30/11). Or, c'est là tout le problème : La Vérité, c'est que le monde doit changer (28/7).


Il est probable que sur La Révélation d'Arès la religion, juive, chrétienne, musulmane et d'autres, toujours expertes en réinterprétation, s'installera quand même, mais c'est justement pour garder face au concasseur religieux un noyau incassable de Pèlerins d'Arès purs que le Père me demande de rassembler le petit reste (Rév d'Arès 24/1). C'est le petit reste le fer de lance de la pénitence qui fera disparaître la religion et ses dogmes censés donner le salut par le seul fait d'y croire et d'obéir à ses règles. Le petit reste enseignera qu'il n'y a de parenté avec le Père que la conscience quand elle retrouve par la pénitence son image et ressemblance avec Lui (Genèse 1/26-27). Seul l'amour ranime au fond des aimants et des aimés la Vie, laquelle par le langage ne peut pas être expliquée.

Voici ma réponse à notre frère Alain Le B. dans la page de commentaire #201 du présent blog. Écrite d'un seul jet, elle dit, avec d'autres mots, que nous ne sommes pas les hérauts de la religion, mais les hérauts de la Vie :
Il n'y a rien qui ne soit chez nous obligatoire ; tout n'y est qu'exigence de la conscience. Ainsi le Pèlerinage n'est-il pas obligatoire. Le Père me dit : Appelle les frères et les frères : "Viens prendre le Feu !" (Rév d'Arès xLi/7), mais il n'ajoute pas : Et ceux qui ne viendront pas seront punis. Il dit seulement : Appelle ! Et le frère vient ou ne vient pas, ce n'est pas une obligation. C'est seulement une exigence de sa conscience et il est sauvé si tout bonnement il est un humain de Bien, un pénitent, ce qui n'est pas non plus une loi, mais une logique.
La logique, c'est quoi ? C'est : Si j'ai faim je mange ou si je ne mange pas je finis par mourir de faim. C'est tout. Voilà pourquoi vous êtes, frère Alain, le premier serviteur de notre Pèlerinage, qui n'a rien d'obligatoire, qui n'est qu'une exigence de la logique de La Révélation d'Arès que suit votre conscience. Voilà pourquoi je tiens moi-même à faire mon pèlerinage, à être là chaque jour du 21 juin au 15 août. Je pourrais ne pas le faire.
Chez moi suivre la logique de La Révélation d'Arès tombe sous le sens. Chez vous aussi, c'est évident, et je suis heureux de vous trouver chaque année premier serviteur du Pèlerinage en me disant : "Alain pourrait ne pas être là. Je pourrais ne pas être là. Nous ne serions pas pour autant perdus. Ma conscience est un Dieu qui comme Dieu fait ce qu'elle veut ; sa conscience est aussi un Dieu Qui fait ce qu'Il veut. Notre présence ici est un acte gratuit. Si nous ne venions pas prendre le Feu nous serions aussi sauvés, puisque nous sommes pénitents, et ce Salut serait gratuit.
Chacun est un Dieu s'il est un être de Bien comme Dieu, c'est tout ce qui tombe sous la logique de la Parole d'Arès. Voilà aussi pourquoi nous ne savons pas plus ce qu'est la conscience de chacun que nous ne savons où est Dieu. Il est Tout du Bien et Il est partout ; elle est tout du bien et elle est partout. Alors, de ce fait, nous ne sommes évidemment pas une religion.
La foi est une tâche rigoureuse de Bien que dicte à chacun et chacune sa conscience. Pour cette raison on ne trouve nulle part dans la Parole de description totale du Bien. Le Sermon sur la Montagne décrit quelques actes de Bien, mais on sent — comme on sent Dieu — qu'il pourrait se conclure par "ad libitum", c'est-à-dire "à volonté, sans limitation pourvu que ce soit le Bien." Le Bien ne peut pas être une religion, parce que le Bien pour une conscience ressemble généralement au Bien pour une autre conscience mais n'est jamais vraiment le même. Quel thermomètre, quel baromètre, quel manomètre peut-il mesurer l'amour, le pardon, la paix ? Aucun. Pourtant l'amour, le pardon, la paix peuvent être partout et c'est pour qu'ils le soient que le Père nous demande de changer le monde (Rév d'Arès 28/7). Ma conscience sent la nécessité de Bien, mais votre conscience, mon frère, en sent nécessairement une autre, même si ces nécessités sont proches. Ces nécessités varient d'un humain à l'autre. Si elles ne variaient pas, il n'y aurait pas de foi ; il n'y aurait qu'une loi.
Le shabbat est un repos brûlamment recommandé par l'Éternel et nos frères juifs le respectent du vendredi au coucher du soleil jusqu'au samedi au coucher du soleil rigoureusement parce que pour eux c'est une loi. Mais pourquoi le samedi ? Pourquoi pas le lundi, le mardi, le mercredi, etc ? Pourquoi pas une fois par mois, une fois par an, selon que chacun compte le temps différemment ? Nous aussi nous respectons le shabbat mais chacun selon son temps. La Beauté (12/3) du shabbat réside justement dans le fait qu'il est libre (10/10). Nos frères juifs ont une religion. Pas nous. Nous, nous avons la Vie.
La définition du Bien exige une perpétuelle redéfinition du Bien, lequel est la nature même de Dieu et comme nous ne savons pas où est Dieu, ou plutôt comme nous savons qu'Il est partout, le Bien a une myriade de formes partout. Une religion a des formes précises. Nous, nous n'avons que le Bien avec une myriade de formes, rien de plus, comme la Vie.
Oui, il faut vraiment changer ce monde.


entrée 202 17 novembre 2018  Copyright2018

________________
Une idée n'est bonne que dans la mesure ou elle n'est pas exploitée au delà du raisonnable !!! Au delà elle devient folle et va à l'encontre de ce qu'on veut lui faire dire ....
Revenir en haut Aller en bas
http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
Admin
Admin


Messages : 998
Date d'inscription : 14/02/2008

entrée 202 17 novembre 2018  Empty
MessageSujet: Re: entrée 202 17 novembre 2018    entrée 202 17 novembre 2018  Icon_minitimeSam 1 Déc - 14:35

Les Pèlerins d'Arès et les gilets jaunes.

24nov18 202C29
Allez vous défiler avec les Gilets Jaunes ce samedi et allez-vous encourager les "Pèlerins d'Arès" à le faire ? Je suis sûr que non.
Alors que ce mouvement n'est pas, justement pas, un mouvement politique.
Non, car vous ne voulez rien faire de concret (excusez ma franchise) comme vous n'avez pas voulu participer à la grande manif contre le mariage pour tous qui a eu lieu le 13 janvier 2013 mais aussi les 24 mars, 2 février, 21 avril et 2 février... Pourquoi ? Pourtant 500 pèlerins d'Arès ou sympathisants Place des Invalides, je crois (j'y étais), ça n'aurait pas changé le monde mais ça aurait permis au moins de vous faire connaitre de façon favorable.
Vous dites: Seulement voilà, ces gilets jaunes et derrière eux la foule qu'ils représentent... ne savent pas quelque chose de capital : C'est qu'il n'y a pas de solution politique à leurs jérémiades sempiternelles. La politique politise, etc.
Non "ils" ne savent rien, c'est vous qui savez tout...
Je ne défends pas Emmanuel Macron plus qu'un autre et je ne connais rien à la politique plus que ça, mais au moins il est très pragmatique il faut le reconnaitre.   
Gilets jaunes : Emmanuel Macron a annoncé mardi un nouveau cap pour rendre la transition écologique "acceptable".
https://www.lci.fr/politique/gilets-jaunes-emmanuel-macron-va-annoncer-mardi-un-nouveau-cap-pour-rendre-la-transition-ecologique-acceptable-2105374.html
Vous voyez donc que ces actions ont servi à quelque chose.
Enfin on verra samedi. En attendant j'encourage tous les pèlerins d'Arès et sympathisants à venir sur les lieux. À propos, comment se procurer des gilets jaunes ?
Michel T. d'Île de France
-----------------------------------
26nov18 202C38 
Dans une réponse vous vous plaignez que les missions n'ont pas réfléchi à un dossier d'action tout prêt en cas de mouvements politiques importants, comme celui des gilets jaunes.
                    .../...
Seulement voilà, ces choses-là ne s'improvisent pas ; elles se préparanet. Vous devez y réfélchir, avoir des dossiers tout prêts, aviez-vous dit.
Il faut bien avouer que ces dossiers n'existent pas. Alors, la révolte des gilets jaunes nous arrive et nous ne savons pas profiter de ce moment-là pour nous lancer dans une mission spécifique.
J'en profite pour vous demander ce que vous pensez de la révolte des gilets jaunes.
Par la même occasion, quoi dire à ces gilets jaunes, si nous partons en mission parmi eux ?

Anonyme (eh oui ! je suis lâche... mais quand même angoissé) d'Île de France


Réponses :
"Comment se procurer des gilets jaunes ?" Si vous avez une voiture, vous êtes obligé d'y avoir un gilet jaune, endossez-le et rejoignez la manifestation. Je voujs rappelle la "Direction de l'information légale et administrative (Premier Ministre): Pour circuler en France avec une voiture particulière, il est nécessaire de posséder certains équipements nécessaires à la sécurité des passagers ou des autres usagers de la route. L'absence de ces équipements constitue une infraction et entraîne une contravention plus ou moins importante." C'est la loi. Vous pouvez, si vous n'avez pas de voiture et si vous avez une voiture non conforme à la loi, acheter un gilet jaune dans n'importe quelle station service ou magasin d'équipement pour automobilistes.
Ceci dit, non, je ne rejoindrai pas les gilets jaunes aujourd'hui samedi 24 novembre, parce que je suis un homme débordé de travail et que j'ai beaucoup de choses à faire aujourd'hui et demain : courrier, paperasse administrative, préparation de mon voyage à Paris la semaine prochaine, etc. Je n'ai pas de repos et pratiquement pas de vacances. Je vais avoir 90 ans, j'ai été communiste une bonne partie de ma vie en des temps où les Communistes étaient les premiers à manifester. J'ai manifesté. Je sais que ça ne sert généralement à rien. Je dis "généralement", parce qu'il peut y avoir de de rares exceptions : Certaines manifestations de masse ont tout à fait exceptionnellement servi à quelque chose et je ne citerai que le Front Populaire. J'avais 7 ans, mais je m'en souviens très bien. Mon père, qui était communiste, m'emmenait tous les jours voir les défilés du Front Popu en 1936, et il y en avait beaucoup dans ma commune de Suresnes et dans mon quartier qui était très usinier : Farman, Saurer, Unic, Simca, Latil, Blériot, etc., étaient tous en grève totale. Plus tard, jeune homme ou ingénieur, j'ai participé à de nombreuses manifestations, j'ai connu les coups de baton de la police, des CRS, des gardes mobiles (la "Jaune"). En général, je le redis, ça ne sert pas à grand chose. Tous les gouvernements savent faire le dos rond dans ces moments-là et ils finissent par avoir le dernier mot, simplement parce qu'ils doivent faire face à des dépenses considérables, des obligations nationales et internationales de toutes sortes souvent contradictoires. Pourquoi à votre avis sommes-nous affligés de lourdes taxes, pour mettre des sous dans les poches de nos gouvernants ? Non. Mais parce que de tous côtés il doit payer. Cela existera et empirera aussi longtemps que les nations seront de grandes masses. Seules des petites nations souveraines, ce que j'appelle des petites unités humains, éventuellement confédérées, peuvent calculer leurs dépenses de plus façon plus pointue et plus économique, mais les grandes masses ne le peuvent pas. Voilà pourquoi, si vous lisez un peu ce blog, je préconise depuis longtemps le changement de la France en Confédération Française de petites unités ; voilà pourquoi j'ai voulu créer un parti de la Confédération Française mais que les juristes m'ont dit : Ce n'est pas légal, parce que vous pouvez vous présenter aux élections que dans la Cadre de la Constitution qui déclare que la France est Une et Indivisible. Me croyez-vous inerte devant les problèmes sociaux ? Non, mais je ne vois pas grande utilité à ce mouvement des Gilets Jaunes. Je ne crois pas non plus que le "mariage pour tous" soit une urgence dans ce pays qui a vécu quelque treize siècles, depuis les Temps Mérovingiens, sans "mariage pour tous". Au reste, je trouve très bien que le Pacs existe, parce qu'il offre plus de justice en matière de séparation et de succession pour les couples qui vivaient jusqu'alors en concubinage, le Pacs dont les formalités comme la dissolution sont en outre fortement simplifiées. En outre, le mariage pour tous est également une loi. Figurez-vous que comme personnalité spirituelle j'ai été consulté par le Gouvernement à l'époque sur l'opportunité du Pacs et j'ai dit mon approbation avec enthousiasme.
Ceci dit, toujours si vous lisez mon blog, vous avez pu voir que je suis sympatisant du mouvement des gilets jaunes ; je comprends très bien le mécontentement, voire la souffrance, de ceux qui ont tant de mal à boucler leurs fins de mois, même si je pense que ce mouvement ne sert pas à grand chose, parce que je crois que le gouvernement a grand besoin de l'argent qu'il prélève et je pense que si les gilets jaunes obtiennent que la surtaxe sur les carburants soit annulée, le gouvernement devra créer d'autres taxes dans d'autres secteurs pour compenser cette perte. La France vit au-dessus de ses moyens, cela ne fait aucun doute.
Je ne vois qu'une solution aux problèmes humains de plus en plus grands qu'il faut résoudre, la solution préconisée par La Révélation d'Arès : la pénitence et la moisson des pénitents et je ne pense pas que vous ayez, mon frère Michel, de leçons à me donner quant aux encouragements continuels que j'adresse à nos missions. N'êtes-vous pas missionnaire vous-même ? Si vous ne l'êtes pas, devenez-le et, croyez-moi, vous ferez quelque chose d'infiniment plus utile que de revêtir un gilet jaune. La différence est que les gilets jaunes espèrent des résultats immédiats tandis que notre mission sait que plus de quatre générations ne suffiront pas (Rév d'Arès 24/2) pour changer le monde. Il n'existe pas de changement en profondeur qui soit rapide. Il n'y a de rapide que le bruit (ii/7-13, vii/4-16, xi/4-6, etc.). Relisez attentivement La Révélation d'Arès.

----------------------------------------
.../... FM
La manifestation des gilets jaunes contre les taxes sur le carburant et d'autres taxes rassemble une bonne partie de la classe moyenne, mais aussi beaucoup d'autres strates de la population de France qui protestent contre l'indifférence du pouvoir aux aspirations profondes de la population, pas seulement les impôts mais aussi le centralisme et, pour tout résumer, l'absence de démocratie. Il y a un pouvoir qui semble — c'est manifeste — tout à fait coupé de la masse citoyenne, il y a une opposition manifeste entre ceux qui se sont fait élire sur des promesses qui n'ont rien à voir avec les réalités qui suivent et leurs électeurs. C'est le déni absolu de la démocratie.

Il y aura un moment où les gilets jaunes ne sauront plus que faire. Pour poursuivre il leur faudra, à contre-cœur sans nul doute, mais il leur faudra se politiser ou, ce qui est plus probable, abandonner. Il s'apercevront alors que rien dans un pays de masse ne peut fonctionner sans politique, à la grande satisfaction des politiciens. Pour échapper à cela il faut des petites unités humaines confédérées, mais bon ! Passons !

Cette révolution en marche bénéficie de la sympathie populaire. Malgré leur amateurisme les oubliés changent quelque chose profondément dans ce pays ; les milieux politiques sont ébranlés par cette dynamique venue des zones rurales et périurbaines délaissées. Une majorité évidente de Français ne réclame pas seulement la suppression de la fiscalité sur les carburants ; ils veulent retrouver leur place comme citoyens seulement représentés par leurs élus, mais non dominés par leurs élus, bref, leur place d'hommes. Certains ministres et domestiqus du pouvoir les traitent de voyous, de fascistes, etc., mais là ils s'égarent complètement ; ils profèrent des insultes.

La classe politique, les syndicats, les soi-disant partenaires sociaux, etc., n'aiment pas cette France-là, qui s'avère soudain trop attachée à sa nature profonde, trop franchouillarde, mais hélas très facile à piéger. Le moindre propos d'ivrogne ou d'imbécile filmé par un smartphone est vite posté sur les réseaux sociaux pour discréditer les gilets jaunes, mais samedi et dimanche nous avons vu de près ces gilets jaunes à Bordeaux, sœur Christiane et moi, et nous les avons trouvés bien sympathiques, de bien braves gens pour la plupart. Ils ne sont pas une "lèpre brune qui monte", mots honteux qui auraient été prononcés par le Chef de l'État pour alerter sur une supposée montée du fascisme. Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, a parlé de "dérives homophobes et racistes", cet homme-là n'est pas dans son assiette ! Laurent Berger de la CFDT parle même d'une "forme de totalitarisme" La CGT voit en eux des "xénophobes, racistes, homophobes". Un comble ! La CGT se caricature dans son incompréhension de l'évidente ubérisation de la contestation. Bref, le gouvernement sait que les gilets jaunes n'ont pas de lendemain, parce que rien de ce genre ne peut réussir dans un pays de 66 millions d'habitants s'il n'est pas politisé. Mais, les gilets jaunes rentrés chez eux, l'atmosphère restera profondément empoisonnée. Cela ne présage rien de très bon. En tout cas, rien ne sera comme avant. Nous pouvons tirer au Nom du Père parti de cette situation, j'y reviens.

Les "gilets jaunes" sont comme des colonisés en rébellion. Ils protestent ontre le compresseur colonisateur. Mais ces braves gens, qui vont rentrer chez eux, resteront-ils y moisir dans la rancœur ? Va-t-il se dresser une sorte de Spartacus nouveau ? J'ai remarqué que les femmes sont en première ligne chez les gilets jaunes. Par contre, je n'y ai pas vu de noirs, d'émigrés. La diversité ethnique n'est sans doute pas absente mais les Français non de souche y semblent très rares ; l'immense majorité est "bien de chez nous". On voit que la politique de la Ville a fait bénéficier la "nouvelle France" de ses largesses financières, au détriment du reste du territoire, et que c'est ce reste du territoire qui a dans son immense majorité revêtu le gilet jaune.

La popularité des gilets jaunes, c'est la sympathie naturellement éprouvée pour une révolte d'anciens timides qui ont soudainement du toupet. L'overdose fiscale risque d'amener des mouvements plus complexes à entrer dans la danse. La France est le pays le plus fiscalisé au monde ! Une femme gilet jaune, Jacqueline Mouraud, crie dans une vidéo : "Vous faites quoi de notre pognon ?" Elle pose très crûment mais très simplement le problème de fond. Pourquoi les Français, qui payent de plus en plus d'impôts et de taxes, ont-ils des services publics de plus en plus mauvais ? Les gilets jaunes déclarent leur méfiance d'un État centralisateur et normatif dont le fonctionnement interne est trop obscur. Bref, les gilets jaunes réveillent tout à coup la France silencieuse.

La rigidité du gouvernement prétrifié derrière M. Macron qui semble refuser de revoir sa politique fiscale sur les carburants est tenable, politiquement parlant. Le pouvoir le sait et, à mon avis, il va rester coûte que coûte sur ses positions. Mais en changeant l'atmosphère du pays quelque chose va se modifier dans la population et surtout — c'est là que je réponds à votre question — peut-être libérer une part du commun des citoyens des questions, des doutes, des rêves refoulés, qui les placent muets devant notre proposition de rejoindre notre pieux et pacifique mouvement de pénitence. Cela peut les ouvrir à notre propos. Nous ne promettons pas aux Français que nous allons réduire leurs impôts, améliorer le service public, donner du bonheur tout de suite, mais nous leur promettons qu'ils peuvent amplifier leurs espérances soudainement libérées et devenir un peuple "d'insurgeants" pénitents, et qu'il faut pour cela qu'ils retrouvent en eux-mêmes les forces spirituelles que le rationalisme officiel leur a  enlevées. Oh ! Ce ne sera pas un accueil triomphant que nous allons rencontrer tout à coup, mais vous verrez que quelque chose va commencer à se libérer dans les esprits fermés. Il va y avoir un changement de voie. Nous ne sommes pas en mission pour bourrer la population d'illusions métaphysiques ou théologiques, mais nous y sommes pour lui faire prendre conscience que les humains ont en eux-mêmes des forces qu'ils ignorent. Le mouvement des gilets jaunes leur a fait voir que quelque chose de timidement caché peut soudain surgir de gens dont on n'attendait rien que quelques protestations et beaucoup de soumission. Les hommes ont en eux-mêmes une réserve de forces spirituelles qui peuvent, s'ils les déploient intelligemment par la pénitence, triompher de pouvoirs qu'ils croyaient imbattables. Oui, la vertu est une force, et il faut le montrer.                                              Un nouveau monde de questionnements s'ouvre. Entrons-y !
.../...
Nous arrivons à un moment où nous voyons à travers ces braves gens, bien de chez nous, que sont les gilets jaunes, que l'accumulation des lois, le collectage des impôts, les subventions, les décisions socio-politiques, l'écologie, la lutte contre le réchauffement climatique (qui à mons avis a commencé après la dernière glaciation maxi il y a 22.000 ans et se réduisant depuis 10.000 ans et continuant de se réduire), la tire-lire que remplissent les automobilistes et autres punis d'amendes, etc., ne font pas le bonheur.
Les gens découvrent que le bonheur auquel ils aspirent est ailleurs. Et si c'était le commencement des retrouvailles avec la Vie (Rév d'Arès 24/5) ?              
L'amour incarne l'humanité accomplie ; il est la réalisation ultime des capacités humaines. L'amour seul peut surmonter les variations d'humeur, de déception ou de satisfaction (toujours brève). L'amour n'est jamais un naufrage. La religion ou la politique finit toujours par l'être. C'est pourquoi les Gilets Jaunes, comme vous dites avec des majuscules, ne veulent ni religion, ni politique, ni système d'aucune sorte. Ils savent cela d'instinct. Ils redécouvrent que si l'on songe au bonheur, ce n'est pas l'image de la religion ou de la politique qui l'évoque, c'est l'image d'autre chose, à quoi l'on ne devrait jamais donner de Nom, ou qu'on devrait appeler seulement le Nom (Rév d'Arès xv/5, xviii/2-4). Le bonheur a besoin d'équilibre, de mesure (7/6, etc.) et, hélas, nous vivons dans un monde de plus en plus déséquilibré, un monde en démesure : des impôts et une dette qui augmentent sans cesse et une contrepartie qui se réduit sans cesse. Alors, l'inquiétude, l'angoisse saisissent les gens. Jusqu'ici il n'était pas totalement faux de dire que les gens n'étaient pas malheureux ; maintenant il est sûr qu'ils se sentent glisser vers le malheur, que la pauvreté incarne plus que tout.

À la télévision nous avons écouté une vieille dame en gilet jaune, ex-infirmière qui perçoit 970 euros nets de retraite et son mari aussi en gilet jaune, ancien employé municipal, qui perçoit 1.010 euros nets, et qui se voient ponctionner de la CSG non sur leurs revenus personnels en limite du seuil de la pauvreté, mais sur leur revenu commun considéré comme copieux ! Ce système est pervers ! Nous sommes en train d'engendrer une nouvelle lignée de pauvres considérés comme bien rémunérés par une arithmétique vicieuse. Les Gilets Jaunes veulent sortir de cette politique-là.
Les nouvelles taxes sur les carburants (comme si les anciennenes ne suffisaient pas) poussent à l'apex un malaise social en fait accumulé depuis des années. Elles causent une nouvelle baisse du pouvoir d'achat pour les retraités, un sentiment insupportable de régression sociale et chez certains la peur légitime du déclassement. L'allégement des cotisations sociales sur la feuille de salaire, la suppression de la taxe d'habitation pour les faibles revenus et les chèques compensatoires élaborés dans l'urgence n'y font rien. C'est une cause infiniment plus globale qui provoque la rébellion. L'idée même de progrès social disparaît. Les arguments écologiques ont bon dos ; ils ne sont qu'un prétexte. Quel poids de pollution dans l'air représentent les automobiles dans le salissement atmosphérique et le réchauffement climatique du monde comparées à l'ensemble des transports routiers, aériens et maritimes ? Peu. Ceux qui prêchent l'écologie prennent l'avion pour passer des vacances au loin. Quelle hypocrisie. On fait papelardement payer au citoyen lambda le prix d'une bonne conscience écologique et politique dans le cadre d'un libre-échange mondial qui, lui, ne s'embarrasse pas des problèmes écologiques. La taxe carbone est une obligation injuste et ne sert à rien. Tout le monde s'en rend compte ; de là les Gilets jaunes.
Les Gilets Jaunes ? Il est clair que ceux qui s'en habillent ne se sentent pas écoutés depuis trop longtemps. Ils se sentent abandonnés par des pouvoirs installés dans des grandes métropoles mondialisées, enfermés dans la sphère médiatico-politique. Nous le voyons bien, nous payeurs d'impôts et "inconnus" des média ! Nous aussi, Pèlerins d'Arès, pouvons être traités de "ringards" comme les Gilets Jaunes, être largement ignorés depuis quarante ans et plus par les pouvoirs en place au profit de classes dites "branchées".
Les Gilets Jaunes semblent écoutés, mais leurs revendications ne seront pas satisfaites, je pense. Ils sont écoutés, c'est déjà ça. Certains groupes minoritaires se posent la question : "Pourquoi eux et pas nous ?" Nous, nous nous considérons comme solidaires des Gilets Jaunes dans la mesure où nous demandons que la Constitution Française qui prévoit l'égalité des citoyens devant le pouvoir démocratique soit respectée, et en particulier quand nous demandons que les portes de médias, dont les installations, les relais, etc. sont payés par nos impôts, ne soient pas hermétiquement fermées devant nous. Les responsables politiques et leurs medias soumis sont largement causes de cet accaparement par un lobby de "l'information" des énormes moyens de communication en France.


entrée 202 17 novembre 2018  199759752

________________
Une idée n'est bonne que dans la mesure ou elle n'est pas exploitée au delà du raisonnable !!! Au delà elle devient folle et va à l'encontre de ce qu'on veut lui faire dire ....
Revenir en haut Aller en bas
http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
Admin
Admin


Messages : 998
Date d'inscription : 14/02/2008

entrée 202 17 novembre 2018  Empty
MessageSujet: Re: entrée 202 17 novembre 2018    entrée 202 17 novembre 2018  Icon_minitimeSam 1 Déc - 15:09

« Gilets jaunes » : heurts à Paris près de la place de l’Etoile, au moins 122 interpellations  
De nombreux rassemblements, manifestations et blocages sont prévus en France, ce samedi 1er décembre, pour « l’acte III » du mouvement.

"Le moteur principal reste le pouvoir d’achat. Les manifestants estiment tous qu’ils ne vivent pas, qu’ils se contentent de « survivre ». Il y a clairement un discours sur les « privilégiés » (le pouvoir) et le « peuple » (les "gilets jaunes"). La question des retraités ponctionnés revient également régulièrement. En parallèle, les manifestants dénoncent, de manière parfois confuse, la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune, le train de vie de l’Etat, les taxes sur l’essence etc.

La plupart des « gilets jaunes » ne veulent pas nécessairement en découdre avec les policiers, mais ne veulent pas se disperser non plus, malgré l’intensité des gaz. La tension ne peut donc que s’accroître.
entrée 202 17 novembre 2018  1b0caa4e-45fe-4cf8-b9fa-481c4847dac5
entrée 202 17 novembre 2018  0a185c10
cette photo d'Associated Press semble indiquer que le mouvement fait (très modestement) tache d'huile aux Pays-Bas.

________________
Une idée n'est bonne que dans la mesure ou elle n'est pas exploitée au delà du raisonnable !!! Au delà elle devient folle et va à l'encontre de ce qu'on veut lui faire dire ....
Revenir en haut Aller en bas
http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
Admin
Admin


Messages : 998
Date d'inscription : 14/02/2008

entrée 202 17 novembre 2018  Empty
MessageSujet: Re: entrée 202 17 novembre 2018    entrée 202 17 novembre 2018  Icon_minitimeSam 1 Déc - 15:16

entrée 202 17 novembre 2018  Sans-t10
Des graffitis de "gilets jaunes" sur l'Arc de Triomphe, à Paris.

________________
Une idée n'est bonne que dans la mesure ou elle n'est pas exploitée au delà du raisonnable !!! Au delà elle devient folle et va à l'encontre de ce qu'on veut lui faire dire ....
Revenir en haut Aller en bas
http://vie-spirituelle.forums-actifs.net
Contenu sponsorisé




entrée 202 17 novembre 2018  Empty
MessageSujet: Re: entrée 202 17 novembre 2018    entrée 202 17 novembre 2018  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
entrée 202 17 novembre 2018
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ABEILLE :: Paroles de Dieu : La Révélation d'Arès-
Sauter vers: